du 06 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Disponible depuis vendredi dernier, l’iPhone X s’est évidemment fait démonter par nos confrères. L’occasion de découvrir les entrailles du dernier smartphone haut de gamme d’Apple.

À l’intérieur, une batterie en « L » de 2 716 mAh (10,35 Wh), mais surtout un « assemblage complexe » des composants indique iFixit. Si l’écran peut être remplacé assez facilement, ce n’est pas le cas du dos en verre qui nécessite de retirer les composants et de changer le châssis.

Note finale concernant la réparabilité : 6 sur 10. Rappelons enfin que les coûts de réparation facturés par Apple sont relativement importants sur ce smartphone, souscrire une assurance spécifique peut donc être intéressant ; à condition de bien vérifier les conditions évidemment.

iFixit met l’iPhone X en pièces et lui donne 6 sur 10
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Alors que la Blizzcon approche à grand pas, de nombreuses rumeurs ont fait surface autour d'une éventuelle suite à la saga Diablo. Un faisceau d'indices, comme la présence d'une conférence « Diablo : What's Next » sur la scène principale dès la fin de la cérémonie d'ouverture, ou encore le lancement de tous nouveaux produits dérivés semblaient donner du poids à ces rumeurs.

Blizzard s'est toutefois fendu d'un communiqué visant à calmer les attentes des fans de la franchise. « Nous connaissons les souhaits de bon nombre des membres de la communauté. Tout ce que nous pouvons dire c'est que "tout vient à point à qui sait attendre" et que certaines nouveautés diaboliques demandent plus de temps ».

L'éditeur assure qu'il y aura tout de même quelques annonces liées à l'univers de Diablo. Espérons seulement qu'il ne s'agira pas uniquement de présenter le portage sur Switch, dont le lancement est prévu le 2 novembre prochain, jour de la cérémonie d'ouverture de la Blizzcon.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite sur le blog consacré à la console sous Android TV de la société. Elle y détaille les commandes accessibles.

Une fois les appareils liés, on peut utiliser l'enceinte connectée pour allumer ou éteindre la SHIELD TV, lancer une application, régler le volume, etc. Pour rappel, la console intègre déjà elle-même Google Assistant depuis plusieurs mois.

NVIDIA précise que cette fonctionnalité n'est pas accessible dans tous les pays. La société ne nous a pas encore confirmé ce qu'il en était pour la France.

Copié dans le presse-papier !

On ne l’attendait pas forcément, mais Tweetbot 5 vient de sortir sur iOS. L’interface est dépoussiérée, avec notamment un nouveau mode sombre… presque noir. L’éditeur Tapbot vise particulièrement les écrans OLED, mais nombreux sont ceux à réclamer le retour de l’ancien gris sombre.

Toutes les icônes ont évolué, y compris celle de l’application sur l’écran d’accueil. Les utilisateurs seront ravis d’apprendre que l’écran de rédaction dispose enfin d’une fonction GIF (via Giphy).

Entre autres nouveautés, signalons des retours haptiques pour certaines actions, des pages profil remaniées, des statuts plus lisibles pour les tweets ou encore la lecture automatique des vidéos dans le flux (désactivable dans les options).

On rappellera qu’à cause de blocages artificiels de l’API officielle Twitter, de nombreuses fonctionnalités sont absentes des clients tiers, comme les statuts de lecture et les conversations de groupe pour les messages directs, ou encore les sondages.

Twitter a même supprimé plus récemment la mise à jour temps réel du flux des tweets, forçant les applications à réclamer un rafraîchissement manuel pour afficher les nouveaux tweets.

Ce qui explique sans doute pourquoi Tweetbot 5 est gratuit pour les possesseurs de l’actuelle version 4, alors que toutes les mises à jour majeures avaient été payantes. Pour les autres, le prix est de 5,49 euros.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft et Valve annoncent avoir ajouté quatre nouveaux titres à la liste des jeux Xbox 360 profitant d'améliorations graphiques sur Xbox One X : Half-Life 2: The Orange Box, Portal: Still Alive, Left 4 Dead et Left 4 Dead 2.

Les deux sociétés ne donnent guère de détails sur les conditions exactes dans lesquelles les jeux tournent, se contentant de préciser que les images comptent 9 fois plus de pixels que dans leur version originale.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce pourrait paraître surprenante, mais elle est pourtant importante. Si les promesses autour des performances des ordinateurs quantiques sont impressionnantes (entraînant même certains fantasmes), il ne s'agissait que d'une théorie... du moins jusqu'à présent.

Passer de la théorie à la pratique est crucial. Le cas ressemble à celui des ondes gravitationnelles : on se doutait depuis longtemps de leur existence, mais en avoir la preuve permet de voir les choses différemment.

Justement, la prestigieuse revue Science a publié un article de Sergey Bravyi (IBM Research), David Gosset (Université de Waterloo) et Robert König (université de Munich).

Baptisé « Quantum advantage with shallow circuits », il apporte « une preuve inconditionnelle » de l'avantage d'un ordinateur quantique, selon les auteurs. Ils ajoutent que leur algorithme est un bon candidat pour des expérimentations à court terme.

Dans un billet de blog, IBM apporte des détails et explique qu'il fallait apporter une preuve « indiscutable ». Il cite l'algorithme de Shor pour la factorisation d'entiers en exemple : il est souvent mis en avant pour vanter les performances des ordinateurs quantiques, car il est « plus rapide que toute méthode connue sur un ordinateur classique ».

Ce n'est donc pas une preuve suffisante. Rien ne dit en effet qu'une nouvelle méthode de factorisation ne sera pas découverte un jour, rendant un ordinateur classique aussi rapide, voire plus, qu'un ordinateur quantique.

« Ce que les scientifiques ont prouvé, c’est qu’il existe certains problèmes qui nécessitent une profondeur de circuit fixe lorsqu’ils sont effectués sur un ordinateur quantique, même si vous augmentez le nombre de qubits [NDLR : des bits quantiques] pour les entrées. Ces mêmes problèmes nécessitent que la profondeur augmente avec le nombre d'entrées sur un ordinateur classique », explique IBM.

La notion de profondeur est importante en quantique : c'est le nombre d'opérations que peut réaliser un ordinateur durant le temps de la cohérence quantique, c'est-à-dire lorsque le système est opérationnel. Ensuite il s'effondre et les calculs s'arrêtent. Un phénomène qui n'existe pas sur un ordinateur classique. Ainsi, plus le nombre d'entrées est élevé, plus l'ordinateur quantique sera performant. CQFD.