du 16 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Jeff Bezos (Amazon) se dit intéressé par le cloud militaire américain

À la conférence Wired25, Bezos a confirmé son intérêt pour le contrat Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI). L'armée compte investir 10 milliards de dollars pour ses services cloud, confiés à un fournisseur tiers.

L'initiative fait polémique. Il y a quelques jours, IBM a déposé une protestation officielle, estimant que l'appel d'offres est conçue pour un acteur précis. Le choix d'un prestataire unique pour toute l'armée ne lui convient pas.

« Aucune entreprise dans le monde ne construirait un cloud tel que JEDI pour le verrouiller dix ans » comme l'envisage la Défense américaine. Le groupe estime que c'est une mauvaise utilisation de l'argent du contribuable.

En août, Oracle avait aussi protesté officiellement, avançant que le contrat était taillé sur mesure pour Amazon.

La semaine dernière, Microsoft a rappelé son intérêt pour l'armée. Dans une lettre ouverte, des employés ont demandé à la société d'abandonner l'idée d'une candidature pour JEDI.

Google a récemment renoncé au projet, pour des raisons éthiques et pratiques. D'un côté, des employés ont réclamé à la société de revoir ses ambitions avec l'armée. De l'autre, elle affirme (aussi) préférer un modèle avec plusieurs fournisseurs cloud, et non un acteur unique.

chargement Chargement des commentaires...