du 09 juin 2020
Date

Choisir une autre édition

Dans une lettre ouverte envoyée au Congrès, le directeur général de la société (Arvind Krishna) affirme être opposé à l'utilisation de la technologie pour « la surveillance de masse, du profilage racial, la violation des droits et libertés humaines fondamentaux, ou tout autre objectif contraire à nos valeurs ». Il a donc décidé de stopper pour le moment la vente de logiciels de reconnaissance faciale à des fins générales.

Il enchaîne : « Nous pensons que le moment est venu d'entamer un dialogue national sur l'opportunité et la manière dont la reconnaissance faciale devrait être utilisée par les autorités nationales chargées de l'application des lois ». 

Selon Arvind Krishna, les outils de reconnaissance faciale peuvent « aider les forces de l'ordre à assurer la sécurité des citoyens », mais « fournisseurs et les utilisateurs ont la responsabilité partagée de s’assurer que l’IA a été testée contre les biais ».

Cette annonce d’IBM intervient alors que les États-Unis sont touchés par une forte vague de protestations contre le racisme et les violences policières, suite à la mort de George Floyd.

IBM va arrêter la vente de logiciels de reconnaissance faciale
chargement Chargement des commentaires...