La société propose un service de commentaires en ligne intégrable sur des sites web (et largement utilisé). Via un billet de blog, elle indique avoir été informée d’une fuite de données personnelles.

Après enquête, elle confirme que 17,5 millions d’utilisateurs sont touchés et que les informations en circulation datent de 2007 à 2012.

Elles comprennent l’adresse email, le nom d’utilisateur, les dates d’inscription et de dernière connexion de l’époque, le tout au format texte. Pour un tiers des utilisateurs, le mot de passe haché et salé via SHA-1 est également présent.

Disqus ajoute à juste titre que ces derniers peuvent en théorie être décryptés, bien que cela soit jugé « peu probable » par la société. À titre préventif, ils ont tout de même été réinitialisés pour tous les comptes concernés. Depuis fin 2012, SHA-1 a été laissé de côté au profit de bcrypt.

L’enquête suit son cours et Disqus donnera de plus amples informations au fur et à mesure de son avancée.

Fuite de données chez Disqus : 17,5 millions d‘utilisateurs concernés
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Lancée il y a un peu moins d’un an en France (voir notre test), la famille des boutons connectés d’Amazon s'agrandit. Le géant de l'e-commerce annonce en effet qu’un millier de références d’une soixantaine de marques sont désormais disponibles pour les clients Prime.

Parmi les nouveautés, on retrouve bon nombre de produits d'entretien comme Febreze, St Marc, Swiffer, Mr Propre, Harpic, etc. La liste complète est disponible ici.

Copié dans le presse-papier !

L’équipe en charge du lecteur multimédia vient d’annoncer qu’une mise à jour était en train d’être déployée pour la console de Microsoft (elle est d’ores et déjà disponible sur le Store).

Elle propose une interface repensée et de nouvelles fonctionnalités. Une même bibliothèque peut désormais regrouper des photos et des vidéos. L’application prend en charge d’Alexa et de nouveaux formats de sous-titres. Enfin, les comptes Plex ne sont plus liés aux gamertags Xbox.

Copié dans le presse-papier !

En lançant plus tôt dans le mois la bêta publique de son nouveau launcher, Blizzard permettait surtout de tester le fameux “hors ligne” réclamé depuis des années par les utilisateurs.

Le programme se poursuit en Europe avec une fonctionnalité déjà disponible outre-Atlantique : l’onglet social. On y retrouve toutes les conversations en cours, mais surtout la possibilité de créer ou rejoindre des groupes pour discuter. Pratique lorsque l’on joue souvent à certains titres avec les mêmes personnes. Chaque groupe peut ensuite héberger plusieurs canaux et facilite l’accès au mode audio.

Attention cependant : pour que cette fonctionnalité soit exploitable, il faut que tous les participants utilisent la bêta du launcher. Ouverte, celle-ci s’active depuis les paramètres de l’application, dans l’onglet Bêta en bas de la barre latérale. Par contre, les applications mobiles, récemment lancées, devront attendre une mise à jour.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir lancé les Instant games pour son application Messenger l'année dernière, Facebook passe à la seconde en activant les options de monétisation.

La société mise sur des publicités sous forme d'interstitiels ou de vidéos pour séduire les joueurs qui ne voudront pas forcément sortir leur carte bancaire.

Une solution qui n'a rien de vraiment nouveau mais qui devrait faire mal à des sociétés spécialisées du secteur comme le français ViewPay, qui va se retrouver face à un concurrent de poids, mais qui a l'avantage de proposer sa solution à n'importe quel éditeur de service, même hors de Facebook.

Les développeurs intéressés peuvent se faire connaître par ici.

Copié dans le presse-papier !

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a rendu publiques, jeudi 19 octobre, les déclarations d’intérêts et d’activités des nouveaux députés. Enfin presque : l’institution explique que treize parlementaires « n’ont pas déposé au moins l’une des deux déclarations attendues » dans les délais. Le Bureau de l’Assemblée nationale a ainsi été saisi.

Contrairement aux documents publiés lors de la précédente législature, remplis au stylo avant d’être scannés, n’espérez pas trouver des « œuvres d’art ». Les 577 parlementaires élus en juin dernier ont été obligés d’utiliser le téléservice de la HATVP, ce qui permet dorénavant à la Haute autorité de diffuser des données plus facilement réexploitables (pour des comparaisons, graphiques, etc.).

Après un premier examen, la Haute Autorité a néanmoins constaté quelques « carences » sur « certaines rubriques qui paraissent peu ou mal prises en compte, par exemple s’agissant de l’identification des collaborateurs parlementaires et de leurs activités annexes ». L’institution s’apprête donc à poursuivre ses vérifications, afin de s’assurer qu’aucun manquement, passible de poursuites, ne soit à relever.

Ces déclarations resteront quoi qu’il en soit consultables jusqu’à la fin du mandat des parlementaires concernés.