du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

La NASA « sur le chemin de la Lune, avec un oeil sur Mars », l'ISS laissée de côté

Ce n'est pas une surprise, tant cette annonce était attendue. De plus, elle faisait partie des promesses de Donald Trump.

Robert Lightfoot, administrateur de la NASA, a présenté hier le détail du budget 2019 de l'agence spatiale américaine. Il est de 19,9 milliards de dollars (19,5 milliards en 2018, 19,7 milliards en 2017).

4,6 milliards sont attribués au Deep Space Exploration Systems. Le but de ce programme est clair : « retour des humains sur la Lune pour l'exploration et l'exploitation à long terme, suivi par des missions humaines vers Mars et d'autres destinations ».

4,6 autres milliards sont destinés aux opérations LEO (orbite basse) et spatiales. La science obtient 5,9 milliards, tandis que le bureau de l'éducation est à… 0 dollar, afin de « rediriger ces fonds vers la principale mission d'exploration de la NASA ».

Le lanceur lourd Space Launch System (SLS) est maintenu, tout comme le vaisseau spatial Orion. Le lancement est prévu pour 2020, avec une mission habitée dès 2023. Avec la Big Falcon Rocket (BFR) et New Glenn, l'Amérique pourrait donc disposer de trois lanceurs lourds.

Concernant la Station spatiale internationale, là aussi il n'y a pas de place au doute :  c'est la « fin du soutien fédéral direct à l'ISS en 2025 » affirme ce document. Il est également question de 150 millions de dollars pour « permettre à la NASA d'encourager et financer le développement de nouvelles plateformes orbitales commerciales à utiliser par le secteur privé ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

NVIDIA vient d'annoncer à ses clients qu'ils ne seraient plus facturés pour ce service, proposé depuis le lancement de la console sous Android TV.

L'email indique que GeForce Now évoluera dans les prochains mois pour justifier cette décision. Pour rappel, la version Mac/PC, actuellement en test, est déjà fournie gratuitement.

Bien entendu, cela ne concerne que le service d'abonnement, pas les titres vendus à l'unité. De plus, il nous a été confirmé qu'il ne serait plus possible de s'abonner pendant la transition.

Copié dans le presse-papier !

Comme d'autres, le fabricant avait profité du CES de Las Vegas pour annoncer que l'assistant numérique d'Amazon sera disponible sur certaines machines. Aujourd'hui, Acer revendique être « le premier de l'industrie à expédier des ordinateurs portables avec Alexa ».

Ce dernier est préinstallé sur les Spin 3 et 5, tandis que le Nitro 5 Spin suivra le mouvement le mois prochain. Pour les anciens clients, une mise à jour sera disponible via l'Acer Care Center.

Il s'agit de « la première étape des plans d'Acer pour déployer Alexa sur son portefeuille de PC » explique le fabricant.

Copié dans le presse-papier !

Ils sont une petite quinzaine à s'être réunies au sein d'une Union qui n'en est pas vraiment une. Ils y voient une manière de se faire entendre.

La Developers Union cherche avant tout à faire bouger Apple sur un point précis : autoriser les applications à proposer des versions de démonstration, autrement dit les fameuses démos.

L'Union est essentiellement portée par quatre développeurs, qui en sont à l'origine : Jake Schumacher, Loren Morris, Roger Odgen et Brent Simmons. Ce dernier est l'auteur d'applications connues comme NetNewsWire, TapLynx, Glassboard, MarsEdit et Vesper.

Sur son site, l'Union n'aborde qu'un autre sujet : la répartition des gains entre Apple et développeurs. La firme garde 30 % des revenus générés par les ventes d'applications et d'abonnements.

Les développeurs aimeraient évidemment tirer vers le bas ce pourcentage. Chez Apple, la seule manière d'y parvenir est de fournir un abonnement pendant un an. La pomme baisse alors sa part à 15 %.

On notera que la revendication vient après l'annonce par Microsoft d'une réduction drastique de sa propre « ponction » sur les applications grand public : 5 %. Les jeux et applications à visée professionnelle ne sont toutefois pas concernées.

On ne sait pas vraiment quelles chances pourrait avoir la Developers Union. Ce n'est pas à proprement parler un syndicat et il est complexe de faire changer d'avis Apple tant qu'elle n'en tire pas un bénéfice ou qu'elle n'a plus le choix. Interrogée, la société n'a d'ailleurs pas répondu à TechCrunch.

Copié dans le presse-papier !

Début janvier, et suite à la faille KRACK sur le WPA2, la Wi-Fi Alliance annonçait WPA3, avec une sécurité renforcée, mais peu de détails techniques.

La semaine dernière, Qualcomm sautait le pas en affirmant qu'il avait l'intention de proposer ce nouveau mécanisme de sécurité dans ses puces à partir de cet été. La première à en profiter sera le Snapdragon 845. Là encore, (très) peu de détails sont donnés.

Copié dans le presse-papier !

Début mars, le studio annonçait des applications mobiles pour Android et iOS. Après une phase de bêta, cette dernière s'est ouverte à tous début avril. La version Android était attendue pour les « prochains mois », sans plus de précision.

Dans une note de version détaillant des modifications sur iOS, l'éditeur en profite pour revenir sur la mouture Android, dont la mise en ligne est désormais prévue pour cet été.

Le studio Epic Games derrière ce jeu annonce qu'il va mettre sur le tapis 100 millions de dollars de prix pour les compétitions professionnelles de la saison 2018-2019.