du 08 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Guerre ouverte entre TF1 et des distributeurs : le CSA manifeste… « sa disponibilité »

Depuis une semaine, le torchon brûle entre TF1, Orange, Free Mobile et Canal+. Les hostilités ont débuté le 1er février. La chaîne de télévision annonçait qu'Orange n'était « plus autorisé à vendre MYTF1 et les chaînes en clair du groupe TF1 à ses abonnés ».

Orange dénonçait une attitude « déplorable » et regrettait que « ses clients soient pris en otage ». Quelques jours plus tard, Canal+ et Free entraient dans la danse. Le premier affirme qu'il n'a « aucunement l’intention de céder au chantage », le second juge les demandes de TF1 « extravagantes ».

Depuis, le CSA est sorti de son silence pour « exprimer sa préoccupation et manifester sa disponibilité pour accompagner et faciliter ces discussions, en prenant en compte l’intérêt des téléspectateurs et la situation économique des opérateurs concernés ».

La suite au prochain épisode.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'an dernier, la filiale télécom du groupe Bouygues a engrangé 5,1 milliards d'euros (+7 % sur un an), grâce à l'arrivée de clients et au relèvement des prix sur les offres mobiles premium et sur les offres fixes de mai (PDF). La société affiche 260 millions d'euros de bénéfices (168 millions de mieux qu'en 2016), pour 1,208 milliard d'euros d'investissement.

Au 31 décembre, l'opérateur compte 14,4 millions de clients sur mobile, soit 150 000 clients de plus sur le trimestre, 500 000 de mieux sur l'année. Sur le fixe, 340 000 clients supplémentaires sont apparus sur l'année, 98 000 sur le trimestre. Cette progression compte le recrutement de clients fibre (FTTH) : ils sont 265 000, soit 2,2 fois plus qu'à fin 2016.

20 millions de prises fibre ont été « sécurisées » à fin 2017 (+11 millions face à la fin 2016). 4 millions de prises sont commercialisées (+2 millions sur l'année). Rappelons que l'opérateur ne déploie pas de fibre en propre, préférant cofinancer les efforts de ses concurrents, alors que le groupe Bouygues a une certaine expérience du BTP et de la construction de réseaux.

Notons aussi que TF1, en conflit avec certains opérateurs auxquels il tente d'imposer MyTF1 Premium, a vu son chiffre d'affaires grandir de 3 % l'an dernier, pour atteindre 2,1 milliards d'euros. Cela en partie via la hausse des revenus publicitaires. Le résultat net se situe à 60 millions d'euros, grâce notamment à un plan d'économie de 27 millions d'euros.

Copié dans le presse-papier !

Le Bureau de l’Assemblée nationale a décidé hier à l’unanimité que chaque commission permanente (affaires sociales, culture, lois...) aurait la possibilité d’organiser, à titre expérimental, « deux consultations citoyennes d’ici la fin du mois de septembre ».

La première pourra être « en lien avec des travaux législatifs, l’autre avec des travaux de contrôle et d’évaluation ». Au travers d’un communiqué, le Palais Bourbon explique qu’il incombera aux commissions concernées de « déterminer le champ et la méthode retenus pour ces consultations ».

Le Bureau souhaite toutefois qu’une « suite » soit donnée à chaque consultation. Une synthèse devra ainsi être publiée « à minima ».

 

Copié dans le presse-papier !

Kenneth Christiansen, contributeur sur Chromium, a partagé plusieurs captures d’écrans montrant le travail actuel d'intégration des applications web dans Chrome OS. Que Google concentre des efforts dans ce domaine n’étonnera d’ailleurs personne.

Il est déjà possible depuis longtemps d’ajouter n’importe quel site web dans la bibliothèque d’applications. Le site s’ouvre alors dans sa propre fenêtre, et donne une sensation raisonnable d’indépendance. Dans les dernières builds Canary et Dev de Chrome, cette intégration va plus loin.

La barre de titre récupère ainsi la couleur principale du site, et affiche le domaine principal. Un bouton fournit quelques informations supplémentaires, dont l’URL complète active. Les utilisateurs intéressés pourront activer le flag #enable-desktop-pwas dans chrome://flags.

En activant #enable-experimental-web-platform-features, ils débloqueront également une autre nouveauté : les Progressive Web Apps deviennent d’authentiques cibles de partage. Un bouton Twitter sur un site pourra par exemple appeler Twitter Lite, la version mobile du service.

Il est évident désormais que les PWA sont amenées à jouer un grand rôle. Le simple fait d’être poussées par Google ne peut que jouer en leur faveur, avec Android comme force de frappe principale. Mais Microsoft s’y met aussi et a annoncé récemment qu’elles auraient une place de choix dans Windows 10, jusqu’à être présentes dans son Store. De quoi faire changer peut-être d’avis Apple.

Copié dans le presse-papier !

Nouvelle initiative de Google au sein de son programme publicitaire AdSense : Auto Ads. L'objectif est ici non plus d'automatiser le contenu ou la distribution des publicités, mais leur placement par rapport à l'espace disponible sur la page.

Un peu comme cela a été fait par Facebook dans les Instant Articles, l'idée est de laisser l'élément publicitaire s'adapter au contenu en fonction des opportunités et des formats acceptés par l'éditeur.  

Pour rendre l'ensemble plus « sexy », Google évoque la solution de machine learning utilisée pour ce dispositif, qui rendra les éditeurs un peu plus dépendants des solutions maison, tout en les incitant toujours à livrer les données de leurs visiteurs.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant explique qu'il s'agit de « la première solution 2x2 802.11ax prête à l'emploi pour les smartphones, tablettes et ordinateurs portables » ; une annonce parfaitement calibrée pour le MWC de Barcelone dont l'édition 2018 ouvre ses portes la semaine prochaine.

Le constructeur évoque des débits doublés avec une consommation réduite de 67 % au maximum par rapport au Wi-Fi 802.11ac Wave 2. Il ajoute que sa puce exploite le dernier brouillon de la norme, exactement comme Intel. Ce Draft 2.0 devrait servir de base pour la certification finale.

Concernant WPA3, Qualcomm ne donne pas plus de détail que la Wi-Fi Alliance, précisant simplement que la sécurité est renforcée. Attendu pour cette année, il permettra notamment de contrer la faille KRACK du WPA2.

Alors que le Bluetooth 5 est disponible depuis l'année dernière, Qualcomm explique qu'il a « entièrement repensé » sa puce pour « anticiper la prochaine norme 5.1 ». Celle-ci devrait permettre d'augmenter encore les débits, tout en diminuant la consommation.

Les premiers échantillons de WCN3998 seront envoyés aux partenaires durant le second semestre de cette année.

Cette année encore, nous serons sur place à Barcelone afin de voir si le 802.11ax prendra son envol, après un démarrage assez timide au CES de Las Vegas (lire notre compte rendu).