du 07 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

En août 2016, l'éditeur avertissait les développeurs : les Chrome Apps étaient condamnées et ne devaient pas survivre à 2017. Au 1er janvier, la fonction sera donc supprimée de Chrome.

En pratique, ce changement ne devrait pas avoir un grand impact. Google indiquait déjà l'année dernière que la fonctionnalité ne servait qu'à moins de 1 % des utilisateurs. Pour l'immense majorité, les extensions font leur travail. Elles restent bien entendu en place.

Même si les développeurs étaient prévenus, Google leur envoie actuellement un email dans le cas où ils auraient encore au moins une Chrome App sur le Web Store. La société y indique également travailler sur l'arrivée future des Progressive Web Apps sur les ordinateurs de bureau pour la mi-2018 (même si elle estime ces délais encore « bruts »).

Rappelons que les PWA sont déjà mises en avant sur Android depuis un moment. Elles ne désignent pas une technologie en particulier, mais sont une appellation parapluie pour divers standards. L'ensemble forme des applications web que l'on utilise comme si elles étaient natives (ou presques), avec raccourcis, notifications et autres.

Notez également que même si Google pousse à leur utilisation, les autres principaux éditeurs travaillent tous à leur support dans leurs navigateurs ou l'ont déjà fait, notamment Apple, Mozilla et Opera.

Google met fin aux Chrome Apps et renvoie vers les Progressive Web Apps
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Demi-sœur de Kim Kardashian et ancienne star de la téléréalité, Kylie Jenner fait partie des grandes « influenceuses » mondiales. Avec 24,5 millions d’abonnés à son compte Twitter, son moindre propos est largement relayé.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, elle s’interrogeait : « Alors, est-ce que d’autres n’ouvrent plus Snapchat ? Ou ce n’est que moi... », ajoutant « c’est tellement triste ». En clair, une célébrité donnant son avis sur un produit, avec l’effet potentiel qu’on imagine.

Hasard ou pas du calendrier, l’éditeur de Snapchat, Snap, perdait quelques heures plus tard 1,5 milliard de capitalisation boursière, son action chutant de 19,05 à 17,05 dollars. Reuters n’hésite alors pas à tweeter que Kylie Jenner en est directement responsable. Elle aura beau ajouter quelques heures après qu’elle adore toujours Snapchat, le mal est fait.

Le tweet s’inscrit en fait dans un contexte bien particulier. La révision complète du design de Snapchat a beaucoup de mal à passer. Les fiches de l’application sur Android et iOS parlent d’elles-mêmes, tant les avis négatifs sont nombreux et souvent virulents.  Qu’une célébrité comme Jenner proclame son abandon n’aurait donc fait qu’accentuer le mouvement.

Les investisseurs de Snap n’ont en effet certainement pas attendu ce tweet pour douter du futur de l’entreprise devant une telle levée de boucliers. Il est clair que l’ergonomie très particulière de Snapchat était nettement perfectible, mais l’éditeur pourrait bien s’être trompé dans sa nouvelle recette.

Notez qu’une pétition existe pour demander le retour de l’ancienne interface. Elle a collecté jusqu’à présent plus de 1,2 million de votes, symbole de la sensibilité du sujet. Snap a répondu sur le mur de la pétition qu’une mise à jour était prévue dans les semaines à venir, avec de nouvelles fonctionnalités à la clé, notamment pour mieux organiser l’interface.

Copié dans le presse-papier !

Le Palais Bourbon a lancé hier une plateforme qui permet de suivre l’avancement des différentes réformes décidées au fil des derniers mois par le Bureau et le président de l’Assemblée nationale, notamment en matière de transparence et de dématérialisation des amendements.

Y figurent les actions réalisées (à l’image du remplacement de l’indemnité de frais de mandat, la fameuse « IRFM »), celles en cours de mise en œuvre, de même que les propositions encore soumises à arbitrage.

Copié dans le presse-papier !

L’association française a prévenu récemment que tous les mots de passe des comptes Mageia avaient été réinitialisés, suite à un accès frauduleux de sa base LDAP.

Les mots de passe stockés étaient chiffrés, hachés et salés. Ils ne devraient donc pas être réellement en danger, s’ils étaient suffisamment complexes, le décryptage par force brute réclamant alors une grande puissance de calcul. De plus, Mageia a constaté que les hashs publiés ne correspondaient à ceux enregistrés de son côté.

La réinitialisation est donc une mesure de précaution. L’équipe invite à la prudence, particulièrement dans le cas où ce mot de passe aurait été réutilisé sur d’autres sites. Nous rappellerons pour notre part qu’idéalement, chaque service devrait avoir son propre mot de passe, aussi fort et complexe que possible.

Les gestionnaires de mots de passe peuvent être ici d’une grande aide (voir notre dossier).

Copié dans le presse-papier !

En plus d'un portefeuille de crypto-monnaie, de nouvelles trotinettes ou d'un PC tout-en-un, Archos présente Hello : son « compagnon du quotidien » à poser sur une table ou un meuble de la maison.

Il dispose d'un écran IPS HD de 7 ou Full HD de 8,4 pouces suivant le modèle, d'une enceinte, de quatre micros, d'une caméra de 5 Mpixels, d'une connectivité Wi-Fi et Bluetooth. Il est animé par un SoC avec quatre cœurs (référence non précisée), avec 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage. Il exploite Android 8 (Oreo) et intègre Google Assistant.

Il se place donc en face de solutions comme le Lenovo Smart Display et le LG ThinQ WK9 (tous deux avec Google Assistant), mais aussi du Echo Show lancé l'année dernière par Amazon. Hello peut fonctionner de manière autonome grâce à sa batterie de 4 000 mAh.

Il est « dessiné par les équipes de designers d'Archos à Paris » précise enfin le fabricant, sans indiquer où il est fabriqué. Il sera disponible cet été pour 129,99 euros en version de 7 pouces et 179,99 euros pour celle de 8,4 pouces.

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, Samsung stoppait la mise à jour vers Android 8 des Galaxy S8(+) à cause d'un problème de stabilité. Elle est de retour, indiquent nos confrères de SamMobile.

Un patch est également disponible pour les clients disposant d'un Galaxy S8(+) déjà sous Oreo, et pèse 530 Mo environ.

Samsung se débarrasse donc de cette épineuse question sur son actuel smartphone haut de gamme, juste avant l'annonce des Galaxy S9 et S9+ ce dimanche.