du 29 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

IBM rachète Red Hat pour conquérir le cloud hybride

IBM a annoncé hier le rachat de Red Hat pour 34 milliards de dollars, ou 190 dollars par action. L’opération fera de Big Blue un acteur de premier plan dans le domaine du cloud hybride, l’entreprise souhaitant rattraper son retard sur Amazon et Microsoft.

Les actifs de Red Hat intégreront la division Hybrid Cloud d’IBM pour renforcer son offre d’hébergement et de serveurs Linux. Objectif, capter de nouveaux clients et pousser les actuels à aller plus loin dans leur transition.

Le cloud hybride mélange pour rappel cloud classique et installations sur site. Pour la PDG d’IBM, Ginni Rometty, « la plupart des entreprises n’en sont qu’à 20 % de leur voyage vers le cloud ». Selon elle, les 80 % restants sont les plus difficiles, puisqu’ils doivent « déverrouiller la vraie valeur commerciale et conduire la croissance ».

En d’autres termes, IBM veut changer la perception du cloud au-delà du simple service déporté et de la location de puissance informatique. Comme ses concurrents, elle souhaite que les entreprises se laissent davantage porter par le cloud.

Le rachat de Red Hat doit donc jouer un grand rôle en levant les hésitations des entreprises, qui craindraient la nature propriétaire des clouds concurrents. Pour IBM, la solution ne peut être qu’une base Linux, agrémentée de conteneurs et Kubernetes.

Dans une session de questions-réponses, Arvind Krishna, vice-président de la division Hybrid Cloud, affirme qu’IBM s’engage à « conserver la culture, le leadership et les pratiques de Red Hat ». Les deux entreprises étaient selon lui partenaires de longue date, le rachat n’étant qu’une continuation logique.

Comme toujours, l’opération doit être approuvée par les autorités compétentes.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La justice américaine va se pencher sur l'introduction en bourse de Snap Inc. Dans son viseur, les informations distillées aux futurs investisseurs quant à la robustesse de l'entreprise, suite à une plainte déposée en mai 2017.

Selon les plaignants, Snap Inc aurait omis de mentionner un différend juridique avec un ancien employé ayant affirmé que l'entreprise truquait ses chiffres d'audience. Une affaire qui sera jugée en avril prochain. Ils estiment également que le réseau social gonfle ses chiffres via l'envoi de notifications aux utilisateurs.

De son côté, Snap assure coopérer avec les autorités et que l'ensemble de ses déclarations précédant son entrée en bourse sont « exactes et complètes ». Depuis son introduction boursière, l'action Snap Inc est passée de 17 dollars à 6,71 dollars.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau privé virtuel (VPN) de ProtonMail, connu pour son service mail chiffré, publie son application pour iPhone et iPad. Selon la société, le VPN est désormais disponible sur les principaux systèmes : Android, iOS, Windows, macOS et Linux.

L’application iOS supporte les fonctions habituelles du service, dont son Secure Core (pour ne passer que par certains relais), le kill switch (pour tuer toute connexion hors VPN) et l’utilisation de Tor via le VPN. Elle exploite aussi le protocole IKEv2, promis comme plus rapide.

Une version limitée du service est gratuite, avec accès aux serveurs de trois pays et un appareil. Il en coûte au moins 4 dollars par mois pour débloquer tous les pays disponibles, augmenter la vitesse et disposer du peer-to-peer. À 8 dollars mensuels, l’entreprise ajoute les fonctions avancées (Secure Core et Tor, notamment).

Copié dans le presse-papier !

En plus du retour de l’October 2018 Update pour Windows 10, des mises à jour cumulatives ont été proposées pour toutes les versions de Windows en cours de support.

L’installation de l’évolution automnale restant pour l’instant soumise à une recherche manuelle dans Windows Update, les utilisateurs de l’April Update récupèreront automatiquement la mise à jour mensuelle. Microsoft préfère étrangement jouer la prudence. Ceux qui décident néanmoins de se lancer passeront en version 17763.134.

Le téléchargement contient surtout des correctifs de sécurité pour des composants tels que Edge, Internet Explorer, Windows Scripting, Windows Graphics, Windows Media, les réseaux sans fil ou encore le noyau. Le système passe en version 17134.407.

La branche précédente, à savoir la Fall Creators Update, reçoit à peu près les mêmes correctifs, le système passant en version 16299.785. Rappelons que le grand public ne peut pas rester sur des moutures plus anciennes. Seules les entreprises équipées d’une infrastructure spécifique peuvent bloquer Windows 10 sur une ou plusieurs évolutions majeures.

Windows 7 (SP1) et Windows 8.1 ont droit eux aussi à leur série de correctifs, avec des notes de versions assez semblables. Pour ceux qui se poseraient la question, les supports étendus de ces systèmes courront respectivement jusqu’aux 14 janvier 2020 et 10 janvier 2023. Windows 7 étant encore très présent, Microsoft risque une situation similaire à celle de Windows XP.

Copié dans le presse-papier !

Alors que le petit monde des Battle Royale gravite autour de Fortnite depuis maintenant plusieurs mois et que son grand concurrent PlayerUnknown's Battleground semble en perte de vitesse, son éditeur va tenter de lui redonner un peu d'élan avec le lancement d'une version PlayStation 4 le 7 décembre prochain.

Les précommandes sont d'ores et déjà ouvertes sur le PlayStation Store, à partir de 29,99 euros pour l'édition de base, et jusqu'à 59,99 euros pour « l'édition du champion » qui comprend un petit paquet de monnaie virtuelle pour débloquer des objets cosmétiques et un Pass pour une future carte.

Bien évidemment, le jeu requiert un abonnement PlayStation Plus actif pour profiter de ses fonctionnalités multijoueur.