du 04 juin 2019
Date

Choisir une autre édition

La justice suédoise rejette la demande d’arrestation d’Assange pour viol

La cour de district d’Uppsala en Suède a finalement décidé que l’enquête préliminaire contre Julian Assange devrait être abandonnée. Avec cette étape procédurale, l’intéressé pourrait être jugé au Royaume-Uni, sans extradition possible pour l’heure vers la Suède. Éva-Marie Persson, la procureure,  se réserve toutefois la possibilité de faire appel de ce dossier ouvert pour fait de viol et agression sexuelle.

C’est en partie cette plainte initiale, dont les faits remontent à 2010, qui avait conduit le fondateur de Wikileaks à se réfugier dans l’ambassade d'Equateur à Londres. Mis à la porte le 11 avril dernier, l’intéressé a finalement été arrêté par les autorités anglaises pour avoir violé sa liberté conditionnelle. Il y purge actuellement une peine de cinquante semaines d’emprisonnement. Si la plainte pour viol fut presque enterrée en 2017, le dossier suédois est toujours susceptible d’être rouvert dans le pays nordique.

Plane toujours sur Assange la possibilité d’une extradition vers les États-Unis pour violation de l’Espionnage Act. Il y risque jusqu’à 175 ans de prison. Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, a soutenu qu’au cours des neuf dernières années, Assange a été « exposé à des formes de plus en plus graves de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulés ne peuvent être qualifiés que de tortures psychologiques ».

Sa grande crainte est ce départ vers les États-Unis où Assange pourrait être « exposé à un risque réel de violations graves de ses droits fondamentaux, notamment de sa liberté d’expression, de son droit à un procès équitable et de l’interdiction de la torture ».

« En vingt ans de travail auprès des victimes de guerre, de violence et de persécution politique, ajoute l’expert, je n’ai jamais vu un groupe d’États démocratiques s’assembler pour isoler, diaboliser et maltraiter délibérément un seul individu pendant une aussi longue période et avec si peu de respect pour la dignité humaine et la primauté du droit », a-t-il ajouté.

chargement Chargement des commentaires...