du 30 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Mi-octobre, la société avait signé un accord pour lui éviter un procès suite aux fuites de données de 2013 et 2014, mais seulement dévoilées à partir de fin 2015. Trois milliards de comptes étaient tout de même concernés.

La société avait mis 50 millions de dollars sur la table pour indemniser 200 millions de personnes aux États-Unis et en Israël (environ 1 milliard de comptes).

Chacune pouvait réclamer 25 dollars par heure passée à régler des problèmes liés à la fuite de données, avec un maximum de 15h par personne, dans la limite des 50 millions évidemment. Un abonnement de deux ans à un service de surveillance des comptes (notamment bancaires) était aussi proposé pendant deux ans.

Cet accord n'est pas du goût de la juge Lucy Koh du district de San Jose (Californie) qui explique qu'elle ne peut pas le déclarer « fondamentalement juste, adéquat et raisonnable », comme le rapporte Reuters.

Elle ajoute que cet accord ne précise pas combien les personnes peuvent espérer toucher, ni le coût des deux ans d'abonnement au service de surveillance des comptes. « Sans connaître le montant total des fonds alloués pour cet accord, les membres de l'action de groupe ne peuvent évaluer son caractère raisonnable », ajoute-t-elle.

De son côté, Verizon affirme être convaincu qu'un accord est encore possible.

Fuite de données : un juge américain rejette l'accord de Yahoo
chargement Chargement des commentaires...