du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Il était seulement possible jusqu'à présent de connaître la qualité de la connexion internet ou de vérifier que le réseau maillé était de bonne qualité ou non. Dans la prochaine mise à jour, Google Wifi permettra également de tester le lien avec l'ensemble des appareils connectés.

La façon dont le test est effectué n'est pas clairement détaillée, mais il devrait identifier plus facilement une zone mal couverte ou un problème avec un appareil en particulier.

Cette nouvelle version de Google Wifi est en cours de déploiement. Elle sera chez l'ensemble des utilisateurs dans les prochaines semaines.

Google Wifi permet de tester le débit des différents appareils de votre réseau
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Bien connu pour ses claviers gaming, le fabricant vise cette fois-ci aussi bien les travailleurs que les joueurs. Le design du clavier est dans la lignée des autres modèles du fabricant (notamment les BlackWidow X), avec un rétroéclairage blanc sur les touches, adieu donc les effets arc-en-ciel.

Le BlackWidow Lite dispose de switchs mécaniques maison Orange « quasi silencieux ». Les touches sont également équipées de joints toriques, toujours dans le but de limiter au maximum le bruit. Enfin, le clavier est livré avec un câble USB détachable.

Il est d'ores et déjà en vente sur le site du fabricant, pour 100 euros.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant l'annonce en personne. Il se situe dans un immeuble haussmannien du XIXe siècle et dispose d'une cour intérieure transformée en Forum – « le plus grand d'Apple à ce jour » – où se tiendront les séances (gratuites) Today at Apple.

Le constructeur annonce que plus de 330 employés sont présents, dont plus d'une centaine de nouveaux. Pour rappel, l'Apple Store du Carrousel du Louvre a fermé ses portes le 27 octobre.

Copié dans le presse-papier !

La nouvelle mouture 15.9 de Visual Studio 2017 contient une amélioration importante : le support officiel pour la compilation ARM64 des applications.

Les développeurs peuvent donc désormais sélectionner cette architecture comme cible de compilation, tant pour leurs projets Win32 que UWP (Universal Windows Platform). Ce qui signifie, pour Windows on ARM, des applications installables autant via le Store qu’en téléchargement classique.

Windows on ARM est en effet par défaut un système « classique », contrairement au mode S qui limite les installations au seul Store. Il y a donc plusieurs possibilités.

Un éditeur souhaitant « simplement » proposer une variante ARM64 d’un logiciel sur son propre site pourra le recompiler via Visual Studio 15.9. S’il vise le Store, il devra passer par un nouveau projet UWP ou recompiler un existant, jusqu’ici limité à ARM32. Notez que les applications UWP peuvent être aussi bien en C++ qu’en .NET Native.

Les développeurs ont donc le choix, Microsoft ayant visiblement préparé le terrain pour motiver les troupes.

Cette motivation est essentielle, car la compilation ARM64 permet en théorie une hausse plus ou moins nette des performances. Microsoft a de grandes ambitions pour son Windows on ARM, et le lancement récent de produits basés sur le nouveau Snapdragon 850 ne fait que renforcer ce besoin.

L’implication des éditeurs tiers sera donc particulièrement intéressante à suivre, car elle pourrait bien déterminer ce que Microsoft pourra faire ou non de sa plateforme dans l’avenir. La société fait face depuis trop longtemps à une lourde inertie technique de son champ applicatif, en vaste majorité tourné vers Win32.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, l'association regroupant plus de 950 sociétés dans le secteur des technologies rejoint la Première ministre britannique et « estime que l'accord négocié est la seule solution sur la table pouvant donner suite au résultat du référendum de 2016, tout en préservant emplois et investissements dans le secteur technologique britannique ».

« L’accord proposé éviterait les conséquences très dangereuses d’un non-accord » ajoute le groupe. Il affirme au passage que la « libre circulation des données à caractère personnel entre le Royaume-Uni et l'Union européenne » est un point très important du projet d'accord.

S'il « n'est pas parfait » reconnaît TechUK, un « no deal » serait bien pire pour les entreprises technologiques, notamment les petites et moyennes qui seraient plus durement touchées.

Au Royaume-Uni, la situation est très tendue (et c'est peu de le dire) depuis cet accord. Il est défendu par Theresa May, mais contesté par des députés, y compris dans son propre parti. « Le choix est clair : nous pouvons choisir de partir sans accord, risquer qu'il n'y ait pas de Brexit du tout, ou choisir de nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvions négocier, cet accord », affirme la Première ministre.

Hier, plusieurs ministres et secrétaires d'État ont démissionné après ce projet négocié avec l'Union européenne. Des députés de son parti sont également en train d'essayer d'organiser un vote de défiance pour tenter de la destituer.

L'accord doit maintenant être entériné lors d'un sommet européen le 25 novembre à Bruxelles, puis être voté par les parlementaires en décembre. Selon le « brexiter » conservateur Mark Francois, repris par Le Point, il serait « mathématiquement impossible » de faire adopter le projet d'accord.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a publié la version 3.0 de son application Cortana pour iOS, mais toujours pour les pays anglo-saxons pour l’instant. l’assistant a beau être disponible en français par exemple depuis longtemps dans Windows 10, l’application mobile n’y a toujours pas droit.

Les améliorations sont nombreuses, notamment visuelles puisque l’interface a été largement remaniée et modernisée. Les fonctionnalités sont aussi beaucoup plus conséquentes avec la prise en charge de la musique et des podcasts.

La communication avec l’assistant lui-même se fait au moyen d’une vie de type conversation. Il est bien possible que Microsoft se soit inspiré de l’Assistant de Google.

Les liens avec l’écosystème de l’éditeur sont également renforcés, avec une plus grande mise en avant des informations liées au compte Microsoft, notamment les emails, calendriers, rappels, tâches et autres. Même Teams est pris en charge pour l’entreprise.

Rien n’est pour l’instant dit sur la version Android, mais elle ne devrait plus tarder. Contrairement à la mouture iOS, elle comporte beaucoup moins de limitations puisque Cortana peut être utilisé comme assistant principal, ce que ne permet évidemment pas la plateforme mobile d’Apple, où Siri règne en maître.