du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Comme prévu, le nouveau smartphone du fabricant a été dévoilé hier. Il est d'ores et déjà disponible dans les boutiques, à partir de 399 euros. À l'occasion du lancement, le fabricant propose une réduction de 30 euros, mais uniquement sur son site.

Au menu, un écran de 5,84 pouces (2 280 x 1 080 pixels) avec un Kirin 970, 4 Go de mémoire vive, 64 ou 128 Go de stockage (mais pas d'emplacement microSD), deux capteurs optiques de 16 et 24 Mpixels à l'arrière, un de 24 Mpixels en façade avec reconnaissance faciale, lecteur d'empreintes digitales, Wi-Fi 802.11ac, Bluetooth 4.2, connecteur USB Type-C, etc. Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles par là.

Le constructeur met en avant des fonctions « d'intelligence artificielle » pour ses capteurs photo, ainsi capables « d’identifier plus de 500 types de sujets appartenant à 22 catégories en temps réel ». Pour le reste, il est question d'optimisations logicielles. Le Honor 10 est livré avec la surcouche maison EMUI 8.1, basée sur Android 8.1.

Huawei lance son Honor 10, vendu dès 399 euros
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Avec ces deux processeurs Raven Ridge pour ordinateurs portables gravés en 14 nm, le constructeur nous refait le coup de l'annonce discrète, via des fiches sur son site (voir ici et ).

Il veut proposer des modèles plus performants que la gamme « U », à la manière de ce que fait Intel avec ses processeurs Core H et HK (voir notre analyse). Ainsi, fréquences et nombres d'unités sont à la hausse… et donc le TDP :

  • R5 2500U : 4C/8T, 2,0/3,6 GHz, 4 Mo de L3, Vega 8 à 1,10 GHz, TDP de 15 W
  • R5 2600H : 4C/8T, 3,2/3,6 GHz, 4 Mo de L3, Vega 8 à 1,10 GHz, TDP de 45 W
  • R3 2200G : 4C/4T, 3,5/3,7 GHz, 4 Mo de L3, Vega 8 à 1,10 GHz, TDP de 65 W
  • R7 2700U : 4C/8T, 2,2/3,8 GHz, 4 Mo de L3, Vega 10 à 1,30 GHz, TDP de 15 W
  • R7 2800H : 4C/8T, 3,3/3,8 GHz, 4 Mo de L3, Vega 11 à 1,30 GHz, TDP de 45 W
  • R5 2400G : 4C/8T, 3,6/3,9 GHz, 4 Mo de L3, Vega 11 à 1,25 GHz, TDP de 65 W

Face aux APU de bureau (G) et aux précédents modèles mobiles (U), c'est surtout le TDP qui évolue, et donc le comportement de la puce en situation réelle. Elle nécessitera un système de refroidissement plus véloce mais pourra monter plus souvent et plus haut en fréquence.

On note également que le modèle 2600H reprend le nombre d'unités graphiques de ses cousins, là où le 2800H se cale sur le 2400G à 11 unités plutôt que le 2700U qui n'en contenait que 10.

AMD précise que ses clients peuvent configurer le TDP de 35 à 54 watts en fonction de leurs besoins, ce qui impliquera là aussi des différences de performances d'une machine à l'autre. Pour les modèles « U », cette valeur pouvait varier entre 12 et 25 watts.

Copié dans le presse-papier !

Nos confrères de TechPowerUp ont découvert un élément intéressant dans les pilotes des GeForce RTX. Chaque puce exploitant l'architecture Turing a droit à deux identifiants différents.

Une première, selon nos confrères, qui auraient pu confirmer que la TU102-300 est destinée à être intégrée aux cartes d'entrée de gamme, la seconde (TU102-300-A) ayant plutôt vocation à être utilisée pour les modèles des partenaires orientés overclocking.

Ainsi, les constructeurs auraient l'interdiction de proposer une carte overclockée par défaut si elle est équipée d'un TU102-300.

Un certain tri a toujours été opéré avec cet objectif, plusieurs constructeurs communiquant à une époque sur les lots de GPU sur lesquels ils avaient pu mettre la main pour proposer des cartes pouvant monter très haut en fréquence.

Mais cette distinction n'avait jamais pris forme de manière si visible, notamment dans les pilotes. Une manière peut-être d'officialiser la facturation à deux niveaux opérée par NVIDIA sur ses GPU. Il faudra aussi voir si le service d'overclocking automatique Scanner prend cette information en compte lors de son analyse et si cela ne limite pas les possibilités de transférer un BIOS d'une carte à l'autre.

Copié dans le presse-papier !

Depuis hier soir, plusieurs nouvelles versions majeures de systèmes Apple sont disponibles.

On commence avec iOS 12, qui reprend la même liste de compatibilité qu’iOS 11 : iPhone à partir du 5s, iPad 5 et 6, iPad Air 1 et 2, tous les iPad Pro, iPad mini 2 à 4 et iPod Touch de 6e génération.

Parmi les principales nouveautés, on note une meilleure réactivité, les notifications groupées, de nouveaux gestes tactiles pour l’iPad, l’arrivée de Bourse, Dictaphone ou et Actualités sur ce dernier, les traductions et raccourcis Siri, etc. Nous avons détaillé ces nouveautés dans notre dossier.

Si le système ne vous propose pas automatiquement le téléchargement, vous pouvez pour rappel le débusquer dans Réglages > Général > Mise à jour logicielle.

watchOS 5 ensuite, que l’on installera comme d’habitude depuis l’application compagnon sur iPhone. La nouvelle mouture embarque quatre nouveaux cadrans, un navigateur web, une application podcasts, le retour de la fonction Talkie-Walkie et de nouveaux outils pour les sportifs, dont un mode compétition en duel.

tvOS 12 est lui aussi disponible. Sa liste d’apports est moins étoffée : de nouveaux fonds d’écran animés avec affichage de leurs informations (notamment le lieu), possibilité de passer d’un fond à un autre via un glissement sur la télécommande, compatibilité avec le Dolby Atmos et suggestion du mot de passe s’il est présent dans le Trousseau iCloud.

Rappelons que le prochain macOS, Mojave, arrivera la semaine prochaine.

Copié dans le presse-papier !

Cette mouture avait été présentée lors du Computex de Taipei (lire notre compte rendu). Elle est désormais en ligne.

Elle permet d'utiliser son smartphone comme caméra IP (LiveCam), sur iOS pour le moment. Cette mouture prend en charge les haut-parleurs IP, peut réaliser des vidéos en accélérée via Smart Time Lapse, propose de la double authentification et enfin la possibilité de diffuser en direct les vidéos des caméras sur YouTube. La mise à jour pour Android arrivera en octobre.

Les nouvelles fonctionnalités sont détaillées par ici. Pour télécharger la Surveillance Station 8.2, il faudra comme toujours se rendre dans le centre de paquets.

Copié dans le presse-papier !

Le but officiel : limiter l'authentification de chaque internaute à chaque application, avec un couple identifiant et mot de passe.

Le projet Verify permet de reconnaître l'utilisateur à son numéro de téléphone, sa carte SIM, le type de compte téléphonique, son adresse IP ou encore la durée de son contrat. Le service se présente comme une application, exploitable par d'autres pour s'identifier.

Les quatre principaux opérateurs américains sont de la partie : AT&T, Sprint, T-Mobile et Verizon. À The Verge, un porte-parole déclare que certaines applications nécessiteront un code PIN supplémentaire. Toutes devront être validées manuellement par l'utilisateur.

Les entreprises promettent une gestion transparente des données, se remettant au passage au centre de l'identité numérique de leurs abonnés. Un point essentiel pour qui veut être indispensable aux internautes et aux services qui veulent accéder à leurs données.

Le système s'inspire clairement des identifications sur des applications tierces (single sign-on) de Facebook, Google ou Twitter, très répandues.