du 25 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Instagram permet de télécharger l'archive complète de ses données

S'alignant avec sa maison-mère Facebook, Instagram fournit désormais une page web pour récupérer l'ensemble des données stockées par un compte.

Après s'être connecté, on télécharge une archive contenant de nombreuses informations : photos, vidéos, anciennes Stories, profile, informations générales, commentaires, messages privés, Likes, recherches, contacts, noms d'utilisateurs des « followers » ou encore les réglages.

Parallèlement, Instagram ajoute dans ses applications mobiles une fonction réclamée depuis longtemps par les utilisateurs intensifs de Stories : le téléchargement simultané de photos et vidéos (jusqu'à dix d'un coup).

Une prévisualisation du résultat (après éventuelles modifications) sera affichée avant que l'utilisateur valide et envoie.

Instagram pour iOS

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Promise depuis plusieurs mois, la labellisation de ces réclames est activée aujourd'hui aux États-Unis. Pour l'occasion, Facebook a encore rencontré des journalistes, répondu à ses propres questions et détaillé ses mesures.

Désormais, les publicités politiques sont accompagnées d'une mention « Payée par ». Un clic renvoie vers une archive des paiements par un acteur particulier. Facebook déclare ne pas avoir de règles précises à respecter en la matière outre-Atlantique. La société regarde donc au cas par cas, privilégiant les publicités sur des débats concrets (comme une nouvelle loi) payées par des partis ou groupes politiques, sur 20 sujets.

Le réseau social a aussi formé une commission, avec des universitaires, pour étudier le sujet, devenu une sérieuse épine dans son pied depuis l'élection américaine de 2016.

Copié dans le presse-papier !

Cette gamme de mini-PC s'adresse principalement aux professionnels ayant besoin d'une solution Quadro de NVIDIA.

La QK5P100 mesure 184,6 x 184,6 x 71,5 mm, tandis que les dimensions des QK7P3000 et QK7P5000 sont de 203 x 210 x 62,2 mm. La première intègre une Core i5, contre un Core i7 pour les deux autres ; avec jusqu'à 32 Go de DDR4 dans les deux cas. Du Wi-Fi 802.11ac, Bluetooth 4.2, ports USB 3.0 et une sortie HDMI 2.0 sont également présents.

Voici le détail des trois versions des Zbox Q :

  • QK5P1000 avec Core i5-7200U et Quadro P1000 à 859,90 euros
  • QK7P3000 avec Core i7-7700T et Quadro P3000 à 1 559,90 euros
  • QK7P5000 avec Core i7-7700T et Quadro P5000 à 3 290,90 euros
Copié dans le presse-papier !

Lors de la publication de ses résultats (lire notre analyse), le groupe annonçait que le lancement commercial était imminent et aurait lieu le 21 juin au plus tard. Finalement il pourrait arriver encore plus vite.

En effet, l'opérateur commence à envoyer des invitations aux médias locaux, dont Universofree pour une conférence à Milan le 29 mai, comme le rapporte Univers Freebox.

Copié dans le presse-papier !

Au travers d’une question écrite transmise hier à la ministre de la Santé, Henri Cabanel vante « les perspectives ouvertes » par les drones contre les arrêts cardiaques. L’élu fait valoir que trop peu de défibrillateurs sont accessibles, notamment lorsque le lieu où ils sont installés sont fermés « ou lorsque la victime se trouve en milieu rural où la plus faible densité de population s'accompagne d'une plus faible densité d'équipements ».

Le sénateur présente ainsi le « drone défibrillateur » comme « une solution séduisante », par « sa rapidité de déplacement, son rayon d'action et sa disponibilité permanente ». L’exécutif est ainsi invité à dévoiler ses « intentions » sur ce dossier, « notamment en termes d'évolution législative et réglementaire et de partenariat avec les développeurs ».

Copié dans le presse-papier !

Au travers d’un décret paru aujourd’hui au Journal officiel, le gouvernement a élargi le dispositif qui permet depuis 2013 à une supposée victime de gagner du temps et d'obtenir un rendez-vous auprès du service de police ou de gendarmerie de son choix pour déposer et signer sa plainte.

Jusqu’ici restreint aux atteintes aux biens (de type vol ou vandalisme), le téléservice de pré-plainte en ligne devrait bientôt permettre de dénoncer, dans le cadre d’une expérimentation d’un an :

  • Un délit de « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne à raison de son origine ou de son appartenance ou de sa non-appartenance à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion ou à raison de son sexe, de son orientation sexuelle ou identité de genre ou de son handicap ».
  • Un délit de diffamation ou d'injure à l'égard d'une personne « à raison de son origine ou de son appartenance ou de sa non-appartenance à une ethnie, une nation, une prétendue race, une religion déterminée ou à raison de son sexe, de son orientation sexuelle ou de son identité de genre ou de son handicap ».
  • Une discrimination (raciale, ethnique, etc.)

« Cette extension doit faciliter les démarches des victimes de telles infractions, mais également l'établissement formalisé du procès-verbal de plainte lors de la réception de l'usager au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie, puisque les données déclarées par le biais du téléservice sont transmises aux logiciels de rédaction des procédures de la police nationale (LRPPN) et de la gendarmerie nationale (LRPGN) », explique la CNIL dans son avis afférent à ce décret.