du 08 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Facebook teste dans quelques pays (pas encore en France) une nouvelle petite application sur Android et iOS. Nommée Direct, elle déporte la partie messagerie d'Instagram et prend le même chemin que Messenger avec Facebook.

La liste des contacts sera celle d'Instagram, et les échanges seront les mêmes que dans l'application actuelle : texte, photos temporaires, filtres, autocollants, outils de modification, Boomerang et ainsi de suite. A l'instar de Snapchat, elle s'ouvre directement sur l'interface de l'appareil photo. Son installation fait disparaître la boîte de réception sur Instagram.

Les développeurs semblent avoir en tout cas travaillé la bascule entre les deux applications. Depuis Instagram, un glissement vers la droite révèle le logo de Direct. Si l'utilisateur poursuit son geste, l'application sera automatiquement lancée. Même chose depuis Direct pour lancer Instagram.

Cela dit, si le but est de passer facilement de l'une à l'autre, garder une messagerie intégrée peut être tout aussi pratique. En outre, beaucoup peuvent apprécier le flux photo de leurs amis sans pour autant déclencher des conversations à leur sujet. Sachant que Direct vient s'ajouter à une longue liste de messageries instantanées, notamment Messenger et WhatsApp que Facebook propose déjà.

Comme confirmé à The Verge toutefois, Direct est pour le moment un test. Il est probable que l'application vise essentiellement un public jeune, histoire de grignoter encore quelques parts de marché à Snapchat.

Instagram tente de déporter sa messagerie avec Direct
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après de nombreux rebondissements, la gamme Phantom du constructeur devrait arriver chez nous pendant l'été.

C'est en tout cas ce qu'a déclaré LL Shiu à nos confrères de Tom's  Hardware Allemagne. Plusieurs références seraient mises en vente dans un premier temps, trois Radeon RX 570 (4 Go, 4 Go OC et 8 Go OC), ainsi qu'une RX 580 8 Go OC.

Aucun détail sur les prix n'a été communiqué.

Copié dans le presse-papier !

Début juin, le Snapdragon 850 arrivait, principalement avec une hausse de la fréquence de 2,8 à 2,96 GHz par rapport au Snapdragon 845. Aujourd'hui, de nouvelles rumeurs émergent autour d'un Snapdragon 1000 (alias SDM1000) avec la nouvelle architecture A-76 d'ARM.

Pour rappel, le Snapdragon 835 est la première puce de Qualcomm pensée pour faire tourner Windows 10 on ARM. Le 850 est la deuxième et le 1000 serait donc la troisième. Selon Winfuture.de, le fabricant aurait en ligne de mire les processeurs Intel Core des séries « Y » et « U », avec des TDP de 4,5 et 15 watts respectivement.

Sur le Snapdragon 1000, la partie CPU aurait un TDP de 6,5 watts, contre 12 watts pour le SoC entier (avec la partie graphique, le Wi-Fi 802.11ad, de la 4G Gigabit, etc.). La puce serait plus bien plus grande que le Snapdragon 850 avec 20 x 15 mm contre 12,4 x 12,4 mm.

Sur une plateforme de test évoquée par nos confrères (16 Go de LPDDR4 et 2x 128 Go de stockage UFS), le SoC serait installé sur un socket et non soudé à la carte mère. Une première pour Qualcomm, ne signifiant pas forcément que ce sera le cas sur la version finale.

Copié dans le presse-papier !

Selon TechCrunch, son application Android contient une fonctionnalité encore non annoncée. Il s'agit d'un décompte quotidien du temps passé sur l'application, avec quelques réglages pour obtenir des alertes ou réduire les notifications. Facebook a confirmé ce futur outil, aussi prévu sur Instagram.

Ce bien-être numérique est devenu, en quelques mois, le leitmotiv des sociétés du secteur, en particulier de Google et d'Apple, qui promettent de nombreux réglages pour réduire les interruptions et le temps passé devant les écrans dans les prochaines versions de leurs systèmes. Une manière de s'acheter une bonne conscience, alors que le modèle économique de bien des services (notamment sur mobile) repose sur ce lien quotidien avec les utilisateurs.

Ce futur pas de Facebook vers la sobriété, en plus de ses promesses tardives sur la vie privée, ne doivent pas faire oublier ses nombreux efforts pour pister les internautes. Le New York Times a ainsi compilé sept brevets, de la prédiction de relations (par exemple amoureuses) entre utilisateurs à l'identification d'un appareil photo (à partir de ses défauts), en passant par le suivi des routines hebdomadaires.

Copié dans le presse-papier !

Promis pour ce début d'année, le « Visa de sécurité ANSSI » vient d'être décerné à ses premières entreprises, le 21 juin. Il est censé distinguer des sociétés  de confiance du domaine, pour aiguiller les TPE, PME et administrations dans leurs choix.

Parmi ces sociétés, bien entendu, des grands noms comme Atos, BT, Enedis, EY, Safran, STMicroelectronics ou Thales, ainsi que des entreprises spécialisées comme Quarkslab ou Sysdream. La logique actuelle de l'État est de simplifier ses certifications et de labelliser le plus d'acteurs possible, pour disposer d'offres clés en main partout sur le territoire, par exemple pour alimenter l'ACYMA.

Copié dans le presse-papier !

Le souci était connu depuis que le constructeur avait renouvelé les claviers de ses portables. Ils étaient certes devenus plus fins, mais ont présenté rapidement quelques soucis de fiabilité.

Les symptômes sont décrits par Apple sur sa nouvelle fiche : des lettres ou caractères se répètent de façon inattendue, des lettres ou caractères n’apparaissent pas, une ou plusieurs touches semblent « bloquées » ou ne répondent pas de façon cohérente.

Si vous possédez un MacBook 12" ou un MacBook de n'importe quel modèle depuis 2015, vous êtes éligible au programme de réparation. Il faudra prendre rendez-vous dans un Apple Store ou centre agréé. Si le portable a au moins l'un des problèmes, la réparation sera gratuite.

Le cas illustre à nouveau comment la course à la finesse peut engendrer des problèmes. Comme le rappelle MacG, Apple avait vanté les mérites de son nouveau clavier, alors présenté comme 34 % plus fin que dans les autres portable, avec un mécanisme papillon 40 % plus fin que le classique mécanisme ciseaux.

Résultats, une grogne des utilisateurs touchés, et une pétition signée par plus de 31 000 personnes pour provoquer une réaction.