du 31 mai 2019
Date

Choisir une autre édition

La capitale affirme qu'il s'agit d'une « première pour une municipalité ». Le datacenter est situé dans « un site physique sécurisé à la porte de la Chapelle (18e) » et héberge l'ensemble des applications utilisées par les agents de la ville et les Parisiens, ainsi que toutes les données.  

« Cette nouvelle structure facilite ainsi la mise en place du RGPD, que ce soit sur les données personnelles relatives aux Parisien·ne·s ou celles d’entités partenaires qui vont aussi être hébergées par le Data Center. Le site accueillera également les centres de données de l’AP-HP, Paris Habitat et d"Eau de Paris », affirme la ville.

Elle ajoute qu'elle va « réexploiter l’énergie générée par le Data Center au sein d’une boucle locale d’eau chaude qui alimente le quartier ».

La ville de Paris dispose de son propre datacenter (dans le 18e)
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La fonction est également ce que son nom décrit : des canaux partagés entre organisations différentes. Les cas d’utilisation ne manquent pas.

Slack cite de nombreux exemples, d’un nouvel employé ayant besoin de se plonger dans les interactions avec une autre structure à une meilleure gestion du support, en passant par la mise en commun d’informations entre une entreprise et ses clients.

Les canaux partagés ont toutes les capacités des classiques. Leur création repose sur une demande de l’administrateur à celui de l’entreprise concernée. Une fois la demande acceptée, les employés autorisés à y participer sont choisis, le canal comportant une icône spécifique à son statut partagé.

La nouvelle fonction est disponible immédiatement pour les clients de Slack.

Copié dans le presse-papier !

Prévu pour cette année, le service de cloud gaming du géant du Net ne devrait pas être disponible sur Android TV avant 2020. C'est en tout cas ce qu'affirme XDA Developpers en se basant sur l'information d'une source présente à l'International Broadcasting Convention.

Toujours selon cette même personne, il faudrait attendre Android 11 « R ».

Copié dans le presse-papier !

Trois types de problèmes ont été soulevés depuis la publication de la version 18362.356 : menu Démarrer et recherche, baisse du volume sonore rendant certains effets inaudibles dans des jeux, et des adaptateurs réseau ne fonctionnant plus.

Le premier était déjà reconnu, Microsoft passe donc au suivant. Les soucis audio proviennent d’un changement demandé par certains éditeurs de jeux dans l’optique de mieux gérer le son multicanal. L’éditeur a entendu les retours et se prépare donc à retirer cette modification.

En attendant qu’un nouveau patch soit publié, les joueurs concernés sont invités à désactiver partout où ce sera possible les options liées au son multicanal et tout ce qui touche au surroud virtuel. Ces réglages peuvent se trouver dans les jeux ou dans le panneau de contrôle de l’équipement associé, selon la puce son présente dans le PC.

Côté adaptateurs réseau, Microsoft reconnait là aussi le problème. Seraient particulièrement concernés les équipements Intel Centrino 6205/6235 et Broadcom 802.11ac.

Microsoft recommande de désactiver puis réactiver l’adaptateur dans le gestionnaire de périphériques, permettant en théorie de rester stable jusqu’au prochain redémarrage de la machine.

Cette solution ne fonctionne cependant pas pour tout le monde. La seule manipulation garantissant pour l’instant une résolution du problème est de supprimer la mise à jour concernée, estampillée KB4515384. Elle aura causé décidément bien des difficultés. 

Copié dans le presse-papier !

Microsoft s’octroie encore un peu de temps pour peaufiner le code de son .NET Core 3.0, version particulièrement importante de son environnement de développement. Il est pourtant considéré comme prêt pour la production depuis la Preview 7, les 8 et 9 étant sorties depuis.

.NET Core est pour rappel le « reboot » complet de l’environnement .NET. Entièrement open source (licence MIT), il en est une version modulaire distribuée via NuGet. Il devient graduellement le point de jonction des technologies de Microsoft, se veut nettement plus performant que l’ancienne génération et est disponible sur Linux, macOS et Windows.

.NET Core 3.0 prend en charge C# 8.0 et la bibliothèque .NET Standard 2.1, génère des exécutables dépendant du framework, supporte l’empaquetage en exécutable unique, peut supprimer les assemblys inutilisés, se sert par défaut de la compilation hiérarchisée, peut déployer en MSIX

Mais l’une des plus grosses nouveautés est la prise en charge des applications de bureau Windows. Via le composant Windows Desktop du SDK, les développeurs peuvent porter leurs applications Windows Forms et WPF. La transition permet au passage d’appeler les éléments modernes d’interface (WinUI) via les îles XAML.