du 16 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Voilà un petit projet qui replongera certains utilisateurs dans la nostalgie l'espace de quelques minutes.

Pour le grand public, l'Explorateur règne en maître depuis Windows XP. Mais avant, il fallait utiliser le Gestionnaire de fichiers, ou File Manager (WinFile).

Un développeur de chez Microsoft, Craig Wittenberg, en publie le code source sous licence MIT, même si ce n'est pas exactement le code original.

Il est disponible en deux versions. Une première, proche de l'originale, mais modernisée pour fonctionner sur un Windows 10 x64 (compatibilité Visual Studio 2015 et 2017, conversion de vieux appels, etc.).

L'autre, nommée Master, davantage modifiée pour en faire une application plus utile au quotidien, avec prise en charge des raccourcis clavier, du glisser/déposer OLE, le lancement de Notepad ou Notepad++ via F12 sur un fichier, l'ajout de menus contextuels et autres.

L'ancien File Manager de Windows disponible en open source
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le 1er août, la fondation Tor informait sa communauté : les sommes levées pendant le mois seraient intégralement reversés au fond Bug Smash, destiné à payer les développeurs responsables corrections des bugs trouvés.

Sont particulièrement recherchées les vulnérabilités débouchant sur des fuites d’informations, qu’il s’agisse d’une adresse IP dans le réseau Tor lui-même ou de n’importe quelle autre donnée dans Tor Browser. Ce qui implique de travailler rapidement avec Mozilla, le navigateur étant basé sur la branche ESR (support long) de Firefox.

Selon la fondation, plus de 86 000 dollars ont ainsi été réunis, de sources très diverses et dans de nombreuses devises, y compris des cryptomonnaies. 

Il ne s’agit donc pas d’une chasse aux bugs au sens strict du terme. Les failles de sécurité seront toujours signalées « gratuitement », mais l’argent récolté servira à accélérer le processus, si nécessaire avec des développeurs supplémentaires.

Copié dans le presse-papier !

One est le nom que Google donne à ses offres de stockage en ligne. Comme tous les grands éditeurs liés au cloud, il propose diverses formules. Pour rappel, chaque compte gratuit fournit 15 Go. Le premier palier est de 100 Go pour 1,99 € par mois, ou 19,99 par an, et jusqu’à 30 To pour 299,99 € par mois.

Désormais, cet espace peut être utilisé pour stocker les sauvegardes du téléphone, prenant en compte des données qui ne l’étaient pas jusqu’ici, comme les MMS. Photos, vidéos, contacts, messages et autres sont ainsi réunis au même endroit.

En cas de perte, vol ou cassure de l’appareil, ces données pourront être restaurées sur le nouvel appareil. L’un des plus apports est la prise en charge des photos en qualité originale, différenciant One de Photos, dont le stockage est illimité tant que les photos ne dépassent pas les 12 mégapixels.

Les choix de Google sont d’ailleurs étranges dans ce domaine. L’éditeur a coupé en juin le lien entre Photos et Drive en expliquant que la redondance des informations perturbait les utilisateurs. Désormais, il faudra expliquer comment Photos synchronise une masse illimitée de photos dans une certaine qualité alors que One garde la qualité originale… tant qu’il y a de la place.

On notera également que ce service est proposé depuis des années par Apple avec son iCloud. Les données des téléphones, tablettes et autres sont envoyées en ligne et sont synchronisées automatiquement. Chez Apple, le souci est cependant différent : un compte gratuit ne propose que 5 Go, très vite saturés par les informations toujours plus nombreuses à sauvegarder.

Copié dans le presse-papier !

Mardi dernier, Apple tenait une conférence de presse pour présenter ses nouveaux iPhone 11, iPad et Apple Watch, ainsi que les services par abonnement Arcade et tv+ (lire notre compte rendu).

Le même jour, Robert Allen Iger (alias Bob Iger) quittait le conseil d'administration de la Pomme. Il était pour rappel arrivé en 2011, quand Arthur D. Levinson prenait la tête du conseil d'administration. 

« Sa vision stratégique pour Disney repose sur trois principes fondamentaux : générer le meilleur contenu créatif possible ; favoriser l'innovation et exploiter les toutes dernières technologies ; enfin, gagner de nouveaux marchés dans le monde entier, ce qui en fait un collaborateur idéal pour Apple », expliquait alors Tim Cook

Le départ de Bob Iger a été notifié à la SEC (gendarme boursier américain) dans un courrier daté du 10 septembre, le jour de la conférence Apple. Pour rappel, Disney se prépare lui aussi à lancer son propre service de streaming, Disney+, au mois de novembre.

« C’est un privilège extraordinaire d’avoir siégé au conseil d’administration d’Apple pendant 8 ans et j’ai le plus grand respect pour Tim Cook, son équipe chez Apple et les autres membres du conseil d’administration », indique enfin Bob Iger dans un communiqué repris par plusieurs de nos confrères.

Copié dans le presse-papier !

« Les robots sont-ils ou seront-ils capables de nous remplacer ? Pour quelles tâches ? L’intelligence artificielle va-t-elle dépasser l’intelligence humaine ? » Jean-Paul Laumond, directeur de recherche au CNRS, apporte quelques éléments de réponses à ces vastes questions.

Le chercheur part d'abord d'un constat général : « Nous sommes conscients que ces logiciels ne sont pas parfaitement fiables et nous nous en accommodons car finalement ils ne marchent pas si mal et leurs erreurs ne prêtent pas à conséquence ». Néanmoins, les conséquences peuvent être bien différentes sur d'autres systèmes.

« Confondre une autruche et tante Adèle n’a pas le même niveau de gravité que confondre sur une radiographie du sein des microcalcifications et des tumeurs naissantes. C’est au médecin qu’il revient, in fine, d’établir le diagnostic et d’en endosser la responsabilité ».

Même problématique dans la robotique : « La moindre erreur de logiciel peut conduire un robot humanoïde à chuter [...] Les algorithmes, les logiciels qui en résultent et les informations qui découlent du calcul doivent être certifiés. C’est tout le défi de la robotique que de rendre compte du monde physique sous cet impératif ».

Au final, l'Homme « s’accommode bien dans la pratique des limitations de ces technologies logicielles. On ne cherche pas des logiciels fiables à coup sûr. Il suffit qu’ils soient corrects la plupart du temps »… mais ce n'est pas le cas dans bien d'autres domaines. 

Bref, « les progrès en robotique sont plus lents qu’il n’y paraît ». 

Copié dans le presse-papier !

Apple a publié la semaine dernière la Golden Master d’iOS 13, qui deviendra la version finale distribuée le 19 septembre si aucun bug sérieux n’est découvert. Pour rappel, toutes les fonctions prévues n’y seront pas, expliquant l’arrivée d’une mouture 13.1 le 30 septembre (avec iPadOS).

Steve Troughton-Smith a trouvé dans cette mouture un simple fichier texte à destination des employés d’Apple. Objectif, leur expliquer comment lancer les applications en réalité augmentée stéréoscopique sans être équipé du casque maison, au nom de code Garta.

La technologie, elle, est désignée sous le nom de StarBoard. L’analyse Ming-Chi Kuo, souvent très bien informé, estimait qu’Apple commencerait la production de ce casque (ou de ces lunettes) en 2019 pour une arrivée sur le marché en 2020.

Qu’Apple se lance dans ce domaine ne sera une surprise pour personne. Les versions d’iOS se sont enrichies peu à peu de fonctionnalités, exploitables dans les applications et jeux via ARKit. Comme le rappelle The Verge, les dernières années d’Apple ont été émaillées d’embauches, rachats et de demandes de brevets dans ce domaine.

C’est toutefois la première fois que la technologie maison est mentionnée de manière aussi nette. Une présentation pourrait être proche, même si la firme est connue pour attendre d’être à peu près sûre d’elle pour se jeter à l’eau.