du 30 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Le système de détection du visage TrueDepth, au coeur de l'iPhone X pour alimenter Face ID, repose sur un lot de capteurs présents dans la fameuse encoche.

Huawei veut aller plus loin, notamment dans la composition du modèle mathématique : au lieu d'une carte 3D de 30 000 points, le capteur du constructeur chinois pourra en repérer 300 000. La réactivité de l'ensemble serait presque aussi bonne que celle du capteur d'empreintes digitales maison, avec ses 400 ms.

Ces informations ont été révélées à la fin de la présentation officielle du V10, bien que ce système n'en fasse pas encore parti. D'ailleurs, le constructeur n'a donné aucune date d'arrivée concrète à sa technologie, qui se résume donc pour l'instant à une simple démonstration technique, Huawei ayant son propre clone des Animojis d'Apple.

Huawei veut battre le Face ID d'Apple avec ses propres capteurs
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Buzzfeed rapporte que le réseau social commence à insérer un flux vidéo de chaines TV en cas d'événement majeur dans une localité. L'illustration est venue hier avec la fusillade dans un lycée de Floride.

Twitter a diffusé la vidéo de la chaine locale WSVN 7 à ses membres américains. L'entreprise met donc un accent plus fort sur l'actualité, au moment où Facebook réduit la part des pages de médias dans le flux de ses membres, privilégiant ce que les internautes partagent eux-mêmes. Le réseau social avait néanmoins indiqué toujours miser sur les « live ».

Copié dans le presse-papier !

Nouvelle levée de fonds pour le français Lydia, qui propose une solution de paiement mobile, de transfert d'argent et une carte bancaire. Mais cette fois, c'est pour « accélérer en Europe » que la société a sollicité ses investisseurs. Après avoir dépassé le million d'utilisateur fin 2017, elle indique suivre un rythme de 2 000 nouveaux comptes chaque jour et être « incontournable chez les 18-35 ans ».

CNP Assurances mène ce tour de table de 13 millions d’euros, le troisième de Lydia qui a levé un total de 23 millions d'euros depuis sa création. On retrouve des investisseurs historiques comme XAnge, New Alpha AM, Oddo, BHF et Groupe Duval.

Il faut dire que l'environnement concurrentiel est fort sur ce secteur, avec des géants américains comme Apple, Facebook ou encore Paypal qui proposent des solutions gratuites. Lydia veut donc prendre la tête en Europe, espérant sans doute se différencier par le fait de n'être liée à aucune plateforme en particulier.

Copié dans le presse-papier !

L'an dernier, le Safety Check de Facebook ouvrait une fonction d'Aide de la communauté, accueillant les discussions des utilisateurs en cas de crise quelque part. En un an, 750 000 messages auraient été envoyés, sur 500 événements.

Dans les prochaines semaines, ce forum sera ouvert à des organisations et entreprises sélectionnées, dont Direct Relief, Lyft, Chase, Feeding America, International Medical Corps, le Départmeent californien des forêts et Fire and Save the Children.

Cela pour aider les habitants sur le moment, les diriger vers les infrastructures utiles ou vers une association organisant le soutien dans cette situation.

Copié dans le presse-papier !

C'est aujourd'hui le 100 numéro de notre brief quotidien qui vous permet de suivre l'actualité du jour en un coup d'œil, mais aussi via nos flux RSS et réseaux sociaux. 

Il fera son retour par email d'ici peu, dans une version revue et corrigée. Nous vous réservons également quelques surprises pour les semaines à venir... 

Copié dans le presse-papier !

L’Assemblée nationale et le Sénat ont successivement adopté, jeudi 15 février, l’accord trouvé deux jours plus tôt par les parlementaires réunis en commission mixte paritaire.

Le texte prévoit notamment que le code source de Parcoursup, son algorithme et son cahier des charges (en version synthétique) soient communicables de plein droit aux citoyens, sur demande.

Les dispositions limitant le droit d’explicitation individuelle du fonctionnement du traitement algorithmique utilisé pour déterminer son affectation, normalement mis au profit des candidats suite au vote de la loi Numérique, ont de leur côté été maintenues.

Sauf saisine du Conseil constitutionnel, Emmanuel Macron dispose désormais de deux semaines pour promulguer ce projet de loi.