du 05 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

La nouvelle Freebox « dans quelques semaines », Free veut continuer à croître dans la fibre

Ceux qui attendaient des informations concernant la nouvelle Freebox à l'occasion de la publication des résultats d'Iliad seront déçus. La société a surtout voulu rassurer les investisseurs en évoquant de meilleures performances commerciales en juillet-août, après la période difficile de ces derniers mois et l'introduction de nouvelles offres.

Elles se présentent pour rappel sous forme d'un tarif moins cher la première année, avec des conditions légèrement différentes comme nous l'avions analysé. Une solution mise en place sur le fixe, puis sur le mobile, avec des périodes promotionnelles à durées limitées, mais constamment renouvelées.

Chez nos confrères de BFM Business, Thomas Reynaud a d'ailleurs montré une attitude positive malgré la « performance commerciale décevante » du groupe. Il croit en effet à un « nouveau cycle de croissance », qui repose sur le déploiement en Italie ou sur la fibre.

Un secteur où l'attitude du FAI a longuement été critiquée, et sans doute à l'origine de nombreux départs de clients qui font le plus souvent face à la seule possibilité de passer chez Orange ou Sosh pour avoir accès à du FTTH.

Un comble pour une société comme Iliad, qui s'est construite sur la réputation d'avoir un temps d'avance, notamment au niveau technique. Une réputation loin d'être vérifiée ces dernières années.

C'est sur ce point que la nouvelle direction va sans doute travailler dans les mois à venir, afin de redorer son blason après des années de soucis d'interconnexion et de prix cassés, mais avec un réseau mobile pas toujours présent et une box en mal d'évolution.

Le discours consiste donc à présenter Free comme « le premier opérateur alternatif dans la fibre optique, devant Bouygues, devant SFR » avec 10 millions de foyers raccordables d'ici la fin de l'année. Mais, même sur ce marché, la guerre des prix est actuellement très forte.

Il faudra donc faire la différence pour trouver sa place dans la bataille à moins de 10 euros qui se joue dans le fixe, Orange venant de lancer son offre La boîte Sosh.

La solution pourrait venir de la nouvelle Freebox, mais où en est-elle ? L'attente ne devrait plus être longue. Mi-mai, l'équipe annonçait qu'elle serait lancée sous quatre mois, ce qui devait nous emmener avant la mi-septembre. Un calendrier qui pourrait ne pas être respecté puisque le directeur général évoque désormais une mise sur le marché d'ici « quelques semaines ».

Pour tenter de rassurer face à cette attente qui semble sans fin il promet que « cette nouvelle Freebox, c'est du jamais vu ». En matière de teasing, elle semble en effet prête à dépasser le célèbre Duke Nukem Forever.

Reste maintenant à tenir cette promesse, ainsi que toutes les autres, pour tenter de voir les clients revenir et lui faire à nouveau confiance. Ce matin, le cours d'Iliad s'échangeait à 115 euros, contre moins de 110 euros quelques jours plus tôt… et 230 euros fin mai 2017.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

WeTransfer est un service permettant d'envoyer des fichiers volumineux à des contacts. Ils sont hébergés sur les serveurs de la société et on peut y accéder via un lien. 

Problème, WeTransfer a découvert « un incident de sécurité le lundi 17 juin » : des emails ont été envoyés à d'autres personnes. Les clients concernés et les autorités sont informés de ce « bug ».

Cet « incident » s'est déroulé les 16 et 17 juin. Dès lundi, WeTransfer a pris des mesures pour essayer de limiter les dégâts : « Les utilisateurs peuvent avoir été déconnectés de leur compte ou invités à réinitialiser leur mot de passe. De plus, nous avons bloqué les liens de transfert pour assurer la sécurité des transferts de nos utilisateurs ».

La société enquête toujours sur la portée de cette faille de sécurité, ainsi que sur ses causes. Elle promet de plus amples informations prochainement.

Copié dans le presse-papier !

Dévoilée en novembre dernier, cette fonctionnalité permet « d'afficher et gérer de manière centralisée les alertes de sécurité et automatiser les contrôles de conformité ». Après la préversion, c'est au tour de la mouture finale d'être disponible.

Le premier mois est gratuit, mais il faudra ensuite passer à la caisse. Les tarifs varient en fonction du nombre de contrôles de conformité et des événements remontés.

Au passage, AWS Control Tower passe aussi en version finale.

Copié dans le presse-papier !

Placer Huawei sur liste noire ne serait qu'une étape parmi d'autres dans la guerre que livrent les États-Unis à la Chine. 

Selon le Wall Street Journal repris par Reuters, « Donald Trump envisage d’exiger que les équipements destinés à la nouvelle génération de téléphonie mobile (5G) aux États-Unis soient conçus et fabriqués hors de Chine ».

Les dirigeants ont ainsi demandé aux équipementiers s'ils pouvaient suivre cette injonction si elle devenait une réalité. 

Copié dans le presse-papier !

La Commission d’enrichissement de la langue française a ajouté de nouvelles pierres à son édifice destiné à protéger la langue chère à Super Dupont des invasions barbares venues d’au-delà de nos frontières. 

Les amateurs du couple baguette-béret diront à l’avenir « bande dessinée en ligne » plutôt que l’affreux « webcomic ». Les marques en mal de modernité devront s'y faire : « Concept store » sera utilement délaissé au profit de « boutique-concept ». Les « advergames » n’existent plus. On les remplace dorénavant par l’expression « jeu vidéo publicitaire ». 

Vous étiez mordu de « data journalism » ? Vous voilà fan de « journalisme de données », à savoir un « journalisme qui exploite et analyse un très grand nombre de documents, le plus souvent numériques ».

Le « reflowable » n’est plus. Ce « mode d’affichage d’une publication numérique, généralement un livre, qui permet d’adapter la mise en page au terminal de lecture » se dit maintenant « mise en page adaptative ». 

INpactSuivant utilisait un « paywall » pour la plupart de ses actualités. Notre site a un modèle d’affaires reposant maintenant sur le « péage de lecture numérique ».

Adieu la « native advertising », cette « publicité en ligne, intégrée à un site dont elle adopte les codes formels, qui n’est pas toujours signalée comme telle ». Vive la « publicité caméléon » ! 

La liste de ces nouvelles traductions officielles, imposées à l’ensemble des administrations, est accessible sur l’Official Newpaper

Copié dans le presse-papier !

Cette année, la période commerciale s'étendra du  mercredi 26 juin au mardi 6 août. C'est la dernière fois qu'elle durera six semaines. En effet, les soldes d'hiver 2020 seront ramenés à quatre semaines en application de la loi Pacte. 

Comme le rappelle la DGCCRF, « la revente à perte est autorisée pendant ces opérations commerciales », mais « les limitations de garanties sur les soldes sont illégales ». De plus amples informations sont disponibles par ici.

La date nationale du 26 juin (8h) est aussi valable pour les boutiques en ligne, mais quelques départements font exceptions : les soldes débuteront le 3 juillet dans les Alpes-Maritimes et le 10 juillet en Corse.