du 13 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

C'est une indiscrétion qui a permis à h0x0d de publier ce qui ressemble à une vidéo officielle de présentation, découpée en deux parties.

On peut y voir un renouvellement global de l'interface d'Office à base de Fluent Design System, le nouveau langage graphique de Microsoft. La modernisation est visible, via une simplification de l'affichage et des animations auparavant inexistantes.

La vidéo montre à la fois des évolutions dans les logiciels et dans les versions web, qui semblent nettement plus réactives. Elles récupèrent au passage les mêmes transformations visuelles que la suite classique.

Aucune date n'est donnée sur l'arrivée de ces changements. Le fait que la vidéo de présentation existe suggère qu'un test pourrait être prochainement proposé, à moins que l'éditeur soit assez sûr de lui pour lancer directement cette mouture au travers d'une mise à jour Office 365.

On ne sait d'ailleurs pas si Office 2019, attendu pour la fin de l'année, inclura ces nouveautés, ou si Microsoft les gardera pour ses abonnés.

L'interface du prochain Office pour Windows se dévoile
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En juin, le service évoquait l'activation de cette fonctionnalité suite à l'arrivée de tvOS 12, plutôt que le 1080p à 50 ips proposé à l'époque.

Des tests ont depuis été menés, sans date précise sur une ouverture à tous. C'est désormais le cas. L'équipe vient d'indiquer que « la bascule vient d'être réalisée sur les deux chaînes LIVE 4K-UHD disponibles sur myCanal via l'Apple TV 4K ».

Cela concerne Canal+ et le canal événement. Il faut bien entendu disposer d'un débit suffisant, 25 Mb/s étant recommandés.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social publie les messages et données liés à l'ingérence russe présumée dans l'élection présidentielle de 2016 outre-Atlantique.

Cette publication n'a rien d'étonnant, les plateformes ayant déjà transmis de nombreuses données au Congrès américain. Cette mesure coûte peu à la société, les messages étant de toute manière publics.

Ces données incluent 3 841 comptes liés à l'Internet Research Agency (IRA), une « ferme à trolls » russe, et 778 autres comptes qui viendraient d'Iran.

« Nous continuerons notre combat contre les infâmes attaques contre l'intégrité de Twitter, en nous associant à la société civile, les autorités, nos pairs dans l'industrie et les chercheurs, pour améliorer notre compréhension collective des tentatives coordonnées d'interférer dans le débat public » ajoute la société.

Le calendrier n'est pas innocent, à quelques semaines des élections législatives de mi-mandat. C'est une épreuve du feu pour les grandes plateformes, après les tombereaux de critiques subies suite à l'élection présidentielle deux ans plus tôt. Ces entreprises discutent d'ailleurs pour déterminer la marche à suivre.

En parallèle, la plateforme améliore légèrement ses demandes de suppression de tweets. Il peut exiger d'un utilisateur qu'il supprime un message, s'ils violent ses règles. Désormais, un tweet supprimé de cette manière sera signalé comme tel pendant 14 jours, sur le tweet et le compte. Un tweet signalé sera aussi masqué, derrière un message dédié.

Copié dans le presse-papier !

On ne peut que constater que le 802.11ad (ex-WiGig) n'a pas vraiment convaincu les constructeurs ou leurs clients.

Les produits exploitant cette norme sont encore peu nombreux et rarement utilisés, malgré la promesse de débits de plusieurs gigabits par seconde sur de courtes distances.

L'année prochaine, le Wi-Fi 802.11ay (rétrocompatible) doit prendre le relai, avec la gestion de quatre flux sur la bande des 60 GHz, du MIMO et des débits pouvant atteindre jusqu'à 100 Gb/s en théorie.

Qualcomm a décidé de ne pas attendre et annonce déjà de nouvelles puces, les QCA64x8 (infrastructure) et QCA64x1 (appareils) qui promettent des débits supérieurs à 10 Gb/s avec une latence « équivalente à un câble ».

La société avait déjà mis en avant cette solution en mai dernier dans le cadre de son partenariat avec Facebook autour de Terragraph. Les premiers essais étaient attendus pour la mi-2019.

On devrait donc entendre parler plus précisément du Wi-Fi 802.11ay autour des prochaines éditions du CES de Las Vegas ou du MWC de Barcelone.

Copié dans le presse-papier !

Quatre fonds publics américains, actionnaires de Facebook, ont proposé hier une mesure radicale : démettre Mark Zuckerberg de ses fonctions de directeur général.

Les State Treasurers (littéralement trésoriers d’États) de l'Illinois, du Rhode Island et Pennsylvanie, ainsi que le Comptroller de New York proposent également la création d’un siège indépendant de supervision au sein du conseil d’administration.

Selon Reuters, les quatre fonds n’ont pas véritablement l’espoir que cette proposition passe, puisque Zuckerberg est actionnaire majoritaire de l’entreprise avec 53,9 %. Mais la proposition faisant suite à un autre essai du même acabit l’année dernière, elle devrait forcer le directeur à ouvrir le dialogue lors de la prochaine assemblée des actionnaires, en mai 2019.

Mais la situation a passablement évolué en une seule année, la vie de l’entreprise ayant été marquée par plusieurs scandales, dont Cambridge Analytica. La faille récente, la prolifération des fake news et l’ingérence des puissances étrangères pendant les périodes électorales ne font que renforcer la pression.

La création d’un poste indépendant de supervision devrait donc être un sujet brûlant, de nombreuses structures de cette taille s’en étant déjà dotées. Pour Michael Frerichs, trésorier de l’Illinois, ce poste n’aurait sans doute pas prévenu tous ces problèmes, mais en aurait probablement réduit la portée.

Rappelons que ces fonds publics ne peuvent que s’inquiéter en regard du cours de l’action Facebook. En clôture de séance hier, le titre valait 159,42 dollars, bien loin des 218,62 dollars du 25 juillet dernier.

Copié dans le presse-papier !

La mise à jour 6.10 de Fortnite amène de nombreux ajustements au titre d'Epic Games, mais le plus notable est sans doute l'augmentation de la définition sur PS4 Pro. Les possesseurs de la console peuvent désormais profiter du titre en 1440p, à condition que la machine soit reliée à un téléviseur 4K.

Sur Switch, le studio promet une amélioration des performances côté CPU, ce qui devrait se traduire par un framerate plus stable, notamment sur les scènes chargées au niveau du moteur physique.

Sur mobile enfin, Epic vante des améliorations de fluidité majeures sur les appareils avec Android 7 et ses variantes plus récentes, ainsi qu'une meilleure gestion de la mémoire sur iOS.