Gigabyte et l'histoire de la Radeon RX Vega qui n'existe pas (mais en fait si)

Comme nous avons déjà eu l'occasion de le relater au sein de notre enquête sur les tarifs des Radeon RX Vega 56/64 dans le marché français, la position de cette génération de GPU est loin de faire l'unanimité, même chez les partenaires. Il faut dire que le travail sur la conception des modèles personnalisés ne se passe pas aussi bien que prévu et certains commencent à perdre patience. Ce, alors que la GeForce GTX 1070 Ti va bientôt montrer le bout de son nez.

Dans ce genre de cas, il arrive que ce mécontentement parvienne jusqu'à la presse qui s'empresse de le relayer, entrainant une pression sur le constructeur (ici AMD). C'est ce qui s'est semble-t-il passé ces derniers jours : des sites ont annoncé que Gigabyte ne proposerait tout simplement pas de RX Vega maison, préférant se concentrer sur le prochain modèle de NVIDIA.

Comme par magie, quelques jours plus tard, Videocardz nous apprend, photo à l'appui, que le Taïwanais a bien une RX Vega 64 avec un design et un ventirad personnalisés dans ses cartons, et que sa position a changé « suite à la livraison d'une série de puces de la génération Vega ». C'est fou comme tout peut parfois s'arranger rapidement lorsque le linge sale se nettoie, malencontreusement, en public.

Reste à voir quand cette carte sera mise en vente, à quel tarif et dans quelles quantités...

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Fin octobre, le revendeur présentait Amazon Key, une serrure connectée permettant à un livreur d'ouvrir votre porte pour y déposer un colis. Elle est couplée avec une caméra Cloud Cam afin d'enregistrer et surveiller les mouvements dans la maison (et tenter de rassurer les clients).

Problème, des chercheurs du Rhino Security Labs ont non seulement réussi à désactiver la caméra, mais aussi à geler son image, comme l'explique Wired. Un utilisateur ne verra donc pas forcément qu'il y a un souci puisqu'il aura simplement la même image en boucle.

Le problème principal est que l'application ne prévient pas l'utilisateur que la caméra ne répond plus (l'attaque consiste à inonder la caméra de requêtes Wi-Fi à l'aide d'un ordinateur portable ou d'un mini PC par exemple). Une vidéo de démonstration de cette attaque est disponible par ici.

Amazon indique que ce genre d'attaque est difficile à mettre en œuvre, mais proposera tout de même un patch prochainement. Bref, une fois de plus cela montre que les systèmes de sécurité ne sont pas infaillibles et qu'il faut redoubler de prudence, notamment face à des services qui veulent vous simplifier la vie à l'extrême.

Copié dans le presse-papier !

Torrentfreak rapporte que jsergio123 (derrière plusieurs extensions, dont urlresolver et metahandler) cesse son travail, semble-t-il suite à des menaces d'ayants droit américains.

Plus proche de nous, The_Alpha abandonne aussi, après avoir reçu une lettre de l'Alliance for Creativity and Entertainment (ACE) chez lui au Royaume-Uni. L'ACE représente les poids lourds du cinéma, courroucés par sa contribution au dépôt d'extensions Colossus, qui aurait été mis hors ligne tout récemment.

Pour mémoire, Kodi est un gestionnaire de bibliothèques multimédia, qui gagne en fonctions via un large catalogue d'extensions, notamment pour des services payants. L'outil est régulièrement accusé de favoriser le piratage, la Hadopi s'alarmant par exemple de l'essor des boitiers TV pré-équipés du logiciel.

Copié dans le presse-papier !

La commission fédérale des communications (FCC) a supprimé l'interdiction de détenir un journal et une chaine de télévision dans la même zone, ou de disposer de deux chaines locales quand il n'y en a pas au moins huit en concurrence.

La décision devrait profiter au Sinclair Broadcast Group, le principal propriétaire de chaines locales outre-Atlantique, qui acquiert à tours de bras les stations locales. Au point d'inquiéter des élus. Il y a quelques jours, deux sénateurs démocrates ont réclamé une enquête du Congrès contre Ajit Pai, le président de la FCC.

Ils s'interrogent fortement sur les liens entre la commission et le groupe Sinclair, sur lequel la commission a refusé de se justifier. Ce vote s'inscrit dans un mouvement de dérégulation massive des télécoms, entamée cette année par l'administration républicaine.

Elle devrait passer une nouvelle étape avec le retrait de la neutralité du Net, annoncée pour décembre.

Copié dans le presse-papier !

Jérôme Durain, sénateur socialiste de Saône-et-Loire a transmis hier une question écrite à l’Arjel et à Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État au numérique sur l’un des sujets chauds du moment : les loot boxes.

Citant un dossier publié dans Canard PC et la récente polémique sur Star Wars Battlefront II, il souligne les interrogations des joueurs sur « les effets délétères de la généralisation des micro-transactions dans le monde du jeu vidéo ».

S’il n’estime pas nécessaire de mettre en place une législation spécifique sur le sujet, il demande à l’Arjel si elle serait en capacité de recenser les probabilités de gain derrière la mécanique des loot boxes, comme cela peut déjà être le cas dans certains pays comme la Chine. Il appelle également le secteur à « une auto-régulation rapide et sincère ».

Pendant ce temps, en Belgique, la Commission des jeux de hasard s’est saisie d’une enquête couvrant le cas de deux jeux : Star Wars Battlefront II et Overwatch. Selon son directeur, Peter Naessens, si la progression dans ces jeux est dépendante du contenu de coffres aléatoires et payants, il s’agirait alors de jeux de hasard nécessitant une permission spécifique.

Copié dans le presse-papier !

AndroidPolice rapporte qu’une fonction de thread peut apparaître parfois dans l’application. La différence est vite repérée : dans la fenêtre de rédaction, le bouton Tweet est remplacé par un « + » bleu.

On peut ainsi rédiger plusieurs tweets d’affilée, reliés par une ligne montrant bien l’ordre dans lequel ils seront envoyés, chacun pouvant faire 280 caractères. La validation se fait ensuite par un bouton « Tweet all » en haut à droite.

Tous les éléments sont modifiables avant envoi. Une fois en ligne, les tweets apparaissent simplement comme s’ils avaient été enchaînés d’une traite.

Notez que la fonctionnalité est simplement en cours d’essai. On ne sait pas s’il sera réellement question d’un déploiement global, si cette présentation sera définitive ou encore si les autres versions mobiles sont concernées.