du 30 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

IA : Tim Berners-Lee s'oppose aux GAFA, Kira Radinsky peste contre les protections de la vie privée

La semaine dernière se tenait The Web Conference à Lyon, dont une session avait pour sujet « l'intelligence artificielle et le futur du Web et d'Internet ».

Le casting réunissait de grands pontes du domaine : Sir Tim Berners-Lee (inventeur du web, président du W3C), Vinton Cerf (l'un des pères d'Internet, désormais chez Google), Antoine Bordes (Facebook), Kira Radinsky (eBay) et Ruhi Sarikaya (Amazon).

Tim Berners-Lee plaidait pour davantage de régulation, mais semblait bien seul sur cette position, comme l'explique Les Echos. Il détaille son point de  vue autour de plusieurs axes : « Les données personnelles ne sont pas le nouveau pétrole. Si je vous donne mes données, ce n’est pas comme du pétrole, ce n’est pas comme de l’eau, je les ai encore. Ce sont les miennes ». « La question aujourd'hui, c'est : pour qui travaillent les IA ? Alexa, pour qui travailles-tu ? Pas pour moi » lâche-t-il.

Chez les autres participants, les attaques étaient plus ou moins violentes. Vincent Cerf (Google) « voudrait exhorter les gouvernements à ne pas se précipiter sur la régulation, car nous ne comprenons pas encore quels types de contrôles nous pourrions véritablement mettre en œuvre [...] Nous ne voudrions pas freiner la créativité qu'offrent ces outils ».

De son côté, Kira Radinsky (eBay) n'y va pas avec le dos de la cuillère : « Les discussions sur l'éthique et la diversité sont très importantes, mais ne doivent pas obérer le progrès scientifique. Les protections de la vie privée et des données nous empêchent de faire des découvertes ».

Elle en rajoute une couche : « Quand vous ne partagez pas vos données de santé, vous condamnez quelqu'un d'autre à mort en empêchant de le soigner correctement » affirme-t-elle.

Sans aucune surprise, Antoine Bordes (Facebook) joue la carte de la transparence, le nouveau créneau du groupe depuis l'affaire Cambridge Analytica (lire notre analyse). Il revient ainsi sur l'idée d'intelligence artificielle autonome intégré aux terminaux.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le service de streaming musical a lancé, fin décembre, une application proposant jusqu’à 30 000 stations, sans publicité supplémentaire. Pour le moment uniquement outre-Manche.

Elle est utilisable sans inscription et, Deezer oblige, permet d’identifier directement les morceaux écoutés. Les chansons aussi présentes dans le catalogue de Deezer peuvent être sauvegardées dans les favoris, à condition de disposer d’un compte.

Copié dans le presse-papier !

D'une longueur de 1 746 km, son déploiement a été fait en moins de deux ans, affirme Orange. Sa mise en service opérationnelle et son ouverture commerciale sont prévues pour la fin du mois.

« Composé de deux paires de fibres, Kanawa peut transmettre jusqu’à 100 x 100G bit/s soit 10 térabits/s et devient l’un des câbles les plus puissants de la région », selon l'opérateur qui indique avoir investi 35 millions d'euros dans ce projet.

« Entre croissance démographique et croissance des usages, la Guyane est l’un des  territoires les plus dynamiques en termes de numérique. C’est pour répondre à ce besoin de débits et pour sécuriser la connexion de ce territoire au réseau mondial que nous avons construit Kanawa », indique enfin Orange.

Copié dans le presse-papier !

La société de sécurité Check Point a trouvé un bon support publicitaire. Elle a découvert un problème permettant de prendre la main sur un compte Epic Games, donc Fortnite. Le jeu gratuit compterait environ 200 millions de joueurs, faisant la fortune actuelle de l'éditeur.

Pour être piégé, l'utilisateur doit cliquer sur un lien factice (envoyant vers un sous-domaine d'epicgames.com). En exploitant une faiblesse du sous-domaine, la page renvoie vers un serveur contrôlé par le pirate, avec du code vérolé. Ce code récupère le jeton d'authentification du compte Epic, qu'il envoie au pirate.

L'internaute doit bien sûr être identifié pour que le procédé fonctionne. Le jeton en question permet de lancer le client de jeu Epic. Il est généré une fois les identifiants fournis, pour maintenir l'authentification.

La faille a été rapidement comblée par Epic, qui assure n'avoir aucune preuve d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a confirmé sa présence au prochain Mobile World Congress, qui se tiendra comme toujours à Barcelone, cette année du 25 au 28 février. Plus exactement, la conférence de presse se fera la veille, le 24 à 17h00.

Satya Nadella, directeur général de l’entreprise, sera présent, accompagné par Alex Kipman. Ce dernier est connu pour travailler de longue date sur HoloLens. Il n’en fallait pas plus pour que nos confrères, comme Neowin et The Verge, y voient la présentation d’un HoloLens 2.

Cette version est en développement depuis des années. La technologie du HoloLens, centrée sur la réalité augmentée, est utilisée aujourd’hui chez de nombreux clients, dont l’armée américaine et Sanofi.

Pourtant, le HoloLens n’est pas tourné vers le grand public. Ses kits de développement étaient vendus à un tarif oscillant entre 3 000 et 5 000 dollars. Les rumeurs évoquent donc depuis un moment une révision plus discrète, légère, centrée sur un SnapDragon 850, et surtout beaucoup plus accessible.

Copié dans le presse-papier !

En novembre dernier, le revendeur annonçait Neural TTS (NTTS) ou Neural Text-To-Speech. Basée sur l'intelligence artificielle, elle permet d'avoir « une voix plus naturelle et, en fonction du contexte, permet à Alexa d’adapter également son style de voix ».

Outre-Atlantique, lorsque vous demandez à Alexa quelles sont les dernières nouvelles, l'intelligence artificielle sait désormais « quels mots ou quelles phrases doivent être accentués pour une présentation plus réaliste des informations ».

Des exemples avec différentes voix sont disponibles par ici.