du 19 juin 2020
Date

Choisir une autre édition

Groupe LDLC : baisse des revenus, hausse de la marge et prêt garanti par l'État de 18 millions d’euros

Le groupe (qui englobe désormais Materiel.net et Top Achat) vient de publier son bilan pour son année fiscale, qui s‘étend du 1er avril 2019 au 31 mars 2020 (elle est donc concernée sur la fin par la pandémie et les mesures de confinement).

Le chiffre d’affaires est en baisse de 14,1 millions d’euros sur l’année, pour arriver à 493,4 millions. La marge brute est par contre en nette augmentation avec 95,1 millions d’euros (19,3 %) contre 86,1 millions (17 %) l’année précédente.

Alors que le résultat d’exploitation était négatif en 2018/2019 (-5,5 millions d’euros), il est positif cette année avec 6,6 millions d’euros, soit un delta de 12,2 millions.

« Sur l’exercice, l’activité BtoC réalise un chiffre d’affaires de 323,5 millions d’euros contre 335,9 millions d’euros en 2018-2019 », explique le groupe. Mais son année se divise en deux. Le premier trimestre « avait été impacté par des effets négatifs du repositionnement stratégique, aujourd’hui achevé, de l’offre Materiel.net », tandis que le second affiche une croissance de 1,2 % avec 180,6 millions d’euros au lieu de 178,4 millions d’euros un an plus tôt.

« Les revenus des boutiques LDLC sont en hausse de +11,2 %, pour atteindre 66,7 millions d’euros », grâce à l’ouverture régulière de nouvelles franchises. La dernière date du 12 juin à Nîmes. De son côté, le BtoB revendique « un chiffre d’affaires de 162,3 millions d’euros sur 2019-2020, stable par rapport à l’exercice précédent ».

« Les capitaux propres s’établissent à 62,4 millions d’euros (contre 54,3 millions d’euros au 31 mars 2019) pour un endettement financier net ramené à 8,6 millions d’euros (vs. 60,3 millions d’euros au 31 mars 2019) ».

« Cette réduction significative de 51,7 millions d’euros de l’endettement net, conséquence des cessions de l’entrepôt de Nantes (juin 2019) et des murs du siège social situé à Limonest (juillet 2019) et de l’amélioration du résultat, permet au Groupe LDLC de retrouver une marge de manœuvre financière propice au développement de ses activités », affirme LDLC.

Suite à la crise sanitaire, « le Groupe a sollicité et obtenu, en avril dernier, un Prêt Garanti par l'État (PGE) d’un montant de 18 millions d’euros auprès de ses partenaires bancaires ».

Alors que le groupe visait le milliard d’euros de revenus pour 2021, les ambitions ont largement été revues à la baisse « avec un objectif de plus de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance supérieure à 20 %, et 33 millions d’euros d’excédent brut d’exploitation, intégrant notamment l’acquisition récente du fonds de commerce Top Achat ».

chargement Chargement des commentaires...