du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

L’État lance une consultation en ligne pour élaborer son « guide de l’achat agile »

La Direction interministérielle du numérique (DINSIC) a ouvert hier un appel à commentaires visant à compléter et améliorer un projet de guide portant « sur les achats de prestation de services pour des projets menés en agile ».

« De nombreuses difficultés sont constatées concernant l’acquisition des compétences internes pour ces méthodes, qui nécessitent une expertise différente de celle plus classiquement nécessaire aux projets « cycle en V ». L’appel à des prestations de service externes est généralement la solution pour pallier ce manque de compétences ou de moyens. Pour l’État, l’enjeu est d’effectuer le bon achat, afin que l’appel à ces sociétés se fasse dans les meilleures conditions » explique la mission Etalab dans un billet de blog.

Que vous soyez un particulier, une entreprise ou une association, vous avez jusqu’au 14 décembre pour participer. Le guide devrait être finalisé avant la fin de l’année.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Open source (licence MIT), l'outil UI Recorder permet la création de tests automatisés pour les développeurs Windows Application Driver.

En dépit de son nom, ce dernier n'est pas consacré aux pilotes, mais à l'automatisation des tests d'interfaces. Pour remédier aux faiblesses d'Inspect dans ces scénarios, UI Recorder débloque deux importantes possibilités.

D'une part, inspecter les éléments UI et fournir automatiquement leurs expressions XPath. D'autre part, générer un code C# pour certains actions durant l'enregistrement. Ce code peut être collé dans le dossier UI Recorder Template pour être relancé plus tard.

Dans son billet, Microsoft explique plus en détail le maniement de l'outil. Visual Studio 2017 est recommandé pour son utilisation.

Copié dans le presse-papier !

Google vient d'annoncer une nouveauté pour son navigateur mobile, qui va être mise en place dans une centaine de pays, notamment ceux avec un réseau mobile moins développé que la moyenne.

L'objectif est de permettre un meilleur accès à des articles de presse, même lorsque vous n'avez aucune connexion ou qu'elle n'est pas très bonne.

Pour cela, Chrome pour Android va simplement télécharger sur l'appareil un version hors-ligne d'articles populaires, soit dans votre région, soit en fonction de votre historique de navigation. Le téléchargement se déclenchera quand l'appareil sera relié au Wi-Fi.

La société ne précise pas les critères de sélection, si les pages AMP seront favorisées, etc. Rien n'est dit non plus sur l'impact pour les sites en matière de calcul d'audience ou même d'accès à leurs fonctionnalités.

Copié dans le presse-papier !

SFR Sport changera de nom le 3 juillet. L'opérateur revient sur le sujet auprès de ses abonnés, avec quelques détails. Ainsi, les chaînes 1 à 3 deviennent RMC Sport Access 1, 2 et 3. SFR Sport 5 devient RMC Sport 4 alors que BFM Sport deviendra RMC Sport News en août. Elles occuperont les canaux 106 à 110.

Selon les cas, les clients auront accès à une option RMC Sport ou RMC Sport Access. Cette distinction cache une astuce. D'après nos informations, les clients SFR Sport seront considérés comme « Access » et n'auront pas droit à l'application RMC Sport, ainsi qu'à la chaîne 4K (RMC Sport UHD 1) et à certaines compétitions (Champions League, Europa League). L'option SFR Sport Europe devient RMC Sport et donnera accès à tous ces services et contenus.

Dans son email, SFR se veut rassurant : « N'ayez aucune inquiétude, vous retrouverez tous vos programmes habituels et le tarif de votre forfait mobile ne change pas ». Pour rappel, RMC Sport sera proposé en option aux nouveaux clients à 9 ou 19 euros par mois, contre 5 ou 15 euros actuellement pour SFR Sport Europe.

Dans le même temps, l'opérateur offre son option à tous ses clients qui prennent un abonnement BeIN Sports. Le pack est ainsi proposé à 15 euros par mois.

Copié dans le presse-papier !

Dans une question écrite au gouvernement, le sénateur du Doubs, Jean-François Longeot, pointe la possible pénurie de fibre, qui pourrait ralentir (voire mettre en pause) le déploiement du très haut débit.

Il pointe la situation de départements en Bourgogne-Franche-Comté (la Côte-d'Or, le Jura, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l'Yonne) qui ont pris du retard dans leurs déploiements, assurés par une société publique.

Le sénateur demande donc des solutions au gouvernement. Pour mémoire, face à la tension mondiale sur la fibre, l'Agence du numérique songe à recommander l'utilisation d'un autre type de fibre que celle habituellement utilisée pour connecter les habitations.

Pour l'Avicca, une association de collectivités, ce tour de passe-passe ne règlerait la question que quelques mois, en ouvrant des risques techniques et juridiques pour les réseaux publics (voir notre analyse). Fin mai, elle niait d'ailleurs tout arrêt des déploiements à cause de ce manque de fibre, refusant de parler de pénurie.

 

Copié dans le presse-papier !

Présenté lors de l'IFA 2017 de Berlin, le HDR10+ est une évolution du HDR10 venant concurrencer Dolby Vision. Il ne propose qu'une profondeur de couleurs sur 10 bits (12 bits pour Dolby Vision), mais a l'avantage d'être utilisable gratuitement (hors frais administratifs).

Au CES de Las Vegas, il se dotait d'un nouveau logo, et Warner Bros rejoignait l'aventure aux côtés de 20th Century Fox, Panasonic et Samsung.

Désormais, le HDR10+ revendique plus de 40 partenaires et se lance dans le grand bain avec le début du programme de certification. Les télévisions, lecteurs et autres produits peuvent donc commencer à passer les tests.