du 16 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Le package vient d'être mis à jour après une courte période de bêta. Il intègre GnuPG 2.2.6, publiée il y a quelques jours, ainsi que des nouveautés pour GpgOL et Kleopatra.

Comme nous l'avions évoqué dans un test précédemment, il est notamment question du pad de chiffrement simplifié, qui permet de coller un texte pour le (dé)chiffrer en quelques clics. 

Gpg4win 3.10 disponible, avec le notepad de chiffrement simplifié
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le régulateur européen donnera sa réponse dans un mois, après le dépôt par Microsoft d’une demande en ce sens vendredi de la semaine dernière, selon Reuters.

La Commission devra déterminer si le rachat de GitHub ne viole aucune règle en cours, auquel cas elle donnera son feu vert. En cas de doute, elle peut cependant déclencher une enquête.

Rappelons que l’opération a coûté 7,5 milliards de dollars à Microsoft. Il s'agissait de la plus grosse opération depuis le rachat de LinkedIn, dont les 26 milliards n’ont pas été dépassés. GitHub a cependant coûté moins cher à l’entreprise que Skype et ses 8,5 milliards de dollars.

En attendant la réponse des instances européennes, Microsoft a répété plusieurs fois que l’ouverture de GitHub ne changerait pas. Certains craignent en effet que le service d’hébergement de projets finisse par avantager les produits de Redmond.

Copié dans le presse-papier !

Alors que les loot box sont une pratique critiquée au sein des jeux vidéo, celle d'acheter des produits à l'aveugle dans des boîtes thématiques continue de faire fureur.

De nombreux services par abonnement sont d'ailleurs nés autour de cette pratique ces dernières années, chacun y trouvant son compte. L'abonné qui peut découvrir des produits, la marque qui exploite le filon à des fins publicitaires, et le service qui fait payer son statut d'intermédiaire.

De quoi inspirer MSI qui propose désormais sa propre loot box via des revendeurs classiques ? On la trouve en effet proposée en deux niveaux, à 60 et 90 euros tout de même, elle contient des « accessoires Gamer » de la marque. Mais le constructeur nous indique que l'objectif n'est pas de la vendre à part. 

En effet, il s'agit d'une opération promotionnelle qui doit être annoncée dans la journée. Ce pack doit ainsi être offert avec certains ordinateurs portables MSI. Le fait que LDLC le propose également de manière séparée tient au système informatique de la boutique en ligne. 

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été relayée sur Twitter par le Secrétariat Général Pour l'Investissement et concerne deux postes de directeurs/directrices de programme, dont voici l'intitulé :  

Il ou elle devra proposer « la démarche à suivre » et sélectionner « des équipes en charge de mettre en œuvre le défi ». « Les compétences scientifiques et entrepreneuriales des candidat-es, ainsi que leur capacité à fédérer les acteurs seront particulièrement regardées » ajoute le gouvernement.

Il s'agit d'une création de postes à pourvoir immédiatement. Les missions s'inscrivent dans la continuité d'une partie du rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle (lire notre dossier).

Elles s'inscrivent également dans le cadre du programme Grand défis de l'innovation, financé à hauteur de 150 millions d'euros par le Fonds pour l'innovation et l'industrie. Ses deux premiers postes ont été sélectionnés par le Conseil de l’innovation lors de sa séance inaugurale le 18 juillet dernier.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Elon Musk a pris la parole hier soir pour dévoiler le nom du premier touriste de l'espace à avoir acheté un billet pour faire le tour de la Lune dans la fusée BFR : Yusaku Maezawa.

Il s'agit d'un milliardaire (ce qui ne surprendra personne) japonais et collectionneur d'art. Il ne sera pas seul puisqu'il embarquera avec lui six ou huit artistes et personnalités culturelles. Leur identité n'a pas été dévoilée, mais ils participeront tous au projet baptisé #dearMoon par Maezawa. « Ils devront créer quelque chose à leur retour sur Terre » affirme le milliardaire. Un site web dédié a été mis en ligne.

Yusaku Maezawa a payé toutes les places, mais n'a pas donné d'indication sur le tarif demandé. Même discrétion sur le montant de l'opération chez Elon Musk et SpaceX. La fortune du japonais est estimée à près de 3 milliards de dollars selon Forbes.

Le voyage est prévu pour 2023. Pour rappel, la fusée BFR (Big Falcon Rocket ou Big Fucking Rocket) n'a pas encore effectué le moindre vol.

Copié dans le presse-papier !

Dans la liste des signataires, nous retrouvons quinze régulateurs européens (Lettonie, République Tchèque, Ile de Man, France, Espagne, Malte, Jersey, Gibraltar, Irlande, Portugal, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Pologne et Autriche) ainsi l’État de Washington.

L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) et ses équivalents locaux constatent « que l’introduction de la dimension monétaire dans les jeux dits sociaux ou gratuits et dans les jeux vidéo, peut porter atteinte aux principes communs qui fondent la régulation des jeux d’argent et en particulier la protection des consommateurs et l’interdiction du jeu des mineurs ».

Dans une déclaration commune, les autorités s'engagent donc à « analyser minutieusement les caractéristiques des jeux vidéo et des jeux sociaux ». Elles appellent aussi à « l’ouverture d’un dialogue constructif avec l’industrie et les plateformes de jeux et à une sensibilisation des consommateurs et des parents ».

Un groupe de travail planchera sur la question le 28 septembre, lors du prochain Forum Européen des Régulateurs de Jeux d’argent. Le sénateur Jérôme Durain (qui s'est emparé du sujet en novembre dernier) présidera ensuite un séminaire sur « Les jeux à la lisière des jeux d’argent : le cas pratique des micro-transactions dans les jeux vidéo » le 23 novembre prochain, au palais du Luxembourg. Ensuite, en mars 2019, se tiendra à Bordeaux un colloque sur la notion des jeux d'argent et ses frontières.

Les signataires veulent arriver à trouver « un équilibre » entre la protection des joueurs et le développement du secteur des jeux vidéo, parfois porté par les micro-transactions. Pour rappel, la question a déjà été tranchée en Belgique. En avril dernier, la Commission des jeux de hasard belge était « arrivée à la conclusion que les loot box payantes sont des jeux de hasard ».