du 08 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Le groupe hôtelier passe à l'ère 2.0 et permettra prochainement à ses clients de réaliser de nombreuses opérations depuis leur smartphone : régler la température, allumer ou éteindre des lumières, profiter de la télévision, gérer les fenêtres, etc.

Dans un second temps, Hilton proposera de la reconnaissance vocale pour piloter les objets connectés de ses chambres. Pour ceux qui ne souhaitent pas utiliser d'application, les fonctions de contrôle sont disponibles via la télévision.

Le groupe rappelle qu'il permet déjà de réserver et ouvrir une chambre avec son application Honors. Il ajoute que 18,7 millions de portes ont ainsi été ouvertes de cette manière.

Connected Room est pour le moment en bêta et sera déployée dans les prochaines semaines aux États-Unis. La mise en place devrait s'accélérer en 2018, sans plus de détail pour le moment. Une vidéo de démonstration est disponible par ici.

Hilton présente sa chambre connectée et contrôlée depuis un smartphone
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Au motif que « dans certaines parties du territoire français », la TNT « ne fonctionne pas tout ou une partie de l’année », le député Daniel Fasquelle vient de déposer une proposition de loi introduisant une dispense de redevance pour ces contribuables.

Dès lors que « la réception à la télévision numérique terrestre est rendue impossible pour des raisons indépendantes du seul fait de la construction du logement, notamment pour des causes météorologiques ou de proximité géographique avec un autre pays », il y aurait exemption.

Le texte, co-signé par une vingtaine d’élus LR, devra toutefois être inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale avant de pouvoir être débattu, ce qui est loin d’être facile quand on appartient à un groupe d’opposition.

Copié dans le presse-papier !

Ces nouvelles moutures étaient attendues. Elles permettent de profiter à plein des capacités (compute_75 et sm_75) des nouvelles GeForce RTX et Quadro RTX, notamment via leurs Tensor Cores.

L'une des avancées majeures de cette génération est en effet de rendre ces unités accessibles sur la gamme grand public, et plus seulement de les limiter aux modèles professionnels.

CUDA 10 promet surtout des améliorations de performances, notamment lorsqu'un grand nombre de GPU est utilisé. Les NVSwitchs sont désormais gérés, tout comme les Warp Matrix, CUDA Graphs, CUDA-Vulkan, CUDA-DX12, nvJPEG, le P2P, etc.

NVIDIA en profite pour annoncer que ses exemples de code sont désormais disponibles sur GitHub. Le Toolkit intègre également des nouvelles versions des outils à destination des développeurs comme Nsight. Les notes de versions complètes sont accessibles par ici.

Du côté des SDK les nouveautés aussi sont nombreuses. TensorRT 5 est désormais en release candidate, cuDNN 7.3, NCCL 2.3 et CUTLASS 1.1 sont disponibles, tout comme VRWorks Graphics 3.0.

Copié dans le presse-papier !

La série anglaise fera son retour dans deux semaines, avec une nouvelle actrice dans le rôle principal : Jodie Whittaker.

La diffusion du premier épisode est programmée pour le 7 octobre pour un épisode d'un peu plus d'un heure (The Woman Who Fell To Earth). Neuf autres sont attendus.

Chez nous, c'est toujours France 4 qui est en charge de la diffusion de Doctor Who. Largement critiquée pour son retard sur la version originale (voir ici ou ), la chaîne publique a semble-t-il décidée de revoir sa stratégie.

Ainsi, elle vient d'annoncer que la saison 11 sera diffusée dès le 11 octobre à 22h25, mais en version originale sous-titrée (VOST). De quoi faire plaisir aux fans les plus impatients, même s'ils devront encore patienter quatre jours.

La date de la diffusion de la version française (VF) n'a pas contre pas été confirmée.

Copié dans le presse-papier !

L'éditeur poussait il y a deux jours seulement sa build 17763 dans le canal rapide. Elle ne contenait plus que deux petits bugs dans le gestionnaire des tâches.

Hier soir, cette build a glissé dans le canal lent. Le rythme n'est normalement pas si rapide : il s'écoule toujours au moins une semaine avant ce transfert, le temps d'observer le comportement de la préversion sur un plus grand nombre de machines.

La 17763 pourrait donc être la RTM. À moins qu'un sérieux bug de dernière minute vienne tout gâcher – comme pour l'April Update – l'October 2018 Update (ou version 1809) devrait commencer son déploiement avec le Patch Tuesday du 9 octobre.

En théorie, Microsoft devrait proposer un peu avant l'outil permettant sa récupération, pour ceux qui n'auront pas envie d'attendre. Nous publierons prochainement un dossier complet sur les nouveautés de cette version.

Copié dans le presse-papier !

Après le Galaxy A8 en version 2018, c'est au tour du Galaxy A7 d'avoir droit à une mise à jour. Il propose un écran Infinity Display (avec de fines bordures) de 6 pouces avec une définition de 2 220 x 1 080 pixels.

Le constructeur « s'amuse » toujours autant avec ses capteurs optiques puisque le nouveau venu en a trois à l'arrière – 24 Mpxiels, grand-angle de 8 Mpixels et 5 Mpixels pour la profondeur– et un quatrième de 24 Mpixels à l'avant. Pour rappel, l'A8 en a deux devant et un derrière.

Le smartphone est animé par un SoC avec huit cœurs à 2,2 GHz, dont la référence varie suivant les pays. En France, il devrait s'agir de l'Exynos 7885, comme sur le Galaxy A8. 4 ou 6 Go de mémoire vive sont de la partie, ainsi que 64 ou 128 Go de stockage, extensibles via un lecteur de cartes microSD.

Wi-Fi 802.11ac, Bluetooth 5, NFC, batterie de 3 300 mAh, connecteur USB Type-B (alors que l'A8 a droit à l'USB Type-C) et Android 8.0 sont au programme. On regrettera cette fois encore l'impasse faite sur Android 9 Pie.

Le Galaxy A7 2018 sera disponible à partir de cet automne pour 349 euros selon plusieurs de nos confrères présents lors d'une démonstration à Paris. Reste à savoir si ce prix prend en compte une offre de remboursement (très) régulièrement mise en place par le fabricant.