du 12 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

C’est en tout cas l’annonce du California Department of Motor Vehicles, qui veut modifier la réglementation pour autoriser les tests de « véhicules autonomes sans conducteur derrière le volant et l'utilisation publique des véhicules autonomes ».

Pour cela, le régulateur a lancé un débat public de deux semaines pendant lesquelles les citoyens peuvent faire part de leurs retours. Il faudra ensuite que cette proposition soit votée par les autorités compétentes avant d’être appliquée.

La Californie veut autoriser les voitures autonomes sans chauffeur dès l’année prochaine
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le groupe spécialisé dans les cosmétiques met à jour son application Style My Hair et n'est pas peu fier du résultat. Au jeu du bingo marketing, la société coche d'ailleurs de nombreuses cases dès l'introduction de son communiqué : « une technologie 3D exclusive basée sur l'intelligence artificielle, permettant de tester en réalité augmentée les couleurs cheveux », avec une « détection mèche par mèche ».

Le principe est simple : l'application utilise la caméra avant du smartphone pour capturer votre visage et l'affiche en direct sur l'écran de votre smartphone, en ajoutant une coloration. Une vidéo de démonstration est disponible par ici.

L'application iOS est d'ores et déjà à jour, mais pas encore la mouture Android. Il faudra maintenant voir si cette fonctionnalité permettra à la marque de remonter sa moyenne, guère élevée : 2,9 sur 5 sur le Play Store, contre 3,4 sur 5 sur l'App Store.

Copié dans le presse-papier !

Après une première alpha, AMD a finalisé ses pilotes Adrenalin 18.1.1 qui viennent corriger un souci rencontré avec certains vieux jeux.

La société précise avoir également réglé des problèmes avec FreeSync, le contenu vidéo protégé par des DRM, ou encore Starcraft 2 lorsqu'une configuration multi-GPU est utilisée.

Tous les détails se trouvent dans les notes de version.

Copié dans le presse-papier !

Retour sur le drame qui s'est joué la semaine dernière. Tout a commencé lorsqu'une « influenceuse » (Elle Darby) a envoyé une lettre à l'hôtel Charleville Lodge afin de demander des nuits gratuites pour la Saint-Valentin. En échange : l'hôtel figurera « dans mes vidéos YouTube, mes stories et messages Instagram afin de le recommander, en échange d’un hébergement gratuit » indiquait-elle.

Elle met évidemment en avant ses 87 000 abonnés YouTube et ses 76 000 followers Instagram. Elle évoque également un partenariat passé avec un autre établissement, dont le résultat aurait été « incroyable pour eux ». Sur Facebook, en public mais sans la citer nommément, le responsable de l'hôtel a publié une réponse qui n'est pas piquée des hannetons.

Morceaux choisis : « Il faut beaucoup de culot pour envoyer un courriel du genre, à défaut de se respecter et d'avoir de la dignité [...] Qui va payer le personnel qui s'occupe de vous ? Qui va payer les femmes de ménage qui nettoient votre chambre ? [...] Peut-être devrais-je dire à mon personnel qu'il apparaîtra dans votre vidéo au lieu de recevoir un salaire pour le travail effectué ? ». Et de conclure : « À l'avenir, je vous conseille de proposer de payer comme tout le monde, et si l'hôtel en question croit que votre couverture les aidera, peut-être qu'ils vous proposeront de passer à une suite gratuitement ».

L'hôtel en profite pour expliquer qu'il est déjà largement présent sur les réseaux sociaux, notamment avec 186 000 abonnés sur Facebook, 80 000 sur Snapchat, etc. Comme le rappellent nos confrères de The Next Web, l'hôtel organise déjà sa communication, avec des campagnes devenues virales (ici et par exemple).

Suite à cette publication, Elle Darby a publié une vidéo où elle tente de s'expliquer (on notera d'ailleurs que les commentaires ont été désactivés). Elle indique être « embarrassée » et « en colère ». Cette réaction, combinée avec celles d'autres « influenceurs » allant dans son sens, a conduit le gérant à prendre une décision radicale : « tous les blogueurs sont interdits de séjour ». Dans un dernier message, il précise qu'il n'est pas disponible pour répondre à d'autres questions.

Dans tous les cas, cette histoire a l'avantage de faire parler de la pratique et des exigences de certains « influenceurs »... tout en assurant de la publicité (bonne ou mauvaise selon les cas) aux deux protagonistes.

Copié dans le presse-papier !

L'affaire avait fait du bruit en une seule journée : Wehe, application iOS capable de détecter les fournisseurs d'accès américains violant la neutralité du net, avait été bloquée sur l'App Store.

Vice, en contact avec le chercheur Dave Choffnes, développeur de l'application, indique cependant qu'elle est revenue. Pourquoi ? Apple a simplement expliqué que des vérifications avaient besoin d'être faites pour s'assurer que l'application faisait exactement ce qu'elle promettait.

Le chercheur a donc fourni les informations réclamées, levant le blocage de Wehe 18 heures après son instauration. Toujours selon lui, la conversation avec Apple aurait été « très plaisante », mais sans trop de détails puisque les raisons initiales du blocage n'avaient pas été données.

Il s'agirait donc plus d'un souci de transparence sur le processus de contrôle à l'entrée de l'App Store, avec un défaut de communication précise. Aux États-Unis bien sûr, avec la mise à sac de la neutralité du Net par la FCC et les combats qui se sont engagés pour sa protection, le blocage de l'application avait eu un écho particulier.

Copié dans le presse-papier !

Mi-décembre, Synaptics donnait le coup d'envoi de la production de masse de son capteur et annonçait un partenariat (sans plus de précision). Vivo profitait ensuite du CES de Las Vegas pour sortir du bois et présenter un prototype fonctionnel, mais rien de plus.

Au cours des derniers jours, les indiscrétions se sont multipliées. La TENAA (organisme de certification chinois) a ainsi mis en ligne des photos et quelques caractéristiques techniques du Vivo X20Plus UD. L'occasion d'apprendre par exemple qu'il dispose d'un écran de 6,43 pouces (2 160 x 1 080 pixels), d'un Snapdragon 660, de 4 Go de mémoire, etc.

Il y a peu, c'est le compte Twitter Zyad Atef qui a fait parler de lui en annonçant que le smartphone serait disponible le 25 janvier pour 3 998 yuans, soit 510 euros avec une conversion bête et méchante. Il n'y aurait donc plus que quelques jours à attendre pour en savoir plus.