du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Accusé d'avoir contribué à une fuite de données de la NSA, l'éditeur d'antivirus russe tente de redorer son blason depuis plusieurs mois, avec une « Initiative globale de transparence ».  La société se défend de servir les services de renseignement russe, estimant que ce serait se tirer une balle dans le pied.

Elle vient d'annoncer la relocalisation d'une partie de son infrastructure à Zurich, en Suisse. Sont notamment concernées sa « chaine d'assemblage logicielle » et les données du Kaspersky Security Network.

La chaine d'assemblage devrait être déplacée de Moscou à Zurich d'ici la fin de l'année, et la création d'une infrastructure complète pour le traitement des données sur place devrait durer jusqu'à fin 2019.

Le groupe monte aussi son premier centre de transparence sur place, où des partenaires de confiance et des États pourront contrôler ses logiciels. D'autres centres sont censés ouvrir en Amérique du Nord et en Asie en 2020.

Kaspersky déplace une partie de ses activités en Suisse
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après le rachat d'Android par Google en 2005, il a fallu attendre trois ans pour que le premier smartphone commercial soit proposé à la vente.

L'annonce a été faite le 23 septembre 2008 par HTC avec son Dream (alias G1). Il a été proposé à la vente aux États-Unis quelques semaines plus tard, puis dans le reste du monde, dont la France en 2009.

Depuis, Google et HTC sont restés proches au fil des années avec des partenariats autour des Nexus One, Nexus 9 et Pixel. En 2017, Google rachète finalement une partie de la division smartphone de HTC.

Andy Rubin, père d'Android, a longtemps gardé les rennes du système d'exploitation mobile chez Google, avant de les passer à Sundar Pichai en mars 2013. Quelques mois plus tard, il dirigeait la division robotique de Google, avant de quitter la société en octobre 2014 pour lancer la marque Essential.

Copié dans le presse-papier !

WLinux se veut une distribution Linux axée sur l’utilisation sous Windows 10, via le WSL (Windows Subsystem for Linux). À l’inverse d’autres systèmes comme Ubuntu, Debian, Kali et OpenSUSE, WLinux serait pleinement conçue pour cet usage.

Selon son développeur principal, Hayden, elle fournit d’emblée une tripotée d’outils de développement (dont zsh shell, git, Python 3.7 et wslu), tout en supprimant des composants jugés inutiles, comme systemd.

La distribution est basée sur Debian et doit donc fournir un environnement prêt à l’emploi, sitôt après l’installation. Elle est également censée pouvoir être patchée plus rapidement que les distributions disponibles dans le Windows Store.

WLinux n’est cependant pas gratuite. Ses sources ont beau être disponibles sur GitHub (licence MIT), elle est vendue 19,99 dollars, avec une réduction de 50 % pour son lancement.

Beaucoup attendront sans doute d’avoir des retours sur cette nouvelle venue avant de se jeter à l’eau. Cela étant, une distribution Linux optimisée pour Windows 10 reste un amusant signe des temps.

Copié dans le presse-papier !

C'est du moins ce qu'affirme une source proche du dossier à Bloomberg. Selon nos confrères généralement bien informés, l'annonce pourrait être officialisée le mois prochain. Toyota refuse de confirmer et indique simplement que c'est une hypothèse envisagée.

Pour rappel, Mark DeJongh, directeur exécutif des programmes de la voiture Avalon de Toyata, expliquait en avril dernier pourquoi il ne voulait pas d'Android Auto : « Nous sommes une entreprise conservatrice et nous voulons nous assurer que tout va bien [...] Nous voulons protéger la vie privée de nos clients ».

Le constructeur automobile avait longtemps résisté aux géants du Net. Mais il avait déjà ouvert une porte au début de l'année avec la prise en charge de CarPlay d'Apple sur l'Avalon.

Copié dans le presse-papier !

Adobe vient de racheter la société Marketo, pour un montant de 4,75 milliards de dollars, montant précisé par l’entreprise.

Les produits de Marketo, spécialisés dans l’automatisation marketing, vont intégrer l’Adobe Experience Cloud. Ils y rejoindront donc ceux de Magento, rachetés il y a quelques mois à peine.

Avec cette opération, Adobe se pose en concurrent sérieux de SAP, Salesforce et Oracle. Le père de Photoshop dispose d’une chaîne complète d’outils qui pourrait bien tenter les entreprises de changer de crèmerie.

L’actuel PDG de Marketo, Steve Lucas, restera à la tête de l’équipe, qui doit normalement être préservée. Marketo amène également 5 000 clients, qu’Adobe va devoir rassurer, comme toujours en cas de rachat.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant ne révolutionne pas le genre avec sa nouvelle gamme de caméras (avec un écran tactile de 2 pouces à l'arrière), proposant simplement des améliorations fonctionnelles.

La Hero7 Black, le modèle haut de gamme, peut enregistrer des photos de 12 Mpixels, des vidéos en 4K à 60 ips et jusqu'à 240 ips en 1080p. La principale nouveauté est la stabilisation HyperSmooth que le fabricant compare à celle obtenue avec une caméra sur un stabilisateur (gimbal). Une démonstration vidéo est disponible par ici.

On descend ensuite d'un cran avec la Hero7 Silver (4K à 30 ips, 1080p à 60 ips) sans HyperSmooth. Enfin, la Hero7 White ne grimpe que jusqu'en 1080p à 60 ips et elle perd le GPS intégré. Un comparatif des nouvelles Hero est disponible par là.

La Hero 7 Black est précommandable pour 429,99 euros, contre 329,99 euros pour la Silver et 219,99 euros pour la White. Elles seront disponibles à partir du 27 septembre.