du 10 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

On apprenait il y a quelques mois que Jodie Whittaker allait interpréter la treizième incarnation du personnage du Docteur dans la fameuse série anglaise Doctor Who. Elle marquera aussi l'arrivée de Chris Chibnall (Broadchurch) comme showrunner en remplacement de Steven Moffat.

Son introduction se fera à l'occasion de la diffusion de l'épisode de Noël, Twice Upon a Time, le 25 décembre prochain sur BBC One. Pour préparer le terrain, la chaîne a montré une première image de l'actrice aux côtés de son fidèle Tardis.

La onzième saison, elle, arrivera bien plus tard. En effet, la BBC a indiqué qu'elle commencerait seulement à l'automne 2018, pour neuf épisodes d'un peu moins d'une heure. Aucune date n'a encore été donnée concernant la diffusion par France 4.

La BBC commence son teasing sur l'épisode de Noël de Doctor Who
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La société est en grande difficulté depuis ses déboires dans le nucléaire avec sa filiale Westinghouse. L'année dernière, elle avait repoussé à plusieurs reprises la publication de ses résultats et avait été placée « sous surveillance » par la bourse de Tokyo. Si Toshiba devait finir son exercice 2017-2018, qui se termine fin mars, avec des actifs nets négatifs, elle en serait alors radiée. Une humiliation supplémentaire potentielle pour la société.

Mais l'horizon s'éclaircit puisqu'un consortium a accepté de racheter ces créances, lui permettant de se séparer complètement de Westinghouse. Pour rappel, elle a tout de même perdu dans la bataille Toshiba Memory, une activité très rentable, qu'elle a vendue afin de renflouer ses caisses.

Copié dans le presse-papier !

Juho Sarvikas, chef de produit pour HMD Global, l'affirme sur Twitter, mais sans donner le moindre détail supplémentaire.

Pour rappel, au début de l'année, le fabricant a lancé la seconde génération de son smartphone Nokia 6, mais en Chine seulement. L'histoire de l'année dernière se répétera-t-elle ? En effet, le Nokia 6 première génération avait été annoncée pour la Chine au CES 2017, puis pour le reste du monde au MWC 2017, en même temps que les Nokia 3 et 5.

Réponse dans un peu plus d'un mois. Le salon de Barcelone ouvrira en effet ses portes du 26 février au 1er mars.

Copié dans le presse-papier !

Le calendrier est large et l'enjeu ambitieux. Dag Falk-Petersen, le PDG d'Avinor, la société en charge d'exploiter la plupart des aéroports du pays, l'affirme : « d'ici 2040, tout le trafic aérien en Norvège sera électrique », comme le rapporte l'AFP.

Il ajoute qu'il a « l’ambition d’être le premier au monde » à électrifier le transport aérien. « Nous estimons que tous les vols d’une durée de jusqu’à 1,5 heure peuvent être couverts par des avions totalement électriques » ajoute-t-il.

Copié dans le presse-papier !

La messagerie instantanée explique que cette nouvelle application doit « faciliter la réponse des entreprises à leurs clients, en séparant les messages professionnels des messages personnels par exemple et en créant une présence officielle sur WhatsApp ».

Disponible sur Android uniquement pour l'instant (et via la version Web), WhatsApp Business propose des profils professionnels précisant l'activité, l'adresse physique ou encore le site Internet, des messages d'accueil, d'absence ainsi que des réponses automatiques, des statistiques, etc.

Des comptes vérifiés pourront arriver dans un second temps, lorsque le service aura vérifié que le numéro de téléphone correspond bien à celui de l'entreprise. Pour le moment, il n'est disponible qu'en Indonésie, en Italie, au Mexique, au Royaume-Uni et aux États-Unis. D'autres pays suivront dans les semaines qui viennent. Rien n'est précisé pour iOS.

Copié dans le presse-papier !

Les États-Unis possèdent une liste très courte de circonstances dans lesquelles des ogives nucléaires peuvent être tirées contre un pays ennemi. Parmi elles, l'utilisation des armes biologiques (bactéries et virus).

Selon le New York Times, une révision de cette liste est actuellement à l'étude. Sur proposition du Pentagone, les auteurs de vastes cyberattaques contre les États-Unis seraient donc susceptibles de recevoir des bombes nucléaires sur la tête... pour autant qu'on puisse les viser avec précision.

La suggestion du ministère montre une évolution marquante dans la prise en compte de ces menaces, les agressions électroniques devenant aussi graves que des armes de destruction massive. Le changement - qui doit encore être accepté et signé par la Maison Blanche dans les semaines qui viennent - enverrait en outre un signal fort à certains pays, comme la Russie, la Chine ou la Corée du Nord.

Peut-être est-ce d'ailleurs là toute l'ambition du projet. Car prouver qu'un pays se tient bel et bien derrière une cyberattaque est particulièrement difficile, en dépit parfois de lourds faisceaux d'indices.