du 08 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Désormais, lorsque vous posez une question sur une personnalité, la version mobile du moteur de recherche peut vous répondre avec une petite vidéo de la personne concernée. Cette fonctionnalité prend la forme d'une « carte » occupant une bonne partie de l'écran du smartphone.

Ce service aussi indispensable qu'inutile est en cours de déploiement aux États-Unis avec Priyanka Chopra, Will Ferrell, Tracee Ellis Ross, Gina Rodriguez, Kenan Thompson, Allison Williams, Nick Jonas, Mark Wahlberg, James Franco, Seth MacFarlane, Jonathan Yeo et Dominique Ansel.

Voici quelques exemples mis en avant par Google : What Gina Rodriguez’s pet peeve is, What movie changed Nick Jonas’ life et enfin Want Kenan Thompson’s input on what makes something funny. En France, il suffit de changer sa langue et sa position géographique pour en profiter également.

Google propose des réponses à vos questions sous la forme de… selfies
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Rob Meyerson, vice président de la société, s'est exprimé lors de la conférence Amazon Web Services Public Sector Summit, comme le rapporte Space News.

Alors que l'engin suborbital a déjà fait huit décollages (via trois générations de fusée) sans aucune personne à bord, le premier vol habité serait pour « bientôt » selon le responsable. Toujours selon Rob Meyerson, la vente de billets débuterait en 2019. Il ne précise néanmoins pas le prix et quand les riches touristes pourront se rendre dans l'espace.

Pour rappel, une autre société s'est lancée dans l'aventure : Virgin Galactic. Elle multiplie elle aussi les essais. Des pilotes sont à bord, mais l'avion ne dépasse pour le moment pas les 25 000 mètres d'altitude (contre plus de 100 km prévus à terme).

De son côté, Virgin Galactic a déjà commencé la vente des billets depuis plusieurs années maintenant.

Copié dans le presse-papier !

Promis pour ce début d'année, le « Visa de sécurité ANSSI » vient d'être décerné à ses premières entreprises, le 21 juin. Il est censé distinguer des sociétés  de confiance du domaine, pour aiguiller les TPE, PME et administrations dans leurs choix.

Parmi ces sociétés, bien entendu, des grands noms comme Atos, BT, Enedis, EY, Safran, STMicroelectronics ou Thales, ainsi que des entreprises spécialisées comme Quarkslab ou Sysdream. La logique actuelle de l'État est de simplifier ses certifications et de labelliser le plus d'acteurs possible, pour disposer d'offres clés en main partout sur le territoire, par exemple pour alimenter l'ACYMA.

Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, le réseau social rachetait Smyte, une société spécialisée dans la sécurité et la lutte contre le spam. L'accès aux  API (Application Programming Interface) a été rapidement coupé, sans préavis suffisant, laissant les clients en plan.

Si le service devait bien être fermé, il n'était pas question d'une disparition si rapide. En réponse, Mike Montano‏, vice-président de Twitter en charge de l'ingénierie clients, a invoqué des… raisons de sécurité.

Dans un e-mail à son équipe, il assure que le choix a été difficile. Smyte ne respecterait pas les standards de sécurité de sa nouvelle maison-mère dans la collecte des données client, la forçant à suspendre le service. Un problème qui n'aurait été détecté que peu avant. Il promet que la suite de la transition sera plus douce.

Copié dans le presse-papier !

L'éditeur évoquait la semaine dernière la (nécessaire) rénovation visuelle de ses Team Services, accompagnée d'une ergonomie se voulant plus efficace.

Il continue avec les hubs. Backlogs, siège d'un trop grand nombre de fonctions, est divisé en trois hubs : Backlogs (liste de tâches, hiérarchie des éléments…), Boards (communication des flux et statuts) et Sprints, qui rassemble tout ce qui touche à la planification et l'exécution des tâches incrémentielles.

Par ailleurs, les fonctions de favoris, dossiers et recherche ne dépendent plus du contexte d'équipe. Depuis n'importe lequel, le développeur peut mettre en favori un backlog, board ou sprint. Un outil de recherche est présent dans chaque zone de sélection des éléments.

Les autres nouveautés prévues sont expliquées dans le billet de blog de Microsoft.

Copié dans le presse-papier !

Mi-mai, nous avions détaillé la procédure d'installation de la Preview 2 d'Android P sur le Nokia 7 Plus, poussé comme une première bêta.

Récemment, un souci est apparu, probablement dû à un bug chez Nokia : une mise à jour OTA a été distribuée aux testeurs... provoquant un retour brutal vers Oreo, accompagné de divers problèmes.

La Developer Preview 2 a été remise à disposition des testeurs. Ceux qui avaient subi le bug peuvent donc la réinstaller, via la même méthode que précédemment. Si vous aviez éteint le téléphone en attendant que l'orage passe, vous pouvez le rallumer : plus aucune mise à jour OTA n'est proposée.

Pour l'instant, pas de nouvelles de la Developer Preview 3, pourtant disponible sur les Pixel depuis presque trois semaines.