du 06 juillet 2020
Date

Choisir une autre édition

Le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information s’est exprimé sur le sujet lors d’une interview dans les Échos. Il y indique notamment que les refus ne concerneront pas les équipements de Nokia et Ericsson, qui doivent aussi être soumis à autorisation. 

« Les opérateurs qui n’utilisent pas Huawei, nous les incitons à ne pas y aller car c’est un peu le sens naturel des choses. Ceux qui l’utilisent déjà, nous délivrons des autorisations dont la durée varie entre trois et huit ans », précise-t-il.

Enfin, il termine avec un avis global sur le sujet : « Nous ne sommes pas dans du Huawei bashing, ni dans du racisme anti-chinois. Nous disons juste que le risque n’est pas le même avec des équipementiers européens, qu’avec des non-européens. Il ne faut pas se mentir ».

Guillaume Poupard (ANSSI) : « il n’y aura pas un bannissement total » de Huawei, mais « des refus »
chargement Chargement des commentaires...