du 06 juin 2019
Date

Choisir une autre édition

Harcèlement, haine, négationnisme, fausses informations… : les nouvelles promesses de YouTube

C'est la même histoire qui se répète encore et encore pour la plateforme de streaming. Lorsqu'il s'agit de modération des contenus, la société marche sur des œufs : « certains diront que nous n'en avons pas fait assez, d'autres diront que nous sommes allés trop loin », explique-t-elle.  

En l'espace de quelques heures, elle a annoncé du changement dans plusieurs domaines. Tout d'abord, elle regardera de plus près la question du harcèlement : « Dans les mois à venir, nous examinerons de près notre politique en matière de harcèlement dans le but de la mettre à jour ». Aucune action concrète n'est par contre annoncée.  

Dans un autre billet de blog, elle revient une nouvelle fois sur les discours haineux en « interdisant les vidéos affirmant qu'un groupe est supérieur à un autre pour justifier une discrimination, une ségrégation ou une exclusion en fonction de l'âge, du sexe, de la race, de la caste, de la religion, de l'orientation sexuelle ou du statut d'ancien combattant ».

La firme ajoute : « Nous supprimerons le contenu niant que des événements violents bien documentés, tels que l’Holocauste ou la fusillade à l’école élémentaire de Sandy Hook, se soient déroulés ». En théorie c'était normalement déjà le cas, attendons maintenant de voir les changements dans la pratique.

Ce n'est pas tout : les vidéos « flirtant avec les limites, contenant de fausses informations ou potentiellement dangereuses, comme celles mettant en avant de prétendus remèdes miracles ou affirmant que la Terre est plate » sont également dans le viseur.

Depuis le début de l'année, elles ne sont plus mises en avant aux États-Unis et Google envisage désormais de déployer « ce système dans un plus grand nombre de pays d'ici à fin 2019 ».

La plateforme affirme que, « grâce à ce changement, le nombre de visionnements de ce type de contenu provenant des recommandations a diminué de plus de 50 % aux États-Unis ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nous avions testé la fonctionnalité lors de son annonce en mars dernier. Elle a depuis été peaufiné par les développeurs afin de la rendre plus agréable et plus sûre à utiliser.

Elle est désormais accessible à tous, compatible avec les comptes locaux sous Windows 7, 8.1 et 10. Une vidéo a été mise en ligne.

Ceux qui utilisent plutôt les solution Active Directory / Azure doivent se tourner vers d'autres méthodes. Il en est de même si vous avez opté pour une connexion via votre compte Microsoft, qui contient ses propres mécaniques de double authentification. 

Copié dans le presse-papier !

Comme toujours en pareille situation, le fabricant reste discret sur les annonces qui seront faites. Selon CNet, il est question du « retour attendu d'une icône réinventée »... tout un programme.

Il serait donc question du retour du « mythique » Razr, mais avec un écran pliable, comme le voulait la rumeur au début de l'année. Depuis, le constructeur a confirmé qu'il planchait sur le sujet, sans donner plus de détails pour l'instant. 

Copié dans le presse-papier !

Ben Cotton explique qu'en « raison de bugs bloquants et en l’absence de release candidate, Fedora 31 Finale a le statut "No-Go" ». L'équipe doit se réunir le 24 octobre prochain et espère publier la version finale de Fedora 31 le 29 octobre.

Pour rappel, la bêta est disponible depuis mi-septembre et, comme pour Ubuntu, il n'y a pas de version 32 bits.

Copié dans le presse-papier !

Hier, le patron de Facebook a livré un long discours devant un parterre d'étudiants de l'université de Georgetown à Washington. Pendant plus d'une demi-heure, il est revenu sur de nombreux sujets d'actualité.

C'était notamment le cas d'une publicité controversée (avec de fausses informations sur Joe Biden) de Donald Trump pour sa réélection : « Nous ne vérifions pas les faits des publicités politiques. Nous ne faisons pas cela pour aider les politiciens, mais parce que nous pensons que les gens devraient pouvoir voir eux-mêmes ce que les politiciens disent ». 

Il s'est également prononcé en faveur d'une plus large liberté d'expression : « en cas de doute, nous devrions toujours pencher vers une plus grande liberté d'expression », comme le rapporte l'AFP. Il est également revenu sur le cas de la Chine qui construit son propre Internet D'autres sujets comme la question du respect de la vie privée et des données personnelles semblent par contre avoir été éludés. 

Copié dans le presse-papier !

Nuance est connu pour ses applications de reconnaissance vocale (la série de logiciels Dragon), et notamment Dragon Medical pour le corps médical.

Du côté de Microsoft, c'est évidemment d'Azure dont il est question et de ses applications d'intelligence artificielle. La suite vous vous en doutez : un mélange des deux pour « améliorer la productivité, tout en permettant aux médecins de se concentrer sur ce qu'ils font le mieux : prendre soin des patients ».

« Avec le consentement du patient », la conversation entre le médecin et le patient sera écoutée et analysée pour remplir automatiquement le dossier médical du second. Une synthèse et une ordonnance peuvent aussi être délivrées. 

Afin de mettre en place ce partenariat, Nuance migre une partie de son infrastructure sur Azure.