Dans le domaine des cartes graphiques utilisées avec un connecteur externe Thunderbolt 3, PowerColor avait été l'un des premiers à annoncer un produit. Le constructeur en a montré plusieurs versions lors de divers salons, mais semble avoir décidé de changer un peu les choses à l'occasion d'un nouveau lancement officiel de sa Gaming Station.

On retrouve ici un boitier qui ne sera pas sans faire penser à la Gaming Box de Gigabyte côté look. Il s'en distingue néanmoins de par la présence de deux ports USB 3.0 Type-A en façade. Trois autres sont présents à l'arrière, avec un port réseau Gigabit (RJ45) et le connecteur Tunderbolt 3 Type-C (40 Gb/s). Ce dernier est capable de fournir jusqu'à 87 watts via Power Delivery.

L'alimentation fournie est un modèle SFX de 550 watts certifié 80PLUS Gold, capable de fournir jusqu'à 375 watts à la carte graphique. Les dimensions de l'ensemble sont de  310 x 157 x 46 mm, le poids n'ayant pas été précisé.

PowerColor précise que les Radeon RX 400/500 sont supportées (mais pas les Vega ?), ainsi que les GeForce GTX 10 Series. Aucun tarif ni date de disponibilité n'a été dévoilé.

On devrait en apprendre plus à l'occasion du CES de Las Vegas en janvier.

GPU Externe : PowerColor revoit ses plans pour sa Gaming Station
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Facebook teste dans quelques pays (pas encore en France) une nouvelle petite application sur Android et iOS. Nommée Direct, elle déporte la partie messagerie d'Instagram et prend le même chemin que Messenger avec Facebook.

La liste des contacts sera celle d'Instagram, et les échanges seront les mêmes que dans l'application actuelle : texte, photos temporaires, filtres, autocollants, outils de modification, Boomerang et ainsi de suite. A l'instar de Snapchat, elle s'ouvre directement sur l'interface de l'appareil photo. Son installation fait disparaître la boîte de réception sur Instagram.

Les développeurs semblent avoir en tout cas travaillé la bascule entre les deux applications. Depuis Instagram, un glissement vers la droite révèle le logo de Direct. Si l'utilisateur poursuit son geste, l'application sera automatiquement lancée. Même chose depuis Direct pour lancer Instagram.

Cela dit, si le but est de passer facilement de l'une à l'autre, garder une messagerie intégrée peut être tout aussi pratique. En outre, beaucoup peuvent apprécier le flux photo de leurs amis sans pour autant déclencher des conversations à leur sujet. Sachant que Direct vient s'ajouter à une longue liste de messageries instantanées, notamment Messenger et WhatsApp que Facebook propose déjà.

Comme confirmé à The Verge toutefois, Direct est pour le moment un test. Il est probable que l'application vise essentiellement un public jeune, histoire de grignoter encore quelques parts de marché à Snapchat.

Copié dans le presse-papier !

Skype a été mis à jour sur iOS afin d'améliorer son ergonomie, notamment la navigation au sein de l'application avec une nouvelle barre principale.

Au passage, l'écran s'adapte désormais à l'iPhone X, l'équipe précisant que les performances et la stabilité ont été améliorés au passage.

Copié dans le presse-papier !

Nos confrères ont tenté l'expérience de la serrure connectée du géant de la vente en ligne permettant à ses livreurs d'accéder à votre domicile. Ils nous proposent un retour détaillé dans un long billet.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ne sont pas franchement emballés : « Après deux semaines, il s'avère que le fait de laisser entrer des étrangers a été la partie la moins troublante de l'expérience ». Si aucun cambriolage n'est à déplorer, d'autres griefs remontent rapidement à la surface.

Pêle-mêle, il est question de blocages de la serrure, de la difficulté de proposer un accès temporaire à sa maison à des amis (contrairement aux livreurs Amazon où tout est simplifié) et enfin d'être complètement enfermé dans l'écosystème d'Amazon : d'autres sociétés ne peuvent pas profiter de ce dispositif.

Copié dans le presse-papier !

Lancée il y a quelques jours aux États-Unis, la nouvelle application du réseau social pour les enfants inquiète Ed Markey et Richard Blumenthal, comme le rapporte Recode.

Dans une lettre adressée à Mark Zuckerberg, ils expliquent que l'application « soulève un certain nombre de problèmes de confidentialité et de sécurité ». Ils posent ensuite une dizaine de questions.

Pêle-mêle, ils veulent savoir si Messenger Kids restera toujours sans publicité, si des tierces parties recevront des informations sur les parents ayant téléchargé cette application, et ce qu'il en est exactement de la « famille de compagnies Facebook » pouvant accéder aux données des jeunes utilisateurs, ce qui se passera pour les données lorsque les utilisateurs auront 13 ans, si des informations sur la géolocalisation seront récupérées, s'il existe un âge minimum, etc.

Les sénateurs attendent une réponse écrite d'ici le 4 janvier 2018.

Copié dans le presse-papier !

Hier, Patreon annonçait du changement au sein de ses tarifs. Le service, qui permet à des créateurs de recevoir de l'argent de la part de leur communauté, a dû faire face à une grogne, l'obligeant à détailler sa position.

Jusqu'à maintenant, Patreon percevait 5 % des revenus, hors frais du service de paiement en ligne (de 2 à 10 %). Mais à partir du 18 décembre, ces derniers seront remplacés par des frais de service de 2,9 % et 35 cents de commission fixe facturés aux donateurs connus sous le petit nom de « Patrons ».

De quoi permettre à la plateforme de clamer qu'elle reverse 95 % des revenus, mais cela n'est pas pour plaire à tout le monde. En effet, ceux qui acceptent de petits paiements vont voir le tarif augmenter pour leurs « Patrons » avec cette méthode de calcul. Une fronde s'est ainsi organisée sur les réseaux sociaux par de nombreux créateurs mécontents.

Se pose notamment la question de la dépendance à une telle plateforme, qui peut revoir ses tarifs du jour au lendemain, sans possibilité de transférer des abonnements vers un autre service en cas de désaccord.

Dans une mise à jour de son billet de blog et une réponse dans sa FAQ, Patreon tente de déminer la situation, expliquant les raisons de l'évolution de son système de paiement, notamment pour la gestion des dates anniversaire où la situation actuelle n'était pas satisfaisante. Cela permettait néanmoins de regrouper les paiements et de limiter les frais.

Le nouveau dispositif doit ainsi permettre un ensemble plus clair pour les paiements, et une facturation à tarif unique séparée entre créateurs et « Patrons ». Mais cela ne rassurera sans doute pas ceux proposant de petits montants, et qui vont sans doute devoir rapidement changer de stratégie, ou de plateforme.