du 11 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

IPv6 : l'Arcep pointe les retards des hébergeurs et opérateurs

L'Arcep a publié son premier observatoire d'IPv6, où elle évalue la préparation des maillons d'Internet au protocole. Selon le rapport, à peine 5 % des serveurs email et « 16 % des trois millions de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf » sont joignables par ce biais.

L'autorité demande tout de même de se méfier de ce chiffre, certains hébergeurs n'ayant pas répondu à son questionnaire. Le trio américain (AWS, Google Cloud et Microsoft Azure) et OVH manquent à l'appel dans les graphiques de l'institution.

Dans son dernier rapport sur l'état d'Internet en France, l'institution prévenait d'un IPv6 à deux vitesses, entre Orange et Free d'un côté, et Bouygues Telecom et SFR de l'autre. Si les premiers sont sur la bonne voie, les seconds ne le seront pas.

Orange et Free sont donc les bons élèves, avec 45 et 50 % de lignes actives en IPv6, même s'ils ne prévoient que 75 à 85 % de clients concernés à la mi-2021.

Chez SFR, l'ensemble des clients xDSL et fibre sont compatibles IPv6 ; aucun en câble. Pourtant, le groupe n'a activé le protocole que sur 1 % de ces lignes. Il promet d'en activer 25 à 30 % à la mi-2021, sans cocher par défaut cette case chez les nouveaux clients. Une ambition insuffisante, pour l'Arcep.

Bouygues Telecom brille par son retard : avec 2,5 % de clients concernés aujourd'hui, l'opérateur prévoit d'avoir 40 à 50% de clients activés en IPv6 en 2021. Au dernier baromètre, il promettait 75 à 85% pour fin 2020.

Le mobile reste l'épine dans le pied d'IPv6. Orange envisage 25 à 35 % d'activations à la mi-2021, contre 10 % pour SFR. Free Mobile n'a fourni aucune prévision. Bouygues promet par contre 40 à 50 %.

Hier après-midi, l'autorité organisait un événement IPlove6 avec l'Internet Society France. Un autre moyen de se rapprocher des jeunes pousses, dont elle s'estime trop éloignée.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En octobre, Brave faisait le saut vers l’utilisation complète de Chromium. Il n’en utilisait jusque-là que le socle technique, complété par la bibliothèque Muon pour tout ce qui touche à l’interface.

Le changement avait été conséquent : interface calquée sur Chrome (y compris l’installeur et les options), poids largement en baisse, ouverture au catalogue d’extensions, lancement plus rapide, chargement plus rapide des pages... au détriment d’une perte d’identité probablement.

Cette nouvelle version, estampillée 0.57, était réservée jusqu’ici aux nouveaux téléchargements. Depuis quelques jours, elle est en diffusion auprès des utilisateurs d’anciennes moutures, qui n’ont donc plus le choix.

Notez que les spécificités de Brave, comme le blocage des publicités et trackers, ainsi que le système de récompenses Brave Rewards, sont toujours présents. L’éditeur continue d’en faire le cœur de son produit.

Parallèlement, une nouvelle mouture 1.7 pour iOS est disponible. Les développeurs annoncent utiliser désormais le contrôle WKWebView fourni par le système. Conséquence, une hausse générale des performances, tant dans le chargement des pages web que dans le navigateur lui-même.

Brave prend également en charge les nouveautés d’iOS 12, particulièrement l’AutoFill permettant aux gestionnaires de mots de passe (1Password, Dashlane, LastPass…) de renseigner les champs d’authentification dans les pages web.

À noter que certaines fonctions ont disparu au passage, comme le passage forcé en HTTPS ou le contrôle précis des cookies. Elles seront réintroduites, le temps que les développeurs finalisent les gros travaux récents.

On peut donc observer un vaste mouvement de fond chez Brave, qui ne cherche plus à réinventer la roue. L’équipe a manifestement décidé de prendre les composants existants, ce qui devrait mathématiquement libérer des ressources au profit de la valeur ajoutée du navigateur.

Brave promet d’ailleurs une année 2019 « excitante », avec notamment un nouveau design en préparation (de quoi faire oublier la copie de Chrome ?) et l’arrivée des Rewards dans la mouture iOS.

Copié dans le presse-papier !

Les tops des titres et tendances étaient déjà disponibles à cette adresse, mais ils sont désormais intégrés comme listes de lecture dans YouTube Music. Elles apparaîtront sur la page d'accueil ou lors d'une recherche.

Dans chacun des 29 pays où YouTube Music est disponible, cinq listes de lectures seront proposées : trois spécifiques en fonction des tendances du pays et deux globales.

Copié dans le presse-papier !

Comme à chaque fin d'année, SplashData dévoile une liste des mots de passe que l'on retrouve le plus souvent dans les nombreuses fuites de données sur Internet (dont on ne connaît pas l'âge). Il s'agit donc des pires que l'on peut choisir avec l'illusion de protéger son compte.

Comme l'année dernière, 123456 et password arrivent en tête, puis viennent 123456789 et 12345678. Cette année, une dizaine de nouveaux font leur apparition dans le top 25 : sunshine, princess, 666666, 654321, !@#$%^&* (suite de tous les caractères sous les chiffres d'un clavier qwerty), charlie, aa123456, donald, password1 et qwerty123.

La société « estime que près de 10 % des internautes ont utilisé au moins l’un des 25 pires mots de passe figurant sur cette liste, et près de 3 % d’entre eux ont utilisé le pire, 123456 ».

Si ce n'est pas encore fait, une bonne résolution pour l'année prochaine peut être de s'assurer que vos comptes soient correctement protégés, avec des mots de passe suffisamment robustes et différents pour chacun. Idéalement, la création d'un compte devrait toujours refuser les mots de passe trop faibles. Il reste donc du travail chez certains éditeurs.

Pour rappel, nous avons publié un dossier sur le sujet afin de vous aider.

Copié dans le presse-papier !

Hier, le ministère des Affaires étrangères révélait la fuite d'informations sur les « personnes à prévenir » inscrites par des voyageurs dans son système Ariane.

Des données de 540 563 personnes ont été touchées, selon une foire aux questions publiée en fin d'après-midi. Le piratage a été découvert le 5 décembre et la CNIL a été prévenue dans les 72 heures, comme l'exige le Règlement général sur la protection des données (RGPD), assure le ministère. Le procureur de Paris a été saisi.

Le Quai d'Orsay ne détaille toujours pas la nature du piratage. Une demande de détails n'a pas encore reçu de réponses.

Copié dans le presse-papier !

L'information provient de Nikkei qui pense savoir que l'opérateur mobile japonais aurait décidé de remplacer ses équipements 4G Huawei et ZTE par du matériel Nokia et Ericsson. Il en serait de même pour la future 5G.

Cette coûteuse opération pour l'opérateur « découle des efforts du gouvernement [japonais] visant à empêcher le secteur public d'acheter du matériel de communication chinois », expliquent nos confrères.  Pour rappel, Tokyo serait en effet sur le point de bannir les fabricants chinois.

Un porte-parole de SoftBank précise à CNN étudier cette piste, mais ajoute qu'aucune décision ne serait prise pour le moment. Il ne donne pas non plus les raisons ayant conduit à cette réflexion.