du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Après une première chute suite à la publication de ses résultats, Altice a perdu à nouveau plus de 13 % en bourse hier. Le cours est était ainsi à 8,90 euros à la fermeture, contre un peu plus de 16 euros il y a moins de deux semaines.

En cause, une baisse des objectifs affichés par certains analystes. Elle a porté un nouveau coup au groupe, désormais valorisé à un peu plus de 14 milliards, contre 25 milliards au début du mois, et près de 40 milliards il y a six mois.

De quoi inciter Patrick Drahi à monter au créneau et à s'exprimer devant les salariés de SFR pour tenter de les rassurer, en expliquant que la stratégie actuelle est la bonne, mais qu'elle demande du temps pour montrer ses effets. Ce, même si les contenus ne semblent pour le moment pas attirer une horde de clients.

L'opérateur doit proposer la Ligue des Champions en exclusivité à partir de l'été prochain. On peut également imaginer que la nouvelle direction va vouloir apporter sa patte aux offres actuellement proposées. Espérons que, cette fois, elles soient claires, cohérentes et surtout stables dans le temps.

Certains se demandent également si tout cela ne va pas venir freiner ou empêcher le plan de la société qui veut « fibrer la France », seule et sans financement de l'État. Les prochaines décisions de SFR vont ainsi être analysées avec attention. La moindre erreur, combinée à une pratique tarifaire toujours assez agressive de la concurrence, pourrait continuer d'avoir des effets désastreux sur les abonnés.

L'action d'Altice chute à moins de 9 euros
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La firme de Redmond continue ses investissements dans un domaine en pleine expansion et où la bataille ne fait que commencer.

Bonsai, basée à Berkeley en Californie, aurait selon Microsoft « accompli certaines percées remarquables dans leur approche, qui aura un impact profond sur le développement de l’intelligence artificielle ».

Plus précisément, la spécialité de Bonsai serait l’abstraction. Plutôt que de confier aux développeurs la tâche d'entraîner les algorithmes, la startup peut asseoir devant l’écran un expert dans son domaine mais n’y connaissant rien en IA.

Bonsai propose une plateforme d’apprentissage globale surtout destinée aux entreprises disposant de systèmes de contrôle industriels : robots, contrôle de l’énergie, production, systèmes autonomes, chauffage, ventilation ou encore climatisation.

Les produits de Bonsai vont rejoindre évidemment la plateforme Azure. Intégrés à la chaine d’outils existante pour le machine learning, ils seront accessibles via Azure Cloud et Brainwave. Les modèles développés seront déployés et gérés dans Azure IoT.

Le montant de l’acquisition n’a cependant pas été dévoilé, comme souvent dans ce genre de cas.

Copié dans le presse-papier !

Open source (licence MIT), l'outil UI Recorder permet la création de tests automatisés pour les développeurs Windows Application Driver.

En dépit de son nom, ce dernier n'est pas consacré aux pilotes, mais à l'automatisation des tests d'interfaces. Pour remédier aux faiblesses d'Inspect dans ces scénarios, UI Recorder débloque deux importantes possibilités.

D'une part, inspecter les éléments UI et fournir automatiquement leurs expressions XPath. D'autre part, générer un code C# pour certains actions durant l'enregistrement. Ce code peut être collé dans le dossier UI Recorder Template pour être relancé plus tard.

Dans son billet, Microsoft explique plus en détail le maniement de l'outil. Visual Studio 2017 est recommandé pour son utilisation.

Copié dans le presse-papier !

Alors qu’Instagram vient de franchir le milliard d’utilisateurs et d’annoncer le lancement de son service IGTV, Snapchat aura de son côté un nouveau type de contenu : les « Docuseries ».

Ces programmes, d’une durée de quelques minutes, seront des vidéos non scriptées mettant en scène des personnalités des réseaux sociaux.

Les premiers contenus sont attendus pour cet automne. La section sera inaugurée avec Endless Summer, figurant deux blogueurs vidéo en couple, Summer Mckeen et Dylan Jordan. On ne sait cependant pas quelle forme adoptera le nouveau format, ni les thématiques qui y seront abordées.

Les informations sont peu nombreuses actuellement, si ce n’est que les Docuseries pourront être mariés avec la réalité virtuelle. Les spectateurs pourront par exemple être placés dans le décor de la vidéo, mais il faudra attendre pour des détails supplémentaires.

On se demande maintenant combien de temps cette nouvelle section va exister avant qu’Instagram ne copie l’idée.

Copié dans le presse-papier !

Dans les mois à venir la société va se battre avec NVIDIA sur le terrain des écrans haut de gamme et veut mettre toutes les chances de son côté. Après avoir annoncé la seconde mouture de sa technologie FreeSync au CES 2017, avec gestion du HDR, elle veut ainsi pousser ce dernier.

Il faut dire qu'en face, NVIDIA communique sur la marque G-Sync HDR, ce qui pouvait donner l'impression d'être seul à proposer cette possibilité.

Dans une interview accordée à PC Perspective, Antal Tungler détaille également les caractéristiques nécessaires pour obtenir ce label : HDR600, 99 % du spectre BT.709 et 90 % du DCI P3, ainsi qu'une latence minimale (non précisée).

Une manière là aussi de répondre à NVIDIA qui annonce être assez strict sur ses critères et vouloir proposer peu de modèles G-Sync HDR « mais que ce soit systématiquement le meilleur de sa gamme ». Il faut dire qu'à 2500 euros pièce, on en attend pas moins.

Ainsi, la question du tarif sera l'enjeu crucial. AMD a toujours misé sur le côté plus accessible de FreeSync, quitte à ne pas être trop regardant sur les caractéristiques techniques. S'agira-t-il cette fois de proposer mieux ou aussi bien pour vraiment moins cher ? La réponse dans les semaines qui viennent.

Copié dans le presse-papier !

L'application fournit un retour audio (commentaires, vibrations, sons) à toute interaction, pour utiliser son smartphone ou tablette sans forcément voir l'écran.

La version 6.2 signe donc son changement de nom, avec TalkBack, Switch Access (pour contrôler l'appareil via un commutateur) et Sélectionner pour prononcer, qui décrit un élément choisi.