du 11 décembre 2019
Date

Choisir une autre édition

C’est une réponse du berger à la bergère. Alors que le gouvernement de Donald Trump a placé Huawei sur liste noire, Pékin répond en interdisant les ordinateurs et logiciels non chinois dans ses administrations, c’est du moins ce qu’annonce le Financial Times en s’appuyant sur une directive officielle qui n’a pas été rendue publique.

Selon des experts cités par nos confrères, entre 20 et 30 millions de machines devront ainsi être remplacées. La mise en place est progressive : 30 % en 2020, 80 % en 2021 et 100 % en 2022.

La Chine ferme ses frontières aux matériels et logiciels étrangers pour ses administrations
chargement Chargement des commentaires...