du 09 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

J-14 avant le Black Friday 2018, attentions aux cyberarnaques

Vendredi 23 novembre, ce sera le coup d'envoi de cette fête commerciale importée des États-Unis et largement reprise par les boutiques en France. S'en suivront un week-end de promotions et le Cyber Monday. La Team Bons Plans sera évidemment sur le qui-vive pour vous faire part des meilleures offres.

Comme les French Days, le Black Friday n'est pas une période légale de soldes dans l'Hexagone : les boutiques ne peuvent donc pas pratiquer de revente à perte. Le délai de rétractation de 14 jours dans la cadre d'une vente à distance reste valide.

En cette période où les promesses des uns et des autres vont se multiplier tous azimuts, la DGCCRF rappelle aux clients de redoubler de prudence face aux cyberarnaques : « Fausses annonces promotionnelles, faux sites Internet marchands officiels, faux sites créés pour la circonstance, hameçonnage (phishing en anglais) par SMS, téléphone ou courriel (email en anglais), faux transporteur, faux support technique, faux service après-vente, attaques par ransomware… ».

La répression des fraudes vient d'ailleurs de mettre en ligne un bilan des enquêtes de l'année 2017 sur le respect des obligations réglementaires : « des manquements ont été relevés chez 14 opérateurs parmi les 35 contrôlés ».

Parmi les griefs : des « pratiques commerciales trompeuses », des « documents contractuels souvent incomplets » et des « caractéristiques techniques imprécises ». Les 368 contrôles ont débouché sur 8 avertissements, 24 injonctions et 8 procès-verbaux.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Des chercheurs ont révélé que Steam contenait une faille qui, exploitée, pouvait permettre une exécution de code arbitraire sur la machine.

La faille résidait dans toutes les versions du client, mais les chercheurs ne sont arrivés à l’exploiter que sous Windows. Les chances de succès étaient d’environ 0,2 % à chaque fois. Le chiffre peut paraître faible, mais les chercheurs évoquent une victime toutes les 512 tentatives, un ratio bien assez dangereux.

La vulnérabilité se situait dans le navigateur de serveurs. Ce dernier permet aux joueurs de chercher un serveur disponible pour certains jeux, dont CS:GO, Half-Life 2 et Team Fortress 2. Les chercheurs ont montré qu’il était possible d’y placer un serveur malveillant.

Valve a été averti du problème en décembre et a corrigé depuis la faille sur l’ensemble des plateformes. Les chercheurs ont été récompensés de 15 000 dollars, auxquels est venue s’ajouter une prime de 3 000 dollars.

On ne sait cependant pas si la faille a eu le temps d’être exploitée, ni Valve ni les chercheurs n’abordant ce point.

Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, l'outil permet déjà de contrôler à distance son terminal mobile sous Android. Une mise à jour déployée cette semaine ajoute la prise en charge d'Android TV.

Les notes de version indiquent également que divers correctifs et améliorations ont été apportés, notamment un problème avec les terminaux sous Android 8 (Oreo) ou une version plus récente du système d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

Le régulateur explique que son « tableau de bord trimestriel vise à mettre en lumière l’état des déploiements des opérateurs mobiles au regard de ces nouvelles obligations de déploiement ». Il a été mis à jour pour intégrer les données du quatrième trimestre 2018.

Les informations sont également disponibles en open data sur cette page.

Dans le même temps, un arrêté ministériel publié ce matin au JO définit « les premières listes des zones à couvrir pour l’année 2019 ». Une centaine de zones sont ainsi mises en avant. Une consultation publique avait été lancée en février, justement pour définir les zones à couvrir en priorité pour 2019.

« Dans chaque zone, les opérateurs désignés sont tenus de fournir des services de radiotéléphonie mobile et d'accès mobile à très haut débit [...] au moyen de l'installation de nouveaux sites dont le nombre est défini en annexe, en vue notamment d'assurer la couverture des points d'intérêt de la zone ».

Copié dans le presse-papier !

Elle sera proposée de série sur toutes les voitures du constructeur à partir de 2021. Le propriétaire de la voiture peut ainsi définir une limite de vitesse pour lui-même, les membres de sa famille ou des amis à qui il prête son véhicule.

Cette annonce intervient peu de temps après celle d'une limite de vitesse à 180 km/h sur toutes ses voitures « à compter de 2020 ». Le constructeur veut ainsi « envoyer un message fort sur les dangers de la vitesse au volant ».

Håkan Samuelsson, directeur général de Volvo Cars, en profite pour affirmer que son entreprise « entend engager un dialogue portant sur le droit, voire l’obligation, pour les constructeurs de doter leurs véhicules d’équipements technologiques susceptibles de modifier le comportement de leurs utilisateurs ».