du 08 avril 2019
Date

Choisir une autre édition

La sonde japonaise Hayabusa2 a largué un explosif sur l'astéroïde Ryugu

Après avoir effectué un « touch and go » en février dernier, les Japonais ont sorti l'artillerie lourde pour récupérer d'autres échantillons, comme l'explique le CNES.

Après s'être approchée à 500 mètres d'altitude, elle a envoyé à la surface un impacteur SCI (Small Carry-On Impactor) afin de créer un cratère à la surface. Une fois la charge explosive en route, la sonde s'est rapidement mise à l'abri de l'autre côté de Ryugu.

Il ne s'agit pas d'un remake version réelle du film Armageddon, mais d'étudier l'astéroïde plus en profondeur, le tout à plus de 300 millions de kilomètres de la Terre.

Pour le CNES, cette opération vise trois objectifs :

  • Créer un cratère pour avoir accès à du matériau primordial, sous la surface de l’astéroïde (donc non dégradé par l’exposition au vide et aux rayonnements) afin de comprendre la composition du système solaire à sa création
  • Observer le mouvement des « éjecta » créés à l’aide d’une caméra  déployable pour en déduire les caractéristiques sub-surfaciques de Ryugu
  • Analyser le cratère formé et en déduire les caractéristiques de Ryugu

Depuis, Hayabusa2 a confirmé être en bonne santé et que les opérations se sont déroulées suivant le plan (largages de la charge et de la caméra de suivi). La sonde est désormais à 20 km d'altitude. La prochaine étape est la récupération d'échantillons au point d'impact, qui devrait se dérouler dans quelques semaines, une fois le cratère repéré et identifié.

chargement Chargement des commentaires...