du 06 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

En début de semaine, la WWDC d'Apple était l'occasion de dévoiler iOS 12 (lire notre compte rendu). En plus des fonctionnalités présentées, TechCrunch explique que les écouteurs AirPods seront compatibles avec Live Listen, ou écoute en temps réel.

Ce service était auparavant réservé aux prothèses auditives certifiées par Apple. Il permet d'utiliser le micro de l'iPhone puis de renvoyer le son dans les écouteurs, avec un système de filtre et d'amplification du signal. Des détails sont disponibles par ici.

iOS 12 : les AirPods seront compatibles avec le service Live Listen pour les malentendants
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Les Échos révèlent la procédure en référé, déposée par le quatrième opérateur devant le tribunal de commerce de Paris ce mois de juin, et audiencée le 21 mai.

Free estime que les subventions de smartphones sont des crédits déguisés. Un argument déjà utilisé face à une ancienne offre de SFR, depuis 2012, dans une plainte tranchée par la Cour de cassation. L'opérateur avait obtenu gain de cause et compte sur un doublé avec cette nouvelle plainte.

L'affaire n'est pas jouée face à Orange. Le tribunal n'a pas jugé l'affaire assez urgente pour mériter un référé, et renvoie tout ce beau monde devant une chambre spécialisée en septembre, selon nos confrères.

Copié dans le presse-papier !

Promis pour ce début d'année, le « Visa de sécurité ANSSI » vient d'être décerné à ses premières entreprises, le 21 juin. Il est censé distinguer des sociétés  de confiance du domaine, pour aiguiller les TPE, PME et administrations dans leurs choix.

Parmi ces sociétés, bien entendu, des grands noms comme Atos, BT, Enedis, EY, Safran, STMicroelectronics ou Thales, ainsi que des entreprises spécialisées comme Quarkslab ou Sysdream. La logique actuelle de l'État est de simplifier ses certifications et de labelliser le plus d'acteurs possible, pour disposer d'offres clés en main partout sur le territoire, par exemple pour alimenter l'ACYMA.

Copié dans le presse-papier !

La jeune pousse avait lancé avec succès une campagne sur Kickstarter l'année dernière (188 944 dollars récoltés sur  15 000 demandés). Elle proposait alors une bague connectée jouant des sons différents selon les couleurs (le tout paramétrable de depuis son smartphone).

Elle vient de se faire racheter par Sphero (le robot BB-8 par exemple), pour un montant non précisé. Une deuxième version des Specdrums sera lancée fin 2018 au début 2019 et les jouets de Sphero s'intégreront certainement dans l'univers Specdrums. Un exemple avait déjà été mis en ligne avec un SDK permettant des interactions entre les deux produits.

À The Verge, Paul Berberian (PDG de Sphero) affirme que la société souhaite « revenir à ses racines » avec moins de produits aux couleurs des marques et/ou des personnages.

Copié dans le presse-papier !

À la mi-juin, Valve lançait la bêta d'une refonte de son service de discussion. Une sérieuse remise à niveau face à Discord, dont il emprunte désormais bien des idées et fonctionnalités, dont la création de serveurs hébergeant différents canaux. Un hommage peu discret mais efficace, servi par une interface à base d'onglets des plus pratiques.

Comme une réponse, Discord ajoute un onglet Jeux à son service de messagerie, pour suivre les titres récemments joués par ses contacts et leur actualité. Il fournit un accès rapide à l'ensemble des jeux récents. Un rapprochement fonctionnel de Steam, désactivé par défaut dans l'Union européenne. Les options sont situées dans la partie « Confidentialité & Sécurité » des paramètres utilisateurs.

Copié dans le presse-papier !

Normalement destinées aux responsables et aux développeurs, les informations de ce rapport hebdomadaire ont été envoyées par mégarde à certains utilisateurs (des bêta-testeurs), comme l'explique TechCrunch.

Problème, ce genre de document contient des « informations commerciales sensibles » comme le nombre d'utilisateurs hebdomadaires, de pages vues, etc. L'information a été confirmée à nos confrères par le réseau social, qui ajoute que 3 % des applications utilisant Facebook Analytics sont concernées.

La société ajoute qu'il s'agit d'une « erreur dans le système de distribution d'emails », et qu'aucune information personnelle des utilisateurs Facebook n'a été partagée. Bien évidemment, une mise à jour a été faite pour éviter que cela ne se reproduise.

Cette nouvelle fuite d'informations arrive quelques jours après que Facebook a officiellement reconnu un autre bug : des statuts privés de 14 millions de personnes ont pu être rendus publics.