du 28 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Huawei met le cap sur la photo avec ses trois P20 et un Porsche Design Mate RS dès… 1 695 euros

Comme prévu, le fabricant a dévoilé hier soir ses P20 Lite, P20 et P20 Pro. Points communs : ils disposent d'un écran 19:9 quasiment sans bord avec une encoche sur la partie supérieure (« notch ») et d'un connecteur USB Type-C.

Le premier affiche une diagonale de 5,85 pouces (2280 x 1080 pixels) et exploite un SoC Kirin 659. Un capteur de 16 Mpixels est installé à l'avant et deux de 16 et 2 Mpixels à l'arrière. Il est livré avec EMUI 8.0 (interface maison basée sur Android 8 Oreo). Le smartphone est d'ores et déjà disponible pour 369 euros.

Passons ensuite aux P20 et P20 Pro de respectivement 5,8" et 6,1". Ils partagent plusieurs caractéristiques techniques : définition de 2 244 x 1 080 pixels, SoC Kirin 970, 128 Go de stockage et capteur de 24 Mpixels en façade. Le P20 intègre 4 Go de mémoire vive contre 6 Go pour la version Pro.

Mais cette dernière propose surtout trois capteurs à l'arrière, la partie photo faisant l'objet d'un partenariat avec Leica : 40 (couleur), 20 (monochrome) et 8 Mpixels (téléobjectif). Le P20 se contente pour sa part de deux capteurs de 12 (couleur) et 20 (monochrome) Mpixels. Un comparatif des P20 et P20 Pro est disponible ici.

C'est dans l'air du temps, le fabricant met en avant l'intelligence artificielle à toutes les sauces ou presque : « Master AI, un ensemble de fonctions photographiques gérées par intelligence artificielle, et le HUAWEI AIS, une puissante technologie de stabilisation », mais aussi une « composition assistée par IA, qui offre des suggestions intelligentes pour cadrer les photos de groupes ou de paysages ».

Les P20 et P20 Pro seront livrés avec EMUI 8.1 (basée sur Android 8.1) pour respectivement 649 euros (4 Go de mémoire, 128 Go de stockage) et 899 euros (6/128 Go). Ils seront disponibles en France à partir du 5 avril.

Enfin, Huawei continue dans la surenchère avec son (très) cher Porsche Design Mate RS de 6". Il reprend une partie des caractéristiques techniques du P20 Pro, notamment le SoC et le triple capteur optique à l'arrière. Il propose par contre deux lecteurs d'empreintes digitales, dont un placé sous l'écran.

Toutes ses caractéristiques techniques se trouvent par ici. Son tarif débute à 1 695 euros avec 256 Go de stockage et jusqu'à 2 095 euros avec 512 Go. Là encore, la disponibilité est prévue pour le 5 avril.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

DJI, le principal acteur sur le marché des drones a révélé avoir découvert un système mis en place par certains de ses employés afin de détourner une partie de l'argent versé aux fournisseurs de l'entreprise. Ces employés gonflaient le prix des pièces achetées par la société et encaissaient la différence.

Au total, ce sont environ 150 millions de dollars qui auraient ainsi été détournés, et ce au profit de quelques dizaines d'employés, licenciés depuis. DJI assure mettre en place de nouvelles procédures afin que ce genre d'incident ne se reproduise pas et annonce coopérer avec les autorités.

Copié dans le presse-papier !

Après l'annonce de Salesforce de doubler ses effectifs sur l'île (1 500 emplois sur 5 ans), le Premier ministre d'Irlande Leo Varadkar peut à nouveau se réjouir sur Twitter.

Lors d'un discours à Dublin, Sheryl Sandberg (directrice générale adjointe du groupe) annonce la création de 1 000 postes cette année, comme le rapporte Reuters.

Ils seront répartis dans plusieurs dizaines d'équipes en charge de la sécurité, du juridique, du marketing, etc. Le total des effectifs passera alors à 5 000 employés en Irlande.

La dirigeante reconnaît que « Facebook a connu des temps difficiles ces dernières années ». « Nous devons faire mieux pour préserver la sécurité des personnes sur notre plateforme », ajoute-t-elle.

Copié dans le presse-papier !

L’autorité néerlandaise de la sécurité routière (RDW) vient d'annoncer que la voiture électrique est désormais autorisée à circuler sur les routes européennes, comme l'explique Bloomberg. Selon nos confrères, les livraisons devraient débuter dès le mois de février.

La Model 3 est actuellement annoncée à partir de 53 500 euros (incluant 6 000 euros de bonus écologique) pour la version avec « batterie grande autonomie », mais sans le pilote automatique (ajoutez 5 300 euros).

Cette autorisation intervient alors qu'Elon Musk a annoncé son intention de licencier 7 % des effectifs de la société, entraînant une baisse de plus de 13 % du cours de l'action. But de l'opération : réduire les coûts et réussir à être durablement bénéficiaire. Pour cette dernière étape, Tesla compte beaucoup s'appuyer sur la Model 3.

Copié dans le presse-papier !

Hier, on apprenait de nouveaux détails sur la fameuse taxe visant les géants du numérique, qui fera l'objet d'un projet de loi annoncé pour février.

De son côté, la CNIL infligeait pour la première fois une sanction pécuniaire de 50 millions d’euros à Google pour non-respect du RGPD. Elle y détaille tous les manquements de la société en matière de respect de la vie privée.

Le communiqué de presse a été envoyé vers 15h15. Et c'est à... 15h30 que Google France décidait de publier un billet de blog revenant sur ses investissements en France, annoncés l'année dernière.

La société a d'ailleurs trouvé un relai de poids : le compte Twitter de l'Élysée. Un peu avant 20h, il publiait une déclaration du patron de Google France vantant la formation de 100 000 français aux « outils numériques » et l'ouverture de ses ateliers.

Un timing pour le moins étonnant, l'exécutif invitant à « écouter » le géant américain dans le cadre de son programme ChooseFrance. Ce, alors que le gouvernement cherche le moyen de lui faire payer sa juste part d'impôts et que la CNIL constate de manière assez détaillée comment il fait peu de cas du respect de la vie privée et des lois en vigueur en Europe en la matière.

Copié dans le presse-papier !

Des robots sont déjà à l'oeuvre depuis longtemps dans les entrepôts d'Amazon, notamment pour gérer les stocks. Ils se déplacent généralement dans des zones réservées afin d'éviter les accidents.

En cas de panne ou si un objet tombe, un humain doit intervenir pour régler le problème. Une zone était alors définie manuellement par des ouvriers comme étant interdite aux robots le temps de procéder aux réparations.

Avec la Robotic Tech Vest, Amazon veut automatiser et simplifier ce processus, comme l'explique TechCrunch : « elle permet aux robots de détecter un humain de plus loin et de mettre à jour intelligemment son plan de déplacement pour se tenir à l'écart, sans qu'il soit nécessaire pour les employés de délimiter explicitement ces zones ».