du 17 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Google annonce YouTube Music et Premium, qui seront « bientôt » disponibles en France

La plateforme de streaming se décide enfin à communiquer officiellement sur ces nouveaux services, dont on entend parler depuis des mois.

Ainsi, YouTube Music sera lancée le 22 mai, avec une application mobile revue et un nouveau lecteur pour les ordinateurs. Le service proposera des millions de chansons officielles, des milliers de listes de lecture, des radios d'artistes, des reprises, des remix, etc. L'application mobile affichera des recommandations en fonction de vos écoutes et du lieu où vous vous trouvez. Par exemple, si vous êtes à l'aéroport, YouTube Music sélectionnera pour vous des musiques relaxantes.

La version basique de YouTube Music est gratuite, avec de la publicité. Il existe également une mouture Premium à 9,99 dollars par mois sans publicité, avec l'écoute en arrière-plan et le téléchargement. Les abonnés Google Play Music auront accès à YouTube Music Premium sans supplément.

La plateforme en profite aussi pour annoncer YouTube Premium, une évolution de YouTube Red lancé en 2015, lui-même une évolution de... YouTube Music Key. Vous suivez ? YouTube Premium inclut un abonnement à YouTube Music Premium, avec des contenus vidéos supplémentaires (ceux de YouTube Red, d'autres arriveront). Bien évidemment, la lecture en arrière plan, le téléchargement des vidéos pour le mode hors ligne sont présents, tandis que la publicité est absente.

YouTube Premium sera bientôt disponible dans les pays ou YouTube Red est présent (États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Mexique et Corée du Sud) et le service arrivera « bientôt » dans plusieurs pays européens, dont la France. YouTube Premium est annoncé à 11,99 dollars par mois, soit 2 dollars de plus que YouTube Red. Les abonnés YouTube Red passeront automatiquement sur la nouvelle formule, sans changement de tarif.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le 11 juin, la neutralité du Net a été retirée aux États-Unis. Cela après plus d'un an de campagne entre défenseurs des libertés numériques et fournisseurs de services d'un côté, et industrie télécom de l'autre, soutenue par l'administration Trump.

Dans ce cadre, l'autorité des télécoms (la FCC) acceptait les commentaires d'internautes. De nombreux messages émanaient de faux comptes, usurpant pour partie l'identité de vraies personnes. En mai 2017, le président de la FCC, Ajit Pai, reconnaissait l'existence de faux commentaires mais refusait de les supprimer, pour éviter de retirer d'éventuels messages légitimes.

Dans une lettre du 6 juillet, au sénateur démocrate Jeff Merkley, il promet la mise en place d'un CAPTCHA sur l'outil de commentaire, lors d'une future révision.

Il estime d'ailleurs que la plupart des faux messages étaient pro-neutralité (7,5 millions de messages identiques liés à 50 000 adresses, pour partie fausses). L'an dernier, une étude de l'industrie télécom estimait pourtant que 98,5 % des commentaires uniques soutenaient ce principe, plaçant les faux commentaires chez les « anti ».

Pai assure encore que ses décisions ne dépendent pas du soutien populaire pour chaque position. Outre-Atlantique, le retrait de la neutralité du Net est particulièrement impopulaire, Ajit Pai ayant été beaucoup moqué par des internautes pour son choix, dans la campagne pour défendre ce principe.

La FCC ne compte pas enquêter sur les faux commentaires liés à la neutralité, le sujet n'étant pas de son ressort.

Copié dans le presse-papier !

L'association de start-ups et investisseurs a annoncé le partenariat dans un tweet. Elle est prévue pour son prochain « campus », un événement à destination des décideurs politiques.

En début d'année, France Digitale promettait des formations pour les parlementaires, qu'elle compte entre autres familiariser avec l'entrepreneuriat et le financement des start-ups.

Copié dans le presse-papier !

Annoncé au début du mois, le nouveau smartphone de TCL (disposant de la licence BlackBerry) débarque dans l'Hexagone. Sans surprise, le prix est celui dévoilé lors du lancement.

Plusieurs boutiques le proposent d'ores et déjà, mais seul Boulanger semble avoir du stock. Vous pouvez également le commander chez Orange, SFR et Sosh, qui annoncent également l'avoir à disposition dès à présent.

Copié dans le presse-papier !

De mi-juin à début juillet, l'opérateur proposait une édition spéciale de son forfait Free. Pour 0,99 euro par mois, elle intégrait des appels, SMS/MMS illimités, 50 Go de 4G+ et 3 Go par mois de roaming depuis l'Europe et les DOM. L'offre n'était valable que pendant un an, avant de revenir au forfait 100 Go classique (avec 25 Go par mois de roaming), pour 19,99 euros.

Comme les offres sur le fixe (lire notre analyse), cette édition spéciale 50 Go revient sur le site de l'opérateur pour… 8,99 euros par mois. En l'espace de 10 jours, cette promotion a donc vu son prix multiplié par 9. Là encore aucun engagement n'est imposé, et vous repasserez automatiquement sur le forfait Free 100 Go à 19,99 euros par mois au bout d'un an.

Espérons qu'il ne s'agit pas du nouveau forfait mobile, promis dans « moins de quatre semaines »... il y a déjà plus de huit semaines. Pour l'instant, cette « Série spéciale » n'est valable que jusqu'au 17 juillet.

Pour ceux cherchant une promotion valable sans limite de durée, Bouygues Telecom propose son forfait B&You 30 Go à 9,99 euros par mois, y compris au-delà de la première année, là encore avec 3 Go de roaming depuis l'Europe et les DOM.

Copié dans le presse-papier !

Après NVIDIA et sa Shield TV, c'est au tour de du FAI de capitaliser sur l'arrivée de cette fonctionnalité au sein des appareils sous Android TV en France.

Bouygues affirme que la mise en place date du 10 juillet mais ne semble évoquer que le modèle 4K et pas la Bbox classique. Nous tenterons d'en savoir plus.

Côté services, le changement de chaîne, de volume, le lancement d'applications ou le contrôle des services domotiques sont évoqués.