du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

L’État lance une consultation en ligne pour élaborer son « guide de l’achat agile »

La Direction interministérielle du numérique (DINSIC) a ouvert hier un appel à commentaires visant à compléter et améliorer un projet de guide portant « sur les achats de prestation de services pour des projets menés en agile ».

« De nombreuses difficultés sont constatées concernant l’acquisition des compétences internes pour ces méthodes, qui nécessitent une expertise différente de celle plus classiquement nécessaire aux projets « cycle en V ». L’appel à des prestations de service externes est généralement la solution pour pallier ce manque de compétences ou de moyens. Pour l’État, l’enjeu est d’effectuer le bon achat, afin que l’appel à ces sociétés se fasse dans les meilleures conditions » explique la mission Etalab dans un billet de blog.

Que vous soyez un particulier, une entreprise ou une association, vous avez jusqu’au 14 décembre pour participer. Le guide devrait être finalisé avant la fin de l’année.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Comme chaque année, le réseau social propose une rétrospective des événements marquants de l'année écoulée. En 2018, comme en 2017, la journée internationale des femmes arrive en tête des discussions.

La manifestation March for Our Lives est en deuxième position, tandis que les échanges politiques autour des élections au Brésil et celles de mi-mandats aux États-Unis arrivent en troisième position.

La coupe du monde de Football, le 52e Super Bowl et le mariage royal ont aussi été des événements marquants. Facebook cite également le centième anniversaire de la naissance de Nelson Mandela et les morts d'Aretha Franklin, de Stephen Hawking et d'Anthony Bourdain.

À partir du 10 décembre, votre vidéo personnalisée sur l'année 2018 vue par Facebook au travers de votre compte (et celui des vos amis) sera mise en ligne sur cette page. Vous pourrez évidemment la partager si vous le souhaitez.

Copié dans le presse-papier !

Brad Smith, directeur juridique et vice-président de Microsoft, fait de nouveau part de ses craintes sur le sujet et appelle au rassemblement des autres géants du Net.

« Nous pensons qu'il est important que les gouvernements commencent à adopter des lois pour réglementer cette technologie en 2019 », affirme-t-il. S'il estime préférable de traiter cette problématique dans son ensemble, il ne veut pas pour autant attendre que les officiels agissent : « Nous, et d’autres sociétés technologiques, devons commencer à mettre en place des mécanismes de protection autour des technologies de reconnaissance faciale ».

Trois principaux problèmes sont soulevés : des décisions biaisées et/ou en violation des lois sur la discrimination, des intrusions dans la vie privée des personnes et la surveillance de masse. Brad Smith souhaite que les sociétés concernées publient une « documentation expliquant les capacités et limites de leur technologie, en termes compréhensibles par les clients et les consommateurs ». Il veut également que des tiers puissent mener des tests sur les systèmes de reconnaissance faciale.

Microsoft veut montrer l'exemple et adopte six principes : équitabilité, transparence, responsabilité, non-discrimination, consentement et enfin surveillance légale. De plus amples informations seront données la semaine prochaine. La société prévoit aussi de publier des documents « pour aider ses clients à utiliser cette technologie de manière responsable ».

Copié dans le presse-papier !

Damien Collins, le parlementaire en charge de l’enquête sur les « fake news » et l’affaire Cambridge Analytica outre-Manche, a tiré un boulet de canon. Le 5 décembre, il a mis en ligne un document compilant des communications internes à Facebook.

Face au refus de Mark Zuckerberg d’être auditionné, le Parlement a sauté sur une occasion fin novembre, la visite du patron de Six4Three, une société en conflit ouvert avec le réseau social. Une visite à son hôtel a permis de récupérer une masse de documents internes à Facebook versées au procès.

Facebook a immédiatement demandé aux parlementaires de lui restituer ces messages, sans les diffuser, estimant qu’ils sont protégés par une décision de la Cour supérieure de San Mateo, responsable du procès. Une demande ignorée ici.

Damien Collins relève six points principaux :

  • Après le siphonage abusif de données d’amis par des sociétés (en premier lieu Cambridge Analytica), Facebook avait restreint cet accès pour les applications… sauf une liste blanche de partenaires qui aurait encore pu se passer du consentement des internautes concernés, ce qui resterait à confirmer.
  • L’accès aux données des amis aurait été une motivation importante dans la « Platform 3.0 » de Facebook, qui l’aurait valorisé. « L’idée de lier l’accès aux données d’amis à la valeur financière des relations avec les développeurs est une constante de ces documents. »
  • Les échanges de données avec les développeurs auraient aussi été importants dans la « Platform 3.0 » de Facebook.
  • Sur Android, face au tollé causé par l’accès possible aux métadonnées d’appels et de SMS, le réseau social aurait voulu cacher cet accès à la mise à jour de son application.
  • Facebook aurait exploité son réseau privé virtuel (VPN) Onavo pour obtenir des statistiques d’utilisation des mobinautes, sans qu’ils ne le sachent forcément.
  • Facebook aurait refusé l’accès à des données à des applications concurrentes, contribuant à leur échec, selon Damien Collins.

Nous aurons sûrement l’occasion de revenir plus en détail sur ces documents.

Copié dans le presse-papier !

Partie en mai de la Terre pour se rendre sur Mars, la sonde est arrivée à destination fin novembre. Elle embarque avec elle l'instrument scientifique SEIS, équipé de trois sismomètres « capables de détecter un frémissement de l’ordre de 10^-11 mètre, c’est-à-dire de la taille d’un atome », précise le CNES.

Pour l'instant il est toujours sur la sonde et n'a pas encore été posé au sol, une opération qui sera réalisée autour de Noël si tout va bien. En attendant, les contrôles confirment la bonne santé de SEIS, comme l'indique le CNRS : « les courants et puissances mesurés sont parfaitement normaux et les positions de saturations sont conformes à celles attendues. Les capteurs sismiques à courtes périodes, de moindre sensibilité et qui peuvent eux fonctionner sur le pont, ont fonctionné nominalement lors des vérifications ».

« Une semaine après l’atterrissage, nous commençons déjà à caractériser le bruit sismique de l’atterrisseur pour choisir le site le plus calme pour le déploiement de SEIS. Cela nous permettra d’écouter au mieux l’intérieur de Mars », déclare Philippe Lognonné, le responsable scientifique de SEIS.

Copié dans le presse-papier !

Comme à chaque fin d'année, la plateforme de streaming met en ligne son bilan des 12 derniers mois, accompagné d'un mashup d'un peu plus de 8 min mettant en avant « les vidéos, les personnes, la musique et les moments ayant défini 2018 ». Le concept change un peu cette année, avec la parole donnée aux youtubeurs.

Des classements des vidéos les plus populaires par catégories et pays sont bien sûr toujours de la partie. Le top 3 des tendances de l'année au niveau mondial est : To Our Daughter de Kylie Jenner, Real Life Trick Shots 2 de Dude Perfect et We broke up de David Dobrik.

En France, Dragon Ball - Le son des enfers par Le Rire Jaune, L'invention du corps humain par Cyprien et Dans la tête des chats par Norman occupent les trois premières places. Du côté des bandes-annonces, Venom arrive en tête, suivi par Blackkklansman  et Hôtel Transylvanie 3.