du 16 avril 2019
Date

Choisir une autre édition

L'Équateur accuse Assange d'avoir fait de l'ambassade un centre d'espionnage

La semaine dernière, on apprenait avec stupéfaction la fin brutale de l’asile politique accordé à Julian Assange par l’Équateur. Le fondateur de WikiLeaks était réfugié dans une ambassade du pays à Londres depuis sept ans.

WikiLeaks clamait que cette fin d’asile était illégale. L’Équateur, lui, évoquait une décision « souveraine » prise « après ses violations répétées des conventions internationales et des protocoles de la vie quotidienne ».

Lenín Moreno, président de l’Équateur, a depuis donné quelques précisions. Assange aurait ainsi utilisé l’ambassade comme « centre d’espionnage ».

Il reproche tout particulièrement à Assange d’avoir continué ses activités « déstabilisantes pour les gouvernements », activité « violant les conditions de l’asile ». Une décision qui « n’est pas arbitraire, mais basée sur le droit international ».

La décision de Moreno est cependant vivement contestée dans son pays. Le précédent président, Rafael Correa, n’a pas hésité à parler de « crime que l’humanité n’oubliera jamais », traitant Moreno de « plus grand traître de l’histoire de l’Équateur et de l’Amérique Latine ».

chargement Chargement des commentaires...