du 16 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Voilà un petit projet qui replongera certains utilisateurs dans la nostalgie l'espace de quelques minutes.

Pour le grand public, l'Explorateur règne en maître depuis Windows XP. Mais avant, il fallait utiliser le Gestionnaire de fichiers, ou File Manager (WinFile).

Un développeur de chez Microsoft, Craig Wittenberg, en publie le code source sous licence MIT, même si ce n'est pas exactement le code original.

Il est disponible en deux versions. Une première, proche de l'originale, mais modernisée pour fonctionner sur un Windows 10 x64 (compatibilité Visual Studio 2015 et 2017, conversion de vieux appels, etc.).

L'autre, nommée Master, davantage modifiée pour en faire une application plus utile au quotidien, avec prise en charge des raccourcis clavier, du glisser/déposer OLE, le lancement de Notepad ou Notepad++ via F12 sur un fichier, l'ajout de menus contextuels et autres.

L'ancien File Manager de Windows disponible en open source
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans tout juste un mois, le règlement européen sur la protection des données entrera en vigueur, avec de nombreux changements à la clé. Les géants du Net (et les autres) se préparent et mettent à jour leurs conditions d'utilisation et politique de confidentialité.

Dropbox et WhatsApp passent ainsi l'âge minimum pour utiliser leur service à 16 ans dans certains pays, dont la France. Le service d'hébergement de fichiers ajoute également un accord de traitement des données à son service business.

De son côté, Twitter en profite pour rendre ses conditions plus facilement lisibles et compréhensibles, c'est du moins l'annonce faite par le réseau social.

Copié dans le presse-papier !

Un an après avoir ouvert une enquête sur le rachat de l'opérateur portugais par la société de Patrick Drahi, la sanction est tombée (elle était d'ailleurs attendue).

« Pour avoir procédé à l'acquisition de l'opérateur portugais de télécommunications PT Portugal avant notification ou autorisation », la Commission européenne inflige une amende de 124,5 millions d'euros.

Parmi les griefs : « Altice n'a respecté ni l'obligation de notification, ni l'obligation de suspension. La Commission estime que ces infractions sont graves en ce qu'elles portent préjudice au bon fonctionnement du système de contrôle des concentrations de l'UE ».

De son côté, Altice a rapidement réagi pour faire part de son « désaccord total avec la décision de la Commission ». Le groupe annonce qu'il « fera appel de la décision de la Commission devant le Tribunal de l’Union européenne pour demander que la décision soit annulée dans sa totalité, ou du moins que la sanction soit réduite de manière significative ».

Copié dans le presse-papier !

Pour rappel, ce « couteau suisse » de l'espace est en charge de surveiller de près notre Terre et nos réserves d'eau (mer, lac, rivières, etc.).

Il est en place sur le cosmodrome de Plessetsk, au nord de la Russie et le lancement est prévue pour 19h57 (heure de Paris). Un live sera proposé dès 19h30 pour suivre les derniers préparatifs et le décollage.

Après une pause entre 20h15 et 21h10, la diffusion reprendra jusqu'à 21h40 pour suivre la séparation et, espérons-le, l'acquisition du signal du satellite.

Copié dans le presse-papier !

Symptôme de demandes régulières, Microsoft s'excuse à moitié pour un manque de visibilité sur l'évolution de Visual Studio. Depuis la version 2017 en effet, le rythme d'apparition des nouveautés est plus fréquent. Les développeurs souhaitaient donc une meilleure visibilité.

La roadmap liste donc toutes les fonctionnalités prévues, les langages concernés, d'éventuels liens explicatif, ainsi et surtout que la disponibilité prévue. Beaucoup n'en ont d'ailleurs pas encore, quand d'autres indiquent « In Preview », signe que leur arrivée est proche.

Copié dans le presse-papier !

Un peu plus de 18 mois après les 960 Pro et Evo, le fabricant dévoile la relève. Ils sont au format M.2 PCIe 3.0 x4 (NVMe), avec des capacités de 250 Go à 2 To pour les 970 Evo, contre 512 Go et 1 To pour la version Pro.

Les nouveaux SSD exploitent des puces maison de V-NAND (64 couches) TLC (3 bits par cellule) pour les 970 Evo, contre MLC (2 bits par cellule) pour les 970 Pro. Dans les deux cas, un contrôleur Phoenix de la marque est présent, épaulé par 512 Mo à 2 Go de cache suivant la capacité.

Le constructeur annonce des débits pouvant atteindre 3,5 Go/s en lecture et 2,7 Go/s en écriture, pour 500 000 IOPS en lecture et écriture. Par rapport aux 960 Evo/Pro, peu de changement en lecture, mais une belle augmentation en écriture et sur les entrées/sorties.

Samsung annonce une disponibilité pour le 7 mai, avec un tarif de 119,99 dollars pour le 970 Evo de 250 Go et de 329,99 dollars pour le 970 Pro de 512 Go. Les autres prix ne sont pas précisés.