du 08 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

L'ANFR dresse la liste des « points atypiques » où l'exposition aux ondes dépasse la moyenne nationale

Depuis plusieurs années, l'Agence nationale des fréquences (ANFR) publie une étude de l'exposition du public aux ondes radioélectriques (voir notre analyse). En 2017, 3 836 mesures ont été effectuées, avec des résultats toujours inférieurs aux valeurs limites (entre 28 et 87 V/m suivant les fréquences). En effet, « le niveau médian calculé sur ces mesures est de 0,34 V/m et l’écart type de 0,9 V/m », bien loin donc des 28 V/m.

Dans le lot, 15 mesures dépassent tout de même les 6 V/m, le seuil choisi par l'ANFR pour définir un point atypique. Les trois premiers du classement vont même au-delà les 10 V/m et se trouvent à Quimper (pour deux d'entre eux) et Montpellier. Toute la France est concernée puisqu'on trouve également des points atypiques à Lyon, Rennes, Paris, Tourcoing, Saint Quentin, etc.

Dans 14 des 15 cas, la téléphonie mobile est la cause de ce niveau plus élevé que la moyenne (mais toujours inférieur aux recommandations), tandis que la radiodiffusion sonore est responsable dans le dernier cas. En plus de dresser un constat, l'ANFR soumet le résultat « aux exploitants concernés pour examen de l’ingénierie et le cas échéant modification de l’installation ».

Il peut alors réduire la puissance d’émission, éteindre une technologie en téléphonie mobile ou un secteur, ou bien maintenir la station en l'état « s’il se trouve dans l’impossibilité de modifier la (ou les) station(s) à l’origine du point atypique sans affecter la couverture et/ou la qualité des services rendus ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Les sites se trouvent au Nevada Institute for Autonomous Systems à Las Vegas et Lone Star UAS Center for Excellence & Innovation à Corpus Christi (Texas).

But de l'opération : confirmer que le système UTM – UAS (Unmanned Aircraft Systems, ou drones) Traffic Management – de la NASA « peut gérer efficacement et en toute sécurité le trafic de drones dans une zone urbaine ».

Les résultats des expérimentations serviront de pistes pour des règles et procédures de gestion du trafic dans les zones urbaines. Entre les livraisons de produits en tout genre, les drones particuliers et les taxis volants autonomes, l'espace aérien proche promet d'être bien rempli dans les prochaines années.

Copié dans le presse-papier !

Ce rachat s'inscrit dans le prolongement de celui de Keyyo (un autre opérateur pour entreprises) en octobre dernier, avec toujours le même but : « accélérer son développement sur le marché des TPE, PME et ETI ». Une annonce attendue puisque la rumeur courait depuis plusieurs semaines.

Bouygues Telecom veut ainsi récupérer 100 % du capital et des droits de vote. « Nerim conserverait son autonomie juridique et commerciale et bénéficierait de l’appui de Bouygues Telecom Entreprises pour poursuivre son développement », ajoute l'opérateur.

La réalisation de cette acquisition est attendue pour mars 2019.

Copié dans le presse-papier !

L’application To-Do de Microsoft évolue plus rapidement ces derniers temps, particulièrement sous Windows 10 où elle n’était pas forcément la mieux traitée.

La dernière révision de l’application pour les testeurs Windows Insiders contient en effet un ajout de taille : le support des comptes multiples. On accède à la liste en cliquant sur le nom de l’utilisateur en haut à gauche de la fenêtre, comme noté par WindowsBlogItalia.

Notez que cet ajout est un rattrapage face à la version Android qui supporte les comptes multiples depuis début décembre. La version iOS ne les a pas encore, mais on imagine qu’ils ne devraient plus tarder.

Les utilisateurs sous Windows 10 apprécieront en tout cas l’accélération, après l’arrivée au cours des derniers mois d’ajouts importants comme le mode sombre, l'intégration avec Cortana, le partage des listes, le déplacement de tâches entre listes ou encore l’arrivée des étapes, pour diviser les tâches en sous-tâches.

La disponibilité de la nouvelle version dans le canal stable n'est pas encore connue. Il ne s'écoule en général que quelques semaines au maximum entre le test du canal Insider et la diffusion publique.

Copié dans le presse-papier !

On savait depuis décembre que Microsoft préparait une nouvelle application Office pour centraliser tous les contenus, réglages et applications à destination des abonnés Office 365 ou des utilisateurs classiques d’Office 2016 et 2019.

Elle est désormais disponible, ou tout du moins en cours de déploiement. Elle remplace l’ancienne version dans le Store. Dans notre cas, nous avons pu l’installer, mais toujours avec l’ancienne présentation, nettement moins agréable.

La nouvelle ne surprendra en revanche pas ceux qui utilisaient déjà Office.com dans un navigateur. L’écran d’accueil est le même, avec la ligne des applications Office (parées d’ailleurs de leurs nouvelles icônes), les documents les plus souvent travaillés puis, en-dessous, les récemment ouverts, les épinglés et ainsi de suite.

L’application se veut un centre névralgique des utilisateurs Office sans devoir ouvrir un navigateur. L’application peut s’épingler dans le menu Démarrer ou dans la barre des tâches. Sur un plan technique, c’est d’ailleurs une PWA (Progressive Web App).

Si vous ne voyez pas la nouvelle présentation après installation, sachez que le déploiement prendra jusqu’à plusieurs semaines pour atteindre tous les utilisateurs.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant explique à Droid Life qu'il a « arrêté plusieurs projets » et s'est séparé d'environ 30 employés (soit 2 % des effectifs). Une restructuration a aussi été mise en place pour réaffecter une partie du personnel.

Une source anonyme annonçait la fermeture de la branche mobile (après celle de la boutique en ligne). Le constructeur ne confirme ni n'infirme, et se contente d'une déclaration floue : « Dans notre division mobile, certains membres du personnel ont été licenciés et d'autres affectés à d'autres nouveaux projets ».

Razer affirme qu'il va continuer à travailler sur le mobile, avec « des initiatives matérielles et logicielles », sans plus de détail. Dans tous les cas, le Razer Phone 2 « continuera d'être vendu » et le constructeur s'engage « à le supporter avec les dernières mises à jour et fonctionnalités ».