du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Accusé d'avoir contribué à une fuite de données de la NSA, l'éditeur d'antivirus russe tente de redorer son blason depuis plusieurs mois, avec une « Initiative globale de transparence ».  La société se défend de servir les services de renseignement russe, estimant que ce serait se tirer une balle dans le pied.

Elle vient d'annoncer la relocalisation d'une partie de son infrastructure à Zurich, en Suisse. Sont notamment concernées sa « chaine d'assemblage logicielle » et les données du Kaspersky Security Network.

La chaine d'assemblage devrait être déplacée de Moscou à Zurich d'ici la fin de l'année, et la création d'une infrastructure complète pour le traitement des données sur place devrait durer jusqu'à fin 2019.

Le groupe monte aussi son premier centre de transparence sur place, où des partenaires de confiance et des États pourront contrôler ses logiciels. D'autres centres sont censés ouvrir en Amérique du Nord et en Asie en 2020.

Kaspersky déplace une partie de ses activités en Suisse
chargement Chargement des commentaires...