du 01 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

Il y a tout juste un mois, GlobalFoundries déterrait la hache de guerre et demandait à la justice d'interdire l'importation de produits TSMC aux États-Unis pour violation de 16 brevets. 

Dans sa plainte, le fondeur affirmait que des fabricants comme Apple, Qualcomm, Google, Nvidia, Lenovo et MediaTek étaient concernés.

« Nous sommes déçus de voir un autre fondeur recourir à des poursuites sans mérite au lieu de rivaliser sur le marché de la technologie », lâchait TSMC, grand fournisseur d'Apple, ajoutant que les accusations étaient « sans fondement ».

TSMC passe la seconde et demande à la justice de trois pays (États-Unis, Allemagne et Singapour) de stopper la production et d'interdire à la vente des produits GlobalFoundries pour violation de 25 brevets, comme le rapporte Reuters.

Dans un registre différent, sachez que Thomas Caulfield, directeur général de GlobalFoundries, a annoncé au Wall Street Journal qu'il prévoyait de lancer la société en bourse en 2022.

Guerre des brevets : face à GlobalFoundries, TSMC contre-attaque en justice
chargement Chargement des commentaires...