du 11 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

En mai 2017, les autorités bulgares ont arrêté un groupe de 23 trafiquants, dont 5 douaniers, qui parvenaient à leurs fins en injectant une porte dérobée dans certains ordinateurs des douanes. Ils pouvaient ainsi indiquer dans les fichiers des autorités que leur cargaison avait déjà été contrôlée et que tout est en règle.

Lors de cette opération, 213 519 bitcoins avaient été saisis, pour un montant alors estimé à un peu plus de 500 millions de dollars. Quelques mois plus tard, ces bitcoins sont toujours entre les mains des autorités, qui dorment désormais sur un pactole estimé à plus de 3 milliards d'euros rapporte Coindesk.

À l'échelle de ce pays de 7,2 millions d'habitants, cette somme représente 6,3 % du PIB. Pour l'heure, le gouvernement bulgare n'a pas indiqué comment ces bitcoins allaient être utilisés. Par le passé plusieurs pays, notamment l'Australie et les États-Unis, ont vendu aux enchères la totalité des bitcoins qu'ils avaient pu saisir lors d'enquêtes criminelles.

Si cette solution devait être retenue, elle ferait sans doute le plus grand bien aux caisses bulgares.

La Bulgarie dort sur 3 milliards d'euros de bitcoins saisis
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après Les Echos, c'est au tour du Figaro de lancer son application pour Google Assistant. Le quotidien français est déjà partenaire du géant américain autour de son offre d'abonnement, et a proposé récemment le modèle « Mini » de l'enceinte connectée Google Home gratuitement pour toute souscription d'au moins six mois.

« L'assistant personnel de Google est désormais incollable sur l'actualité en France. Depuis quelques jours, les possesseurs d'enceintes connectées Google Home peuvent parler avec Le Figaro pour connaître les informations importantes du moment, écouter l'éditorial et répondre à la question du jour » précise le média. Aucune indication n'a été donnée sur le modèle économique.

La phrase d'action à prononcer est « Parler avec Le Figaro », celle-ci fonctionnant également avec l'assistant Google présent sur Android ou iOS, bien entendu.

« C'est une étape importante pour Le Figaro. Après le texte, l'image, et la vidéo, cette application est la première incursion du groupe sur le terrain audio, ainsi qu'une première expérience de développement autour de l'intelligence artificielle » précise Bertrand Gié, directeur des Médias Numériques.

On notera au passage que le groupe ne fait pas partie de ceux qui ont décidé de miser sur les podcasts dans le domaine de l'audio, la notion d'intelligence artificielle étant pour le moment assez légère dans des applications de ce genre, qui tiennent plus de l'audiotel nouvelle génération. Contrairement au service des Echos, il est développé en interne.

Ces annonces posent une fois de plus la question du partage des données des lecteurs et de la dépendance des médias français aux plateformes américaines, critiquées par ces mêmes journaux pour leur omniprésence sur le terrain publicitaire. Mais du fonds DNI à l'utilisation importante des services de Google, se débarrasser d'un tel concurrent-partenaire, qui draine parfois une audience importante à travers ses services de recherche et d'actualité, semble être une étape encore un peu trop complexe à franchir.

Copié dans le presse-papier !

En septembre dernier, Slack avait introduit les canaux partagés, qui permettaient de faire discuter ensemble des structures différentes.

Désormais, ces canaux peuvent être créés en mode privé. Ils adoptent alors le même fonctionnement que les canaux privés classiques : les membres doivent être spécifiquement invités et les contenus échangés ne ressortent dans aucune recherche globale. Les contenus sont privés pour les deux structures.

Copié dans le presse-papier !

Cette déclaration a été faite lors de ses vœux aux forces économiques, aux élus et à la presse. Le ministre de l'Économie ajoute qu'elle a été confiée à Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, que certains appellent désormais « Monsieur Bitcoin ».

Le but est de proposer « des réorientations sur l'évolution de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement, empêcher leur utilisation à des fins d'évasion fiscale, de blanchiment ou de financements d'activités criminelles ou de terrorisme » affirme Bruno Le Maire.

Copié dans le presse-papier !

Le constructeur annonce encore un nouveau smartphone de milieu de gamme. Son écran de 5,65 pouces affiche une définition de 2 160 x 1 080 pixels (format 2:1). Il est animé par un SoC Kirin 659 avec huit cœurs (quatre à 2,36 GHz et quatre à 1,7 Ghz) avec 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, extensible via un lecteur de cartes microSD (256 Go maximum).

Du Wi-Fi 802.11n, Bluetooth 4.2 et trois capteurs optiques de 8 pixels (avant) et 13 + 2 Mpixels (arrière) sont présents, ainsi qu'un lecteur d'empreintes digitales. La batterie affiche 3 000 mAh. Toutes les caractéristiques sont disponibles par ici.

Le P Smart sera disponible dès le 1er février pour 259 euros. Android 8.0 (Oreo) sera de la partie avec l'interface maison EMUI 8.0.

Copié dans le presse-papier !

Le sourire éclatant et la main dans la poche, Phil Spencer est devenu le visage de la division Xbox, de la console aux jeux. Dans un entretien à GamesBeat, il déclare devenir vice-président exécutif de Microsoft, en charge de la stratégie de l'édition de jeux, du matériel et les plateformes. Il se détache du travail quotidien, pour réfléchir à plus long terme.

La charge revient désormais à Matt Booty, jusqu'ici responsable de Minecraft, de prendre la tête des Microsoft Studios, soit le développement et l'édition de jeux en propre. GamesBeat rappelle que cela inclut 343 Industries (derrière les derniers Halo), The Coalition, Mojang (Minecraft), Rare, Turn 10 Studios et Global Publishing.