du 21 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Annoncé il y a quelques mois, l'iMac Pro n'est toujours pas disponible, mais fait parler de lui à travers des découvertes effectuées par Steve Troughton-Smith et Guilherme Rambo‏ au sein de BridgeOS.

Ce système d'exploitation embarqué, découvert par Jonathan Levin, assurera le lien avec certains dispositifs et ce qui semble être une puce A10 Fusion (utilisée dans l'iPhone 7).

Les deux développeurs indiquent avoir trouvé des traces de la fonctionnalité « Dis Siri », qui pourrait fonctionner même lorsque l'appareil est éteint. D'autres éléments sont évoqués, comme une initialisation par la puce ARM du processeur x86 lors du démarrage, même si un tel dispositif n'est pas neuf.

AMD utilise par exemple de son côté l'élément ARM intégré à ses puces (AMD Secure) pour initialiser le processeur une fois les contrôles de sécurité effectués (Hardware Validated Boot, ou HVB). Depuis EPYC, elle propose d'ailleurs un dispositif similaire pour les machines virtuelles.

Mais la puce A10 dispose des mêmes éléments de sécurité que les iPhone. Apple pourrait donc chercher à exploiter un même composant pour le démarrage sécurisé à travers ses différents OS, sans avoir à se reposer sur la solution d'Intel.

Un point qu'il sera intéressant d'analyser en détails quand Apple aura livré sa propre version des faits.

L'iMac Pro embarquerait une puce A10 Fusion et pourrait gérer « Dis Siri » à tout moment
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le rover se balade depuis près de 7 ans sur la planète rouge, notamment à la recherche de traces de vie. Il a récemment identifié du méthane dans l'air, avec une quantité plus élevée que d'habitude, comme l'explique le New York Time.

Les données arrivées jeudi et vendredi étaient suffisamment intéressantes pour que la NASA réorganise son week-end afin de « mener une expérience de suivi ».

Cette découverte est potentiellement importante car elle pourrait être synonyme de vie. Attention, ce n'est pas la seule possibilité, des réactions géothermiques peuvent aussi en être à l'origine, entre autres…

Seule certitude pour nos confrères : le méthane a été libéré dans l'air « récemment » (à l'échelle de la planète). S'il était présent depuis quelques siècles, le Soleil et les réactions chimiques en seraient venus à bout.

Pour rappel, la mission Mars2020 va justement fouiller Mars à la recherche d'une vie passée.

Copié dans le presse-papier !

Le lanceur lourd de SpaceX a décollé pour la première fois en février de l'année dernière. Elon Musk assurait la comm' sur les réseaux sociaux et avec son roadster Tesla dans l'espace.

En avril de cette année, premier lancement commercial avec Arabsat-6A. Un succès sur toute la ligne avec la récupération du premier étage et des deux boosters latéraux. Ces deux derniers sont réutilisés pour cette mission STP-2.

La fenêtre de tir s'ouvrira demain à partir de 5h30 heure française et durera 4h. Une seconde sera disponible 24h plus tard en cas de retard. Les déploiements devraient débuter 12 minutes après le décollage et se terminer 3h32 après que Falcon Heavy aura quitté le plancher des vaches.

Le lanceur devra placer 24 satellites sur trois orbites différentes. Le deuxième étage se rallumera trois fois au cours de cette mission. Il est de nouveau prévu de récupérer les deux boosters et le premier étage de la fusée. Tous les détails de la mission sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

Dans un rapport d'inspection sur le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de l'agence spatiale américain, nous apprenons qu'un Raspberry Pi a été utilisé en avril 2018 comme point d'entrée pour une cyberattaque.

Le micro-ordinateur avait été installé sans autorisation ni contrôle de sécurité. Les pirates ont pu rester sur le réseau du JPL pendant dix mois. Ils ont pu récupérer 500 Mo de données dans 23 fichiers. Deux contenaient des informations sur la Réglementation américaine sur le trafic d'armes au niveau international et sur Mars Science Laboratory (dont fait partie le rover Curiosity).

Les attaquants ont également réussi à s'infiltrer dans deux des trois réseaux primaires du JPL. Ce dernier étant relié à de nombreux autres réseaux, dont le DSN (Deep Space Network), des déconnexions temporaires en cascades ont eu lieu pour éviter que la contamination ne se répande.

Copié dans le presse-papier !

Cette brèche a été dévoilée par The Wire Cutter. Le cœur du problème réside dans la fonctionnalité Works with Nest qui permet aux applications tierces de se connecter à la caméra.

Lors d'une remise à zéro, ces liens n'étaient pas réinitialisés. Résultats, l'ancien propriétaire d'une caméra Nest pouvait voir les images provenant du nouveau propriétaire en passant par une application tierce auparavant autorisée.

Google indique avoir déployé automatiquement un correctif. Nos confrères confirment qu'il fonctionne correctement.

Copié dans le presse-papier !

Cette fonctionnalité existe déjà sur mobile, mais pourrait arriver prochainement sur les ordinateurs fixes et portables.

Un de nos confrères d'Engadget a pu en profiter. Elle fait exactement ce que l'on attend d'elle et se met au-dessus des autres applications avec une fenêtre flottante que l'on peut ajuster et déplacer.

La plateforme de streaming confirme qu'il ne s'agit pour le moment que d'un test, sans préciser si cette fonctionnalité sera prochainement déployée à tous les utilisateurs.