du 09 juillet 2020
Date

Choisir une autre édition

Hydrogène : une alliance européenne « en vue d’une Europe neutre climatiquement »

La Commission européenne vient de mettre en ligne plusieurs documents sur le sujet. Elle rappelle que « l’hydrogène peut servir de matière première, de carburant ou de vecteur d’énergie et de solution de stockage et trouve de nombreuses applications possibles qui réduiraient les émissions de gaz à effet de serre ».

Elle ajoute que, comme indiqué dans le plan de relance Next Generation EU, « l’hydrogène constitue une priorité d’investissement afin de stimuler la croissance économique et la résilience, de créer des emplois locaux et de consolider le leadership mondial de l’UE ».

Un calendrier est déjà défini : 

  • D’ici à 2024 : « nous soutiendrons l’installation d’électrolyseurs ayant une capacité de production d’hydrogène renouvelable d’au moins 6 GW dans l’UE, et l’objectif de produire jusqu’à un million de tonnes d’hydrogène renouvelable ».
  • De 2025 à 2030 : « l’hydrogène doit devenir une partie intrinsèque de notre système énergétique intégré, avec une capacité installée d’au moins 40 GW d’électrolyseurs produisant de l’hydrogène renouvelable et une production allant jusqu’à 10 millions de tonnes d’hydrogène renouvelable dans l’UE ».
  • À partir de 2030 : « l’hydrogène renouvelable sera déployé à grande échelle dans tous les secteurs difficiles à décarboner ».

Afin de regrouper les initiatives et les ressources, la Commission annonce une « Alliance européenne pour un hydrogène propre ». Ses travaux « s’articuleront autour de six piliers industriels, reliant l’offre et la demande d’hydrogène propre » : applications domestiques, transmission et distribution, mobilité, production d’hydrogène, applications industrielles, secteur de l’énergie.

500 entreprises participent à cette alliance en 2020, avec l’objectif d’arriver à 1 000 en 2024 et 2 000 en 2050. La Commission revient également sur les « besoins d’investissements dans les électrolyseurs ayant une capacité de production d’hydrogène renouvelable » : 5 à 9 milliards d’euros en 2024, puis 26 à 44 milliards en 2030.

De son côté, le Parlement européen « va voter la réforme des orientations pour les réseaux transeuropéens d’énergie ». Les députés réclameront « un meilleur développement des solutions de stockage énergétique afin d’accroitre la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen ».

Dans ce cadre, « les nouvelles batteries, le stockage thermique et l’hydrogène vert pourraient jouer un rôle majeur pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris et assurer un approvisionnement continu en énergie ».

chargement Chargement des commentaires...