La nouvelle mouture commence par restaurer la saisie tactile sur des modèles 6s dont des composants seraient « non authentiques », c’est-à-dire réparés dans des centres non agréés Apple. On se demande d’ailleurs pourquoi la firme débloque une situation qu’elle tolère mal.

Sur iPhone 7 et 7 Plus, la firme a corrigé un souci pouvant parfois faire disparaître les retours sonores et haptiques. Comme toujours, la nouvelle version se récupère dans Réglages > Général > Mise à jour logicielle.

iOS 11.0.3 corrige des problèmes spécifiques aux iPhone 6s et 7
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L’idée avait été lancée en 2015 par la société MegaBots inc en défiant Suidobashi Heavy Industries. Deux ans plus tard, les deux robots se livrent un combat… mais pas forcément de la manière que vous attendiez.

Tout d’abord, il ne s’agit pas de robots autonomes, mais de « mechas » de près de 4 et 5 mètres de hauteur  : un humain est aux commandes, dans la même veine de ceux d’Avatar ou de Matrix par exemple. Ils se déplacent grâce à des chenilles et ne devraient donc pas être des plus rapides.

De plus, il ne s’agit pas d’un événement en en direct : le combat à déjà eu lieu. Il s’étalait sur plusieurs jours afin de laisser le temps aux participants de réparer leur machine entre chaque round.

Une vidéo de présentation est disponible par ici. De son côté, la diffusion se fera sur Twitch, la nuit prochaine à partir de 4h du matin (heure française).

Copié dans le presse-papier !

Certains ont pu s’étonner que les bêtas 3 d’iOS 11.1, tvOS 11.1 et watchOS 4.1 soient déjà mises à disposition hier soir. Elles ne corrigent que quelques bugs, dont le souci de ralentissement quand on affichait les actions rapides d’une application, via 3D Touch.

Ces bêtas colmatent cependant aussi la faille WPA2 dévoilée hier, et sur laquelle nous reviendrons en détail dans la matinée. Apple, de par son implémentation spécifique du protocole, n’était pas frappée de plein fouet, mais au moins le problème est réglé. C'est aussi le cas d'autres constructeurs/éditeurs.

Notez que ces bêtas sont disponibles aussi bien pour les développeurs que pour les testeurs publics.

Copié dans le presse-papier !

Le géant du Net profite du mois de la cybersécurité pour mettre en avant de nouveaux dispositifs dans le domaine, qui visent à simplifier la vie de ses utilisateurs.

Tout d'abord, la vérification des paramètres de sécurité propose désormais un affichage bien plus basique au premier affichage, permettant de savoir en un coup d'œil ce qui va ou pas avec votre compte : accès tiers, nombre d'appareils liés, double authentification, etc. Tout sera mis en avant avec des icônes et des couleurs faciles à comprendre.

Vous serez ensuite renvoyés vers les zones consacrées à ces différents éléments. Bien entendu, la gestion de la sécurité de votre compte peut toujours se faire de manière classique :

Dans le même temps, la société met en place un nouveau dispositif contre le phishing, avec une analyse prédictive en temps réel des risques. En se basant sur ses connaissances en la matière, Google pense pouvoir être capable de détecter une tentative de phishing sur votre compte Google même lorsqu'un site n'est pas déjà dans sa base Safe Browsing.

Si tel est le cas, Chrome affichera désormais une alerte. Une fois ce dispositif testé, il sera étendu à l'ensemble des mots de passe stockés dans le navigateur, Google précisant qu'il sera ensuite proposé au sein des applications qui utilisent Safe Browsing comme Firefox, Safari ou Snapchat.

La société met également en avant trois fonctionnalités déjà déployées au sein de Chrome comme une meilleure protection contre les extensions malicieuses, une solution de nettoyage proposée en cas de problème et un partenariat avec ESET sur le moteur de détection utilisé pour ces services.

N'oublions pas non plus que c'est cette semaine que Chrome 62 sera mis en ligne, et avec lui des règles plus strictes sur les alertes pour les sites qui ne proposent pas de connexion sécurisée. Un renforcement déjà mis en place par Firefox depuis quelque temps.

Copié dans le presse-papier !

Un tribunal texan a rejeté des requêtes d’Apple dans l’affaire qui l’oppose depuis 2010 à VirnetX. Le groupe de Cupertino doit donc près de 440 millions de dollars selon le plaignant, pour la violation de plusieurs brevets sur la sécurisation des connexions dans FaceTime.

Cet été, un recours collectif a été lancé par des utilisateurs d’iOS, sur lesquelles l’entreprise aurait coupé FaceTime sur les versions antérieures à la 7. L’objectif : s’assurer que l’ensemble des communications passent par une nouvelle infrastructure, sûre juridiquement.

À TechCrunch, le groupe annonce qu’il compte faire à nouveau appel du jugement, face à un VirnetX plus connu pour ses procès que pour ses produits.

Copié dans le presse-papier !

Kaspersky recommande de faire particulièrement attention aux documents Word reçus dans les pièces jointes. Le malware FinSpy y réside et cherche à exploiter une faille 0-day dans le lecteur Flash.

Adobe a publié un bulletin de sécurité, avec une solution simple : récupérer la dernière mouture du produit. Estampillée 27.0.0.170, elle est disponible pour Linux, macOS et Windows.

Les versions intégrées dans Chrome et Edge sont décrites par Adobe comme automatiquement mises à jour. Si le lecteur n’est pas installé sur votre machine, il n’y a donc pas de risque particulier.