du 11 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

La CNIL britannique prépare une amende de 500 000 livres contre Facebook

Dans un communiqué, l'autorité de protection des données personnelles, l'ICO, livre les résultats de son enquête débutée en mars, en réaction au scandale Cambridge Analytica.

« Facebook a enfreint la loi en échouant dans la protection des données des personnes. La société n'a pas été transparente dans la récolte de données par des tiers » indique l'institution. Elle compte donc infliger une amende de 500 000 livres au groupe.

Ce dernier peut encore répondre à la commission, avant toute décision finale. Il a annoncé son intention d'y répondre à l'agence Press Association. Il faut dire que la réaction de Facebook a été tardive. La société était au courant de cette aspiration de données depuis 2015, se contentant de la parole des acteurs concernés sans plus de vérifications.

L'ICO prépare aussi 11 lettres d'avertissement à des partis politiques. Elle envisage une poursuite pénale contre SCL Elections (derrière Cambridge Analytica) s'il ne se plie pas à un nouvel avis d'exécution, lié à une demande du professeur américain David Carroll, ainsi qu'un avis d'exécution contre la société Aggregate IQ pour l'arrêt du traitement des données de Britanniques.

Le scandale continue donc. Depuis mars, Facebook a coupé l'accès aux données à de nombreuses sociétés, lancé un audit des pratiques des applications tierces jusqu'à 2014 et limité l'accès aux données des membres. Autant d'actions qui auraient pu anticiper un tel scandale, qui l'a mené devant le Congrès américain et le Parlement européen.

« Les nouvelles technologies utilisées pour micro-cibler les personnes fournissent aux équipes de campagne la capacité de se connecter aux électeurs individuels. Mais cela ne peut se faire sans transparence, équité et conformité avec la loi » a lancé Elizabeth Dehnam, commissaire à la protection des données britanniques dans son communiqué.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'éditeur de code a désormais un petit frère, un logiciel de gestion de dépôt git. Il inclut les fonctions habituelles et la terminologie du système de dépôts, un outil de résolution des conflits, ainsi qu'une vue des différences entre fichiers côte-à-côte.

Une version d'essai est proposée. Il en coûte 99 dollars pour une licence et trois ans de mise à jour au-delà. En entreprise, le prix passe à 75 dollars par utilisateur par an.

Copié dans le presse-papier !

Ces nouvelles moutures étaient attendues. Elles permettent de profiter à plein des capacités (compute_75 et sm_75) des nouvelles GeForce RTX et Quadro RTX, notamment via leurs Tensor Cores.

L'une des avancées majeures de cette génération est en effet de rendre ces unités accessibles sur la gamme grand public, et plus seulement de les limiter aux modèles professionnels.

CUDA 10 promet surtout des améliorations de performances, notamment lorsqu'un grand nombre de GPU est utilisé. Les NVSwitchs sont désormais gérés, tout comme les Warp Matrix, CUDA Graphs, CUDA-Vulkan, CUDA-DX12, nvJPEG, le P2P, etc.

NVIDIA en profite pour annoncer que ses exemples de code sont désormais disponibles sur GitHub. Le Toolkit intègre également des nouvelles versions des outils à destination des développeurs comme Nsight. Les notes de versions complètes sont accessibles par ici.

Du côté des SDK les nouveautés aussi sont nombreuses. TensorRT 5 est désormais en release candidate, cuDNN 7.3, NCCL 2.3 et CUTLASS 1.1 sont disponibles, tout comme VRWorks Graphics 3.0.

Copié dans le presse-papier !

Le groupe a diffusé une FAQ sur son site d'assistance, apportant quelques détails complémentaires sur le partenariat annoncé en début de semaine.

Tout d'abord, le tarif de 9 euros par mois ne concerne bien que les abonnés équipés du nouveau Décodeur Canal : « Si vous détenez un décodeur satellite HD WIFI ou Le Décodeur CANAL, vous pouvez souscrire à l'option RMC SPORT au tarif de 19€/mois (hors promotion) ».

Ensuite, la limitation aux abonnés satellite ne semble pas inscrite dans le marbre. Il faut dire que ce point fait l'objet d'un certain mécontentement chez les clients. La filiale de Vivendi dit travailler avec SFR pour proposer « prochainement » RMC Sport sur les autres modes de réception.

Ces chaînes sont placées sur les canaux 137 à 141 et peuvent être utilisées via myCanal, l'Apple TV ou les TV Samsung uniquement si un abonnement satellite est rattaché au compte et que le décodeur satellite est utilisé comme décodeur principal.

Pour le moment, le canal 18 (Evènement) qui diffuse certains matchs en 4K, ne reprend pas le signal de RMC Sport sur l'Apple TV « pour des raisons technique ».

Copié dans le presse-papier !

L'outil de gestion des cartes graphiques de la marque a été entièrement repensé, tant du côté de l'interface que dans ses fonctionnalités.

Il est encore en phase de test et cette version 0.2.5 reste limitée au support des nouvelles GeForce RTX. Une fois finalisée, l'application pourra également être utilisée avec les modèles GTX.

L'une des avancées principales est bien entendu l'arrivée de l'OC Scanner, basé sur l'API mise en place par NVIDIA pour simplifier l'overclocking.

Il est bien de gérer les LED et plusieurs cartes graphiques, de mettre en place des profils, un OSD, etc.

Copié dans le presse-papier !

Le service de streaming payant de jeux vidéo de Sony ne permettait jusqu'à présent que de jouer en ligne. Désormais, aux États-Unis, il est possible de télécharger des titres sur sa console pour en profiter en local et en mode hors ligne.

L'éditeur affirme que « presque tous les jeux PS4 du service, y compris Bloodborne, God of War 3 Remastered, NBA 2K16 et Until Dawn, seront disponibles en téléchargement, en plus des titres PS2 classiques remasterisés pour PS4 ». Les titres PS3 resteront uniquement disponibles en streaming.

Comme avec n'importe quel service de streaming proposant un mode hors ligne (Spotify, Netflix, etc.) il faut se connecter de temps en temps pour que la console vérifie la validité de l'abonnement.

Une foire aux questions est disponible par ici. Il y est précisé que tous les DLC, microtransactions et autres modules achetés par les joueurs seront conservés. Par contre, rien n'est indiqué pour une ouverture du téléchargement à plus de pays, notamment en Europe.