du 23 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Le géant de Mountain View a déclaré ses dépenses d'influence au Congrès américain, hier. Avec 21 millions de dollars investis en 2018 (dont 4,9 millions sur le dernier trimestre), il bat son propre record de 18 millions en 2017, rapporte Bloomberg. Facebook a officiellement dépensé près de 13 millions de dollars.

L'année a été particulièrement compliquée pour les géants du numérique, entre les scandales sur la vie privée (dont Cambridge Analytica), l'entrée en application du RGPD qui donne des idées aux parlementaires américains et la première sanction de la CNIL (50 millions d'euros contre Google) sur cette base.

Dans un billet de blog, le groupe met plutôt en avant son soutien de deux millions de dollars à la fondation Wikimedia, spécifiquement à son fonds de stabilité à long terme (Wikimedia Endowment).

Google dépense 21 millions de dollars en lobbying à Washington, et donne 2 millions à Wikimedia
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La fonction permet pour rappel de « sortir » une vidéo de sa page pour la déplacer ailleurs dans l’écran. Dans le cas de Firefox, elle est redimensionnable et reste toujours au premier plan.

Le mode est actuellement disponible dans le canal Nightly de Firefox pour Windows, et devrait être disponible dans la version finale 71 du navigateur. 

Son maniement ressemble largement à celui choisi par Opera depuis un bon moment déjà. Au survol de la souris, la vidéo affiche un petit encart (bleu pour Firefox) qui, si l’on clique dessus, coupe la vidéo sur le site et la fait apparaitre dans un cadre dédié.

Les versions Mac et Linux devraient suivre prochainement.

Copié dans le presse-papier !

Trois types de problèmes ont été soulevés depuis la publication de la version 18362.356 : menu Démarrer et recherche, baisse du volume sonore rendant certains effets inaudibles dans des jeux, et des adaptateurs réseau ne fonctionnant plus.

Le premier était déjà reconnu, Microsoft passe donc au suivant. Les soucis audio proviennent d’un changement demandé par certains éditeurs de jeux dans l’optique de mieux gérer le son multicanal. L’éditeur a entendu les retours et se prépare donc à retirer cette modification.

En attendant qu’un nouveau patch soit publié, les joueurs concernés sont invités à désactiver partout où ce sera possible les options liées au son multicanal et tout ce qui touche au surround virtuel. Ces réglages peuvent se trouver dans les jeux ou dans le panneau de contrôle de l’équipement associé, selon la puce son présente dans le PC.

Côté adaptateurs réseau, Microsoft reconnait là aussi le problème. Seraient particulièrement concernés les équipements Intel Centrino 6205/6235 et Broadcom 802.11ac.

Microsoft recommande de désactiver puis réactiver l’adaptateur dans le gestionnaire de périphériques, permettant en théorie de rester stable jusqu’au prochain redémarrage de la machine.

Cette solution ne fonctionne cependant pas pour tout le monde. La seule manipulation garantissant pour l’instant une résolution du problème est de supprimer la mise à jour concernée, estampillée KB4515384. Elle aura causé décidément bien des difficultés. 

Copié dans le presse-papier !

La fonction est également ce que son nom décrit : des canaux partagés entre organisations différentes. Les cas d’utilisation ne manquent pas.

Slack cite de nombreux exemples, d’un nouvel employé ayant besoin de se plonger dans les interactions avec une autre structure à une meilleure gestion du support, en passant par la mise en commun d’informations entre une entreprise et ses clients.

Les canaux partagés ont toutes les capacités des classiques. Leur création repose sur une demande de l’administrateur à celui de l’entreprise concernée. Une fois la demande acceptée, les employés autorisés à y participer sont choisis, le canal comportant une icône spécifique à son statut partagé.

La nouvelle fonction est disponible immédiatement pour les clients de Slack.

Copié dans le presse-papier !

Richard M. Stallman claque la porte du laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT (le CSAIL). « Je le fais en raison de la pression exercée sur le MIT et moi-même à la suite d'une série de malentendus et de descriptions erronées » explique-t-il sur son site. 

Même situation à la Free Software Foundation. Ce même 16 septembre, Stallman, fondateur et président de la fondation, a décidé de démissionner de ses fonctions de président et du conseil d'administration. « Le conseil procédera à la recherche d'un nouveau président » se borne à annoncer la FSF. 

Pourquoi cette décision ? Dans un échange de mails rendu public par Selam Jie Gano (ici sur Medium, repris sur Vice), RMS se penche sur le cas d’une adolescente de 17 ans qui se dit victime d'un proche d'Epstein, Marvin Minsky.

Ce dernier, fondateur du CSAIL, décédé en 2016, est accusé d’agressions sexuelles sachant qu’Epstein a été l’un des généreux donateurs de l’université.

Et les commentaires de l'ex-président de la FSF ont depuis été largement critiqués : « On peut imaginer de nombreux scénarios, mais le plus plausible est qu’elle s’est présentée à lui comme tout à fait disposée » commente par exemple Stallman, pour récuser la façon dont sont présentés les faits (« sexual assault », etc.) 

« Je pense qu'il est moralement absurde de définir le terme de « viol » selon des détails mineurs tels que le pays dans lequel cela s’est produit ou si la victime avait 18 ans ou 17 ans » ajoute-t-il dans le fil.

Copié dans le presse-papier !

La nouvelle version majeure de la distribution Linux est donc proche, après un retard dû à une focalisation des développeurs sur la mouture 7.7, qui doit apporter des corrections aux installations actuelles.

CentOS est un système important puisqu’il représente en moyenne un serveur Linux sur cinq. Le projet est en quelque sorte une version gratuite de RHEL (Red Hat Enterprise Linux), puisqu’elle en récupère les sources pour compiler des binaires 100 % compatibles.

CentOS 8 devrait donc reprendre les nouveautés de RHEL 8, dont l’interface Cockpit par défaut pour l’administration, un nouveau YUM basé sur DNF, une architecture divisée en trois dépôts (BaseOS, Application Streams et CodeReady Builder), Wayland comme serveur d’affichage par défaut, le remplacement d’iptables par nftables, etc.

Notez que le tweet initial de l’équipe de CentOS était flou : une nouvelle version annoncée pour le 24 septembre. Mais puisque la mouture 8 avait été repoussée pour finir la 7.7, certains se demandaient ce qui allait vraiment paraître en ce début d’automne.

Le wiki du projet, entre temps mis à jour, confirme cependant bien l’arrivée de CentOS 8. La 7.7 reste « imminente ».