du 28 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

La DGSI renouvelle son contrat avec l’Américain Palantir

Faute de solution 100 % française, la Direction Générale de la Sécurité Intérieure a renouvelé son contrat avec la société américaine à la réputation sulfureuse.

Elle a pour rappel été fondée après les attentats du 11 septembre et a notamment été financée par CIA, à hauteur de 2 millions de dollars. Elle est spécialisée dans l’analyse de données et aurait joué un rôle de premier plan dans la traque d’Oussama Ben-Laden. Le nom provient des fameuses Pierres de vision que l’on trouve dans l’œuvre de JRR Tolkien.

Nicolas Lerner, directeur de la DGSI, a pris le contrepied des questions liées à la dépendance, au cours d’une conférence de presse rapportée par Reuters : « Palantir nous aide, c’est-à-dire qu’on ne dépend pas de Palantir ».

Il insiste : « La ligne rouge qu’on s’est fixée depuis le début, c’est que toutes les données qui sont traitées par ce système-là sont sur notre réseau interne, qui est un réseau confidentiel-défense, qui est fermé ».

Il a également confirmé que ce contrat était une « solution transitoire », dans l’attente d’une solution franco-française, citant Thales, Sopra Steria et Dassault Systèmes comme candidats potentiels. Les entreprises ne se sont pas exprimées à ce sujet.

Palantir est régulièrement pointée du doigt à cause du flou qui l’entoure. « Il va de soi qu’il faut par exemple déconnecter les logiciels Palantir, qui permettent d’effectuer des recherches dans les données, car il est hors de question que l’éditeur de Palantir ait accès aux données opérationnelles traitées par le logiciel », indiquait Guillaume Poupard dans un rapport parlementaire de mars 2018 (page 17).

« Or, c’est de plus en plus compliqué, ajoutait-il : de nombreux éditeurs logiciels, en effet, dégagent leur plus-value en fournissant non plus un simple CD-ROM comme autrefois mais un système à distance, en cloud, qui, pour fonctionner, ne doit plus se trouver chez le client mais chez l’éditeur, ce qui soulève de nombreuses questions ».

Sur ce point, Nicolas Lerner ne semble donc pas inquiet.

chargement Chargement des commentaires...